dimanche 15 octobre 2017

Relecture et transmission

Nous lisons toutes et tous tant de livres que nous relisons peu, enfin je le suppose pour vous; pour moi, c'est un fait. A force d'enchaîner des romans de cette rentrée qui ne me plaisaient pas (et dont les chroniques suivront ce billet), j'ai eu envie de revenir aux valeurs sûres et de relire un coup de cœur. Mon envie s'est portée sur Amours, lu (ou plutôt écouté) il y a un peu plus de deux ans, parce que j'avais envie de transmettre à mon tour cette histoire qui m'avait été transmise et que je voulais vérifier ce que la lectrice à qui j'allais le confier pourrait bien y lire. C'était la première fois, je m'en rends compte en écrivant ces lignes, que je lisais un livre après l'avoir découvert oralement. Je me demande si ma lecture ne m'a pas davantage émue, pas émue aux larmes, mais émue devant la beauté du texte et de l'histoire. Ce fut donc une relecture qui m'a fait aimer encore davantage ce roman et je le referme avec l'espoir que la lectrice à qui je le transmets l'aime autant que moi. Il est des livres, pas tous, mais certains, qu'on transmet et d'autres qu'on prête; pour moi, il y a une nuance. 
Je ne relis donc presque jamais, sauf quand je reçois un livre audio d'un roman que j'ai lu en version papier et là, il est plus fréquent que je sois plus enthousiaste sur la version audio que l'inverse. Ce fut le cas pour mon écoute de Gatsby, d'Au revoir là-haut, pourtant déjà beaucoup appréciés en version papier et de Certains n'avaient jamais vu la mer, que j'avais beaucoup moins aimé en version papier. Il y a aussi ces livres que j'ai adorés ado, Les Mémoires d'Hadrien et La nuit des temps, relus adultes et dont la relecture m'ont causé une immense déception, on ne devrait peut-être jamais relire nos coups de cœur d'adolescents. Et puis, il y a le roman que j'ai le plus relu et qui ne me déçoit jamais, La Peste
Cette parenthèse de relecture m'a donné envie de le faire plus souvent.  Et vous, relisez-vous et transmettez-vous?

Et sinon, rien à voir, mais la Terre tourne quand-même à l'envers en ce moment. Nous sommes en rupture de stock de beurre dans l'Eure (merci à mon invitée du jour pour l'info- visiblement, c'est en Bretagne que ça a commencé) et aujourd'hui, j'étrenne la robe d'été achetée sur un coup de tête mi-septembre et que je ne comptais pas mettre avant le printemps prochain. 

46 commentaires:

  1. Eh bien oui, comme tu as pu le constater cette semaine, parfois je relis. Ça n'est pas sans danger, surtout 30 ans après : on a beaucoup lu depuis et parfois à l'adolescence on s'emballe pour des choses qui ne le méritent pas trop... Mais dans le cas précis de Djian, ce fut un bonheur. J'ai relu aussi cette semaine "La métamorphose" de Kafka et franchement, j'avais oublié beaucoup de choses. Ma mémoire et mon interprétation s'étaient focalisées sur le corps et ses transformations, et j'avais oublié la dimension familiale, vraiment prépondérante.
    Par contre, je me souviens d'un livre qui à 18 ans a décidé de mon orientation universitaire tellement il m'a passionnée. Mais je ne le relirai sous aucun prétexte : je suis à peu près certaine d'être déçue, je préfère en garder mon bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as absolument raison, la différence est là: depuis l'adolescence, nous avons beaucoup lu, les points de comparaison ne sont plus les mêmes. Et puis, il y a des émotions adolescentes qu'on ressent sans doute différemment ensuite.
      Ca m'a rassurée ton billet sur ta relecture de 37,2 le matin. Je vais continuer mes relectures de mon côté.

      Supprimer
    2. Sandrine et Valérie, je suis totalement en phase avec votre analyse. Je vois les choses de la même façon.

      Supprimer
    3. Je pense que nous sommes assez nombreux à considérer que notre ressenti évolue grâce à différents facteurs. Mais peut-être que ces facteurs diffèrent un peu selon les lecteurs.

      Supprimer
  2. Il y a des textes que je relis régulièrement, notamment certains classiques. Il y en a d'autres que j'aimerais relire, mais je ne prends pas le temps de le faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que vous, collègues de lettres, vous êtes les champions de la relecture mais vous n'avez sans doute pas les mêmes attentes dans ces relectures. Quand je relis des textes pour mes élèves, je les lis très différemment et c'est aussi agréable d'avoir des attentes différentes (c'est d'ailleurs vrai pour les films aussi, je n'aime Slumdog Millionaire que depuis que je l'étudie en cours).

      Supprimer
  3. Je relisais davantage avant d'avoir un blog. Aujourd'hui il y a tant de nouveautés que c'est dur de trouver du temps pour ça. J'essaie de relire un Jane Austen chaque année et cet été j'ai relu Guerre et paix. Je viens d'ailleurs de me faire un plan de relectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà beaucoup! Il faudrait que je fasse ça, un plan de relectures.

      Supprimer
  4. Je relis rarement, non pas que je ne le veux pas (je me dis souvent que j'aimerais relire La peste, notamment, lu une unique fois à ce jour), mais parce qu'il y a tellement à lire, c'est sans fin !! J'ai tout de même relu il y a deux ans L'aiguille creuse de Maurice Leblanc, grâce à une initiative de lecture commune... et le seul titre que j'ai lu plusieurs fois est l'Antigone d'Anouilh, sur lequel je pose un regard différent à chaque fois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il y a des lectures qui creusent le texte à chaque fois davantage, comme sans doute Antigone pour toi.

      Supprimer
  5. JE relis beaucoup de livres, notamment des classiques : je suis triste, car comme je lis lentement, je ne découvre pas de nouveau texte : je n'ai pas fini la comédie humaine, ni les rougon acquart etc... Pour mes relectures, il y a toutes les impressions mais celle qui domine c'est généralement, un redécouverte admirative. ce que je n'aimais pas, je l'aime maintenant et surtout,j'ai plus d'outils pour apprécier les romans... en les comparants avec d'autres romans lus etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même, lire des classiques, c'est lire ce qui a résisté au temps. Et sans doute être moins souvent déçu que de lire un nombre incalculable de romans de la rentrée.

      Supprimer
  6. Je relis très peu, pourtant je le faisais beaucoup adolescente... Cela dit il m'est arrivé de relire des nouvelles de Stefan Zweig par exemple, ou de relire un livre par mégarde, avant de me rendre compte que je l'avais déjà lu. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'est plusieurs fois arrivé avec des films!

      Supprimer
  7. Je relis, du moins j'essaie, principalement les lectures adolescentes classiques, parce que le temps a passé, parce que le regard a changé, je (re)découvre, pas seulement d'un point de vue littéraire, la résonance est fatalement différente. Et je relis d'une autre manière, moins dévorante. Et puis, relire, ça permet de ne pas trop se laisser entraîner par la nouveauté systématique. Depuis l'année dernière, je lis du théâtre, une forme de relecture, des pièces vues jouées ( un peu comme toi pour la lecture audio ).
    Je bien d'accord avec ta nuance entre prêter et transmettre...
    Profite bien de la journée en robe d'été :-)
    ( si tu es toujours intéressée pour que nous lisions ensemble K.Daoud, ce serait possible en novembre, dis-moi, en message FB si tu veux )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis plus sur FB (enfin, disons que mon compte est programmé pour s'auto-détruire le 22 puisqu'on ne peut le détruire immédiatement). Je n'ai pas reçu le Daoud encore mais ça ne saurait tarder. Je passe te le dire sur ton blog quand c'est le cas et on se fixe une date?

      Supprimer
    2. D'accord. Je n'étais pas sûre pour FB, j'avais lu ton post. Je n'ai pas encore le livre non plus. Donc tranquillement, pour le plaisir.

      Supprimer
    3. On se tient au courant, alors.

      Supprimer
  8. Je relis très peu, même jamais pour ainsi dire. Le dernier livre que j'ai relu c'est Germinal de Zola, et si j'en avais gardé un souvenir assez précis (depuis mon année de 3e!) je crois bien qu'à l'époque j'étais quand même passée à côté de pas mal de choses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et entre ceux qu'on a juste lus et ceux que nous avons étudiés (à la fac d'anglais par exemple pour toi et moi), il y a un gouffre.

      Supprimer
  9. Je relis peu, sauf mes livres chouchous - chaque relecture me les fait redécouvrir avec un angle nouveau : "Je m'appelle Asher Lev" de Chaim Potok, "L'Histoire de l'Amour" de Nicole Krauss, et deux romans jeunesse "Le Héron Bleu" et "Samuel Tillerman" de Cynthia Voigt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que L'histoire de l'amour parmi tes livres chouchous. Mais le premier titre me dit quelque chose.

      Supprimer
  10. Je relis très très rarement mais par contre j'aime bien transmettre. Je choisis les personnes et les livres avec beaucoup d'attention.
    Sinon, 28 degrés dans le Sud Landes aujourd'hui. On ets allés à la plage en maillot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est complètement fou mais même si c'est mauvais signe, je profite quand-même du soleil.

      Supprimer
  11. Pour la relecture, je compte y venir. Ça fait partie de mes plans. J'ai de plus en plus envie de relire des auteurs lus il y a une vingtaine d'années et plus. "La Peste" en fait s'ailleurs partie. C'est avec ce roman que je suis «entrée en littérature»...

    Tu n'as pas tort, le monde tourne à l'envers. Ici, il fait presque chaud alors qu'on est sensés sortir les grosses vestes d'automne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, si même au Canada il fait chaud!

      Supprimer
  12. Oui, je relis...mais des titres bien limités, enfin des auteurs bine limité plutôt. Les Brontë, Delphine de Vigan, Sigolène Vinson...Belle du seigneur !
    Par contre pas amours, et je ne relirai pas Léonor de Récondo...tout ça pour ça !
    Transmettre cela arrive parfois, pas souvent, des blogueuses ou La Douce !
    Bises et belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est vrai, tu aimes relire Belle du Seigneur! Moi qui ai déjà tant peiné à la première lecture, ça ne risque pas de m'arriver.
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
    2. BDS, il y a 2 catégories, enfin 3, ceux qui abandonnent, ceux qui trouvent ça nase et ceux qui adooooorent. Cohen est un génie, un fou complet...un auteur d'un autre siècle. Amours...histoire banale, déjà lue 100 fois, bien écrit mais pas vraiment de style...donc pas de deuxième chance pour moi. Mais son dernier marche bien !! Tant mieux...c'est la nouvelle génération !

      Supprimer
    3. Je ne fais partie d'aucune catégorie alors. Je trouve rarement un livre naze, j'ai aimé certaines parties mais d'autres m'ont semblé ridicules et fausses. Mais nous ne tomberons pas d'accord, parce que j'aurais tendance à m'insurger sur ce que tu écris d'Amours. Je comprends qu'on n'aime pas, mais il y a un vraie style, une vraie profondeur. Peut-être faut-il avoir une part importante de féminité en soi pour être touchée car je ne suis pas la seule à l'avoir été (par contre, les deux blogueurs que je connais- dont toi- ne l'ont pas aimé).

      Supprimer
  13. J'aime beaucoup ton billet. Pour ma part, je ne relis jamais de livres, tout simplement parce que j'en ai toujours de nouveaux qui me font envie. Pour ce qui est des classiques, lus lorsque j'étais ado, je préfère rester sur mon impression de lecture et je suis certaine que si je les relisais aujourd'hui, pour la plupart, ils n'auraient pas la même saveur. Je préfère en garder un bon souvenir (ou pas d'ailleurs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Tout est effectivement une question de temps.

      Supprimer
  14. Je suis d'accord avec toi : le monde marche sur la tête en ce moment. Espérons que nous n'aurons pas un printemps trop pourri....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut déjà le cas du mois d'août ici.

      Supprimer
  15. Il m'arrive régulièrement de relire (et pas seulement Bukowski^^), c'est un vrai besoin. Je vais bientôt relire Dany Laferrière que j'adore et je me garde au chaud un chef d'oeuvre d'un auteur espagnol malheureusement plus édité depuis trop longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, je n'avais pas noté que tu adorais Laferrière.

      Supprimer
  16. Je ne relis jamais mais j'aimerais beaucoup, j'y pense souvent, peut-être un jour... Mais il y a tant à découvrir, j'ai commencé assez tard à lire en plus...
    En aparté, pour le beurre, en bonne bretonne mais n'y résidant plus, mon frère m'a en effet mise au courant :) je ne savais pas que cela s'était étendu à la Normandie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait qu'on m'explique pourquoi deux régions productrices de lait comme la Bretagne et la Normandie peuvent être les premières à manquer de beurre. J'ai bien compris qu'on vend à l'Asie qui paie plus cher mais ça n'explique pas tout (ou alors on mange trop de beurre).

      Supprimer
  17. Cela fait longtemps que je n'ai pas relu de livres. Pourtant il y a le cycle d'Avalon dans lequel je rêve de me replonger mais ne le fais pas par manque de temps face à la pile de mes livres. Un tort peut être ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'il faut tomber sur une suite de livres qui ne nous conviennent pas pour tomber dans le relecture.

      Supprimer
  18. Je relis peu, par manque de temps essentiellement, et aussi par peur d'être déçue parfois. J'ai quelques auteurs fétiches pour cela : Austen, Rowling... Comme tout le monde, il y a trop de découvertes à faire. Comme toi, je trouve le format audio très adapté à la relecture.
    Je pense que la relecture des livres adorés à l'adolescence est périlleuse tant cette période est spéciale. Ayant lu (et détesté) "La nuit des temps" après vingt ans, je comprends qu'on soit dubitatif quand on le redécouvre. Pour ma part, je n'ose pas encore relire "Les Hauts de Hurle-Vent".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, il faudrait être assez sage pour ne pas relire ce qui fut lire ado, mais peut-être passerait-on à côté de belles relectures (j'avais seize ans quand j'ai lu La peste pour la première fois).

      Supprimer
  19. Coucou,
    je ne relis presque jamais... Mais je pourrais relire Amours sans aucun problème tant ce livre m'a plu ♥
    Je ne relis pas car j'ai tant à lire même des classiques et des anciens et des nouveaux bref j'ai une PAL et une LAL extraordinaire.
    Bisous et merci pour tes billets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Didi. Moi aussi, j'en ai des classiques à découvrir. Je vais bientôt découvrir Marguerite Duras que je n'ai encore jamais lue.

      Supprimer
  20. Moi non plus je ne relis presque jamais... Mais j'ai relu Mémoires d'Hadrien (comme toi, je l'avais ADORE ado !) et la relecture a tenu le choc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est donc pas une question d'âge pour ce roman alors.

      Supprimer

La remise des romans

La semaine dernière, c'était le grand jour, nous remettions les romans aux élèves ! Nous avions prévu deux heures pour leur lire des...