mardi 3 octobre 2017

Par amour de Valérie Tong Cuong

Emélie et Muguette sont sœurs, toutes deux mariées avec deux enfants, un garçon et une fille, le garçon étant à chaque fois l'aîné. Elles vont vivre l'enfer de la seconde guerre mondiale, un enfer un peu particulier quand on habite au Havre, l'une des villes les plus cruellement touchées par les bombardements alliés. 

Depuis L'atelier des miracles, je ne lisais que du bien de cet auteure et pourtant, je freinais des quatre fers, persuadée que ses romans n'étaient pas pour moi. C'est en faisant fi de ces premières impressions  que j'ai eu deux coups de cœur de rentrée (enfin, pour être honnête, disons plutôt que j'étais vraiment obligée de les lire) donc je me suis dit que ça valait peut-être la peine d'aller contre mon intuition. J'avais envie de l'aimer, ce roman parce que mes copains/ copines de blogs l'avaient souvent adoré et c'est pour eux que je vais essayer de refréner mon agacement. Je n'ai vraiment pas aimé ce roman, sauf sans doute, sa fin. Ça a commencé par la description de l'amour entre Emélie et Joffre que j'ai trouvé niaise. Puis, il y a des situations auxquelles je n'ai pas cru un seul instant dans leur couple; d'ailleurs, je n'ai pas cru à ce couple. J'ai trouvé certains clivages caricaturaux et je n'ai rien ressenti pour les personnages, trop lisses. Et franchement, le pompon, ce fut le personnage d'Emélie. Sa manière d'être toujours agitée par des sentiments contradictoires m'a agacée. J'avoue tout de même avoir versé une petite larme lorsque Emélie et sa fille regardent la télé (je tente d'expliquer à ceux qui l'ont lu ce qui m'a émue sans déflorer l'intrigue) mais je n'ai pas été émue par le reste. Et puis, à part pour la fin, on sent quand-même venir certains retournements de situation à des kilomètres. Moi qui n'ai pas adoré le roman que Valentine Goby a consacré aux tuberculeux, j'ai trouvé qu'elle nous décrivait beaucoup mieux leur quotidien. Malgré tout, ce que j'ai préféré, ce sont les voix de Muguette et surtout de ses enfants. Et la révélation finale de Marline.
J'espère que vous apprécierez, amis blogueurs qui avez aimé, que dis-je, adoré ce roman, l'effort que j'ai fait pour ne pas trop en dire du mal. En plus, je vais avouer que la voix d'Emilie Vidal-Subias passe très bien quand elle lit la partie consacrée à Lucie mais m'a déplu quand elle lit les passages d'Emélie. 
C'est un bijou pour Noukette. Les avis de BénédicteCarolineEimelle, EirenamgLéa Touch Book MeellyMylèneSéverineStephie Virginie et Leiloona (que je sens quand-même un peu moins enthousiaste que les autres). 
Mais dis donc, Mind The Gap, tu n'as pas chroniqué ce roman de ta chouchoute?

Publié en janvier 2017 chez Lattès. 
Date de parution : 05 Juillet 2017 chez Audiolib.

Merci à Audiolib.
A conseiller à tout le monde à part moi visiblement (mais franchement, il y a quand-même un autre lecteur qui n'a pas aimé, non?).




29 commentaires:

  1. J'avais envie de le lire, mais surtout pour l'arrière-plan du Havre. Tu n'en parles pas du tout, la guerre est évoquée au moins ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, j'en au début. Un arrière plan ne me suffit jamais, je crois, si l'intrigue n'est pas à la hauteur de mes attentes.

      Supprimer
  2. Peut-être le lirais-je, je n'ai lu de cette auteure que des livres qui ont maintenant quelques années, rien de récent mais il va falloir. Rendez-vous raté pour toi, mais je suis sûre que tu vas croiser d'autres personnes qui n'ont pas aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors c'est parce que ceux qui savent que ça ne leur plaira pas ne tente pas l'aventure.

      Supprimer
  3. J'ai été aussi moins enthousiaste que la majorité, et je suis globalement d'accord avec toi. Pour la relation entre Muguette et Joffre, oui. Bon, la révélation finale, ça m'a semblé un peu "gros"? Ce que j'ai préféré c'est cette ambiance de guerre, c'est de vivre en même temps qu'eux le désastre de la guerre, cette ambiance de peur, et les conséquences sur leur lieu de vie. Le sentiment de vraiment tenir à sa ville est joliment développé, je trouve. J'ai aussi eu le sentiment d'apprendre des choses, vu que c'est un roman très bien documenté (l'envoi des enfants en Algérie...). Par contre le roman de Valentine Goby était un coup de coeur, vraiment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, l'appartenance à une ville est bien vue et moi aussi, j'ai appris des choses mais j'aurais préféré lire un essai alors.

      Supprimer
  4. J'ai lu L'atelier des miracles il y a un moment déjà et j'ai été loin de partager l'enthousiasme général. Depuis, je n'ai été tentée par aucun des autres publications de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons sans doute un point commun alors: cette auteure n'est pas pour nous. Il arrive que je donne une seconde chance mais là, je crois que ça n'arrivera pas.

      Supprimer
  5. C'est drôle, je suis comme toi : pleine de préventions envers ce roman et cette auteure (qui est très visible sur les blogs) et persuadée que ce n'est pas pour moi. Après ma petite balade au Havre cet été, je m'étais dit qu'il fallait peut-être que je me force un peu. Mais ton billet achève de me convaincre qu'il vaut mieux que je continue à m'abstenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En cherchant, on doit pouvoir trouver un meilleur roman se déroulant au Havre.

      Supprimer
  6. Jamais lu Valérie Tong Cuong mais ce n'est pas avec ce que tu en dis que je vais m'y mettre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, je sentais que tu aurais pu être un appui sur ce coup-là.

      Supprimer
  7. Mais non, chaque fois que je tombe sur un article ou un post qui en parle, je me rends compte que je ne l'ai pas encore acheté...faut que je le fasse allez avant Noël, il sera lu et chroniqué !!

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je te rassure, je ne suis pas tentée et je crains bien de ne pas faire l'effort... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de savoir quand il faut aller contre son manque d'envie et quand il ne faut pas.

      Supprimer
  9. Je vois souvent cet auteur sur les blogs mais je n'avais pas encore été tentée, ce que tu en dis me confortes dans l'idée que ses romans ne sont pas pour moi !

    RépondreSupprimer
  10. Il est vrai que je n'ai pas vu beaucoup d'avis négatifs sur ce roman. Moi-même, je l'ai beaucoup aimé, je trouve qu'il est beaucoup plus profond que L'atelier des miracles mais je peux comprendre tes réticences.

    RépondreSupprimer
  11. tiens, ça m'étonne parce que j'ai l'impression que ce livre faisait l'unanimité (dans le bon sens du terme) !!

    RépondreSupprimer
  12. Sur le Havre, je suis tentée par ce livre là. Le témoignage doit être précieux, on entend beaucoup d'hommages depuis que la ville a été classée par l'Unesco, mais il me semble que l'avis (la vie ?) des vieux Havrais est complètement oublié : https://actu.fr/normandie/havre_76351/cites-provisoires-anecdotes-havre-apres-guerre-se-raconte-jean-charles-langlois-abus-enormes_11384691.html

    RépondreSupprimer
  13. Je me demande si le fait de le lire en audio n'a pas modifié ta perception, moi comme tu le sais, je l'ai beaucoup aimé, pas un coup de coeur magistral, mais vraiment un bon moment de lecture. Le couple Emelie Joffre honnêtement j'y ai cru (sans doute parce qu'ils m'ont fait penser à des gens qui je connais), et puis je l'ai trouvé vraiment très crédible historiquement parlant , sans doute un peu caricatural en Algérie et encore je ne le trouve pas tant que ça. Elle met en lumière un vrai désespoir qui a été celui des Havrais bombardés par les Alliés quand même. AU final, je me dis vraiment que la lecture audio a quelque chose de dangereux, je ne dis pas qu'une voix change le contenu d'un roman et que tu aurais eu un avis différent sur le papier, mais quand même, je pense que cela joue, car je n'ai pas l'impression d'avoir lu le même livre que toi. Mais bon c'est bien que tout le monde ne pense pas pareil, même sur les livres populaires. Quant à ceux qui ne l'ont pas aimé, j'imagine peut-être qu'ils n'en ont pas parlé, la blog s'est beaucoup lissée à cet égard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, ça joue. Là, je suis persuadée que je n'aurais pas aimé (et sans doute pas fini d'ailleurs) la version papier.

      Supprimer
  14. Je ne suis pas si surprise finalement, je pressentais que ce roman là n'était pas pour toi... (il faut croire que je commence à te connaître un peu ;-) )

    RépondreSupprimer

Oui, oui, oui !

C'est mon chouchou (le livre ou l'auteur, je ne sais pas dire) et il vient de remporter le Goncourt 2018. Un grand bravo à Nicolas ...