mardi 29 septembre 2015

Un été avec Proust

Le malheur, c'est qu'il faut que les gens soient très malades ou se cassent une jambe pour avoir le temps de lire La Recherche (Robert Proust)

Quand Galéa m'a offert ce livre dans lequel huit romanciers, biographes ou philosophes abordent La Recherche, l'été était déjà fini. Je ne pouvais décemment pas ouvrir ce livre en automne, j'ai des principes, j'ai donc attendu plus de neuf mois pour l'ouvrir (Galéa, si tu pouvais faire attention à ne pas choisir un titre avec été cette fois, ça me permettra de ne pas m'impatienter de l'ordre immuable des saisons). 

Ce recueil divisé en thèmes (le temps, les personnages, Proust et son monde, l'amour, l'imaginaire, les lieux, Proust et les philosophes, les arts) est à lire absolument lorsqu'on a fait, comme moi, une pause dans La Recherche et qu'on a un peu de mal à s'y remettre, alors même qu'on a beaucoup aimé passer du temps avec les personnages proustiens. Je ne sais pas si c'est le cas pour tout le monde mais j'ai éprouvé une petite lassitude après Sodome et Gomorrhe et j'ai fait une pause qui a duré presque un an. C'est vraiment la lecture de ce recueil qui m'a donné envie de m'y remettre, ce qui est chose faite depuis le 31 août. 

J'ai beaucoup appris avec ce livre et j'ai envisagé La recherche sous des aspects qui m'avaient échappé. Antoine Compagnon nous rappelle que les pays étrangers ont tout de suite salué La Recherche comme une oeuvre innovante et importante. Il nous redonne la loi qui veut que la moitié des acheteurs de Du côté de chez Swann se procure le second tome, et que la moitié des acheteurs de celui-ci achète le troisième. Mais après, les lecteurs persévèrent. Antoine Compagnon nous apprend aussi que l'illustre première phrase est apparue tardivement après de nombreux essais. J'ai d'ailleurs particulièrement aimé la partie rédigée par Antoine Compagnon, qui ne se résume pas, loin s'en faut, aux anecdotes. Celle écrite par Jean-Yves Tadié compare Proust et son maître Balzac et elle m'a aussi passionnée. Nicolas Grimaldi nous apprend quel est le mot le plus employé dans La Recherche.  Je ne vais pas tout vous révéler parce qu'il faut que vous lisiez ce livre si vous avez commencé La recherche. Comme dans tous les recueils, il y a des parties plus intéressantes que d'autres, selon notre culture et notre sensibilité. 


A conseiller à tous ceux qui lisent La recherche et ils sont nombreux: Attila, Malika, Galéa, Mind the gap, Tania, Karine et Luocine
Merci à Galéa qui m'a offert ce livre dont je n'avais pas entendu parler (le même en version Baudelaire existe)

21 commentaires:

  1. Je le lirai des que La recherche sera terminée. ...fin 2016 en ppe....
    Compagnon est toujours passionnant quel que soit le sujet sur lequel il s'exprime ..je trouve
    ADH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je ne connaissais pas cet homme, je suis ravie de l'avoir enfin découvert à travers ce recueil.

      Supprimer
  2. Hé bien pauvre de moi, je vais essayer de lire le premier tome de la recherche (offert par la même blogueuse que toi...:D :D ) et si j'en réchappe, ce sera déjà bien. Mais pour les lecteurs qui ont aimé ou adorent Proust, ce livre doit être génial à lire en effet...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu trois tomes il y a très longtemps et n'ai pas la moindre envie de m'y replonger. Un jour peut-être, mais certainement pas quand je serai malade, la littérature contemporaine m'intéresse beaucoup plus aujourd'hui. J'ai fait des études de lettres dans un premier temps, jusqu'à l'agrégation et au sortir de ce cursus, l'auteur le plus moderne que je connaissais était disons André Malraux (que je déteste) ou Claude Simon (jamais pu finir "La route des Flandres"). Ce n'est qu'après que j'ai découvert la diversité et la richesse de la littérature contemporaine, et je n'ai pas fini de la découvrir, à travers tous les pays du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord qvac toi sur l'importance d'introduire les contemporains dans les études littéraires et notamment en lycée. Mais je ne peux m'empêcher de penser qu 'on ne devient pas un classique par hasard.

      Supprimer
  4. Bon, je l'ai lu cet été (ainsi qu'un autre autour de Proust) (et pas de billet), n'aie pas honte de lâcher La recherche un peu de temps, je me souviens avoir stoppé le 2 ou le 3? durant deux trois ans, mais pas de souci...
    Je te signale qu'existe aussi Un été avec Montaigne, très bien!
    J'ignore si tu dosi me mettre dans ceux qui lisent la recherche, je devrais reprendre avec A l'ombre des JF en fleurs, depuis un bout de temps;..Au moins avoir tout sur le blog?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es quand-même notre référente en matière de Proust, soyons claire!
      Je lirais bien Un été avec Montaigne, de là à relire Montaigne. ;)

      Supprimer
  5. La semaine prochaine, ma chronique proustienne reprendra, il me reste à lire "Le temps retrouvé". Après je lirai peut-être ces commentateurs, la biographie de Proust par Jean-Yves Tadié m'avait passionnée.
    Merci pour le lien, Valérie, je vais jeter un coup d'oeil chez les autres blogueuses citées.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas une déférente, disons que n'avoir pas fait d'études de lettres me donne parfois des complexes pour savoir bien parler des oeuvres, mais bah au moins je les aborde cool sans arrière pensée ou mauvais souvenirs lors des études. Ma première lecture de proust s'est faite sur l'enthousiasme d'un jeune frère à moi (étudiant en géologie)
    J'ai préféré un été avec Montaigne à celui avec Proust, mais chuuuut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si pour moi, tu en es une. ;)
      Ah tiens, je vais le noter alors cet Eté avec Montaigne.

      Supprimer
  7. La phrase que tu as mise en exergue est drôlement vraie quand même, j'ai toujours su que j'attaquerai Proust dans une période bizarre, et j'attendais de tomber enceinte pour attaquer le premier tome, et mon repose forcé de cet été n'y est pas pour rien.
    Je suis vraiment vraiment heureuse qu'il t'ai plu ce recueil, car je l'ai vraiment choisi en dernier recours (cette année j'ai un peu peur d'être moins originale et moins au taquet;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es toujours au taquet et je sais déjà que j'aimerais ton colis.
      Et moi, je ne l'ai pas commencé quand j'étais malade comme tu le sais, mais quand l'un de mes très proches le fut.

      Supprimer
    2. Disons que tu as reçu une partie du colis, il faudra attendre pour la deuxième....

      Supprimer
  8. Je ne savais pas que ce livre ressemblait à ça. Je croyais qu'il s'agissait "simplement" des chroniques de Compagnon. J'irai voir quand j'aurai commencé la Recherche ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux attendre de l'avoir commencé en effet.

      Supprimer
  9. J'aime bien cette collection, avant Proust, c'était Montaigne comme le précise Keisha et je crois que tu l'apprécierais, et oui, l'été dernier, balade avec Baudelaire :-). Et je t'avoue, " l'été avec Proust ", c'est celui que je n'ai pas ( encore ) lu...

    RépondreSupprimer
  10. Ah super , je suis effectivement en panne entre La Prisonnière et Le temps retrouvé depuis plusieurs années (c'est balot...) ; je prends donc le conseil :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plusieurs années, c'est peut-être beaucoup.

      Supprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...