mardi 15 septembre 2015

Amours de Léonor de Récondo

Nous sommes en 1908, dans le Cher. Victoire est mariée à Anselme de Boisvaillant et ils attendent en vain un héritier. Par contre, Céleste, la bonne, attend un enfant d'Anselme qui lui rend souvent visite la nuit, visite dont elle se passerait bien. 

Ces quelques lignes ne résument pas l'intrigue qui est faite de multiples rebondissements. Malheureusement, trop en dire vous gâcherait la surprise du récit (ceci-dit, on apprécie d'arriver au chocolat fondant dans le Michoko, même si on sait par avance qu'il y en aura mais je préfère vous laisser découvrir par vous-même la teneur de ce chocolat fondant). Mais ne rien vous dire m'empêche aussi de vous expliquer clairement pourquoi ce roman m'a touchée et pourquoi j'en fait un coup de coeur. Sachez donc juste que les liens entre les personnages sont très forts, que les rebondissements sont à la fois inattendus et plausibles, qu'aucun personnage n'est noir ou blanc et que chacun à sa façon est touchant parce qu'il contient ses failles et que ces failles s'expliquent. C'est un roman à la fois sensible, sensuel et pudique et une plume précise et délicate. Ce roman a été mon fil rouge de l'été, mon plaisir est indissociable de tout ce qui a entouré ces lectures fragmentées et toujours attendues avec impatience. 

Ce roman est particulièrement propice à une lecture à haute voix, si les éditions Audiliob venaient à lire ce billet, ce qui est peu probable, je tenais à le signaler de manière explicite.

Publié chez Sabine Wespieser Editeur le 8 janvier 2015, 276 pages
Grand Prix RTL- Lire et Grand Prix des Libraires 2015

Antigone a été poursuivie par ce roman. Philisine est emballée. L'Irrégulière le trouve sublime et lumineux. Mina Merteuil le qualifie de "roman sensuel et contrasté". 

A conseiller particulièrement pour une lecture à haute voix. 
Merci à ma lectrice (qui prononce le prénom d'Anselme comme si c'était une gourmandise) 


 




27 commentaires:

  1. Aah je l'ai dans ma PAL, j'avais assisté à une rencontre avec l'auteure dans une librairie, très intimiste. IL faut que je le sorte.

    RépondreSupprimer
  2. une lecture dont je garde un excellent souvenir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en garderai durablement un excellent souvenir.

      Supprimer
  3. La fin est quand même too much, non ? En tout cas je suis ravi que tu en fasses un coup de cœur, ce n'est pas si souvent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne trouve pas, Jérôme. Mais je comprends qu'on le pense.

      Supprimer
  4. Piètre Viva est sorti en audio. Il ne serait donc pas impossible que celui -ci suive. J'avais beaucoup aimé un des premiers livres de l'auteure mais le titre m'echappe. J'ai le souvenir d'une très belle plume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je ne le savais pas. Alors oui, il sortira, c'est sûr, et tant mieux!

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'il fait partie de ces romans casse-tête à présenter : à la fois difficile de donner envie en en disant peu et culpabilisant de raconter davantage, en déflorant les effets de surprise (j'ai personnellement rencontré le problème : je savais qu'il y aurait du fondant à l'intérieur du Michoko et étais trop pressée d'y parvenir, sans savourer les autres parties du gâteau comme elles le méritaient). Quoi qu'il en soit, ton hypothèse de la lecture à voix haute est intéressante, et tu me rendrais presque curieuse d'une lecture audio, de ce qu'elle pourrait apporter de plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très intéressant ce que tu dis Mina et ça me conforte dans l'idée de ne pas trop en dire.

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup apprécié la lecture faite par l'auteure à Terres de Paroles. Je le prendrai tôt ou tard à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est ce que je regrette de ne pas y être allée!

      Supprimer
  7. Il est dans ma liste d'envies. L'auteur ne m'avait pas convaincu lors de son passage à la grande librairie alors j'ai traîné les pieds. Je ne sais pas s'il sortira en poche mais si oui, je le lirai ! Le Michoko ne me parle pas trop comme bonbon mais j'ai compris l'idée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, tu n'as jamais mangé de Michoko? Je suis en train de les abandonner au profit des Maltesers (beaucoup plus addictifs).

      Supprimer
  8. Je pense toujours à le lire. J'ai aimé le style de l'auteur dans Rêves oubliés et Pietra viva et j''admire le fait qu'elle change à tel point d'univers à chaque roman.

    RépondreSupprimer
  9. J'avais noté ce titre suite à un épisode des bibliomaniacs il me semble, et là avec ton billet je me rends compte que je ne l'avais pas noté dans mon carnet de wish list, mis à jour cet aprem à ta demande :p ... D'ailleurs on n'a pas eu trop le temps de parler de ton colis, je me demande si la citation du carnet t'a plue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tout aimé dans ton colis, particulièrement le choix des livres et ce très beau carnet qui était fait pour moi. Un grand merci, Tiphanie!

      Supprimer
  10. Tant mieux alors, j'aime bien chercher ce qui pourrait plaire.

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de le finir. Coup d'émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh chouette, je voulais tant que tu l'aimes.

      Supprimer
  12. Tu as écrit l'un des billets qui en déflorent le moins (même si moi je connais ta lecture personnelle avec ce roman ;-)), malgré tout je finis par avoir idée de toute l'histoire quand même. Je viens de lire celui de Mina, et vraiment votre unanimité à tous m'interroge, j'ai peur d 'être le vilain petit canard et de ressentir la même chose qu'avec Pietra Viva, un sentiment de froid et de beau finalement...je lirai sa version poche plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu des billets bien plus mitigés que celui de Mina et le mien.
      Il me semble que si tu es le vilain petit canard, ça n'a aucune importance, ce qui serait dommage, ce serait de passer à côté d'un roman qui pourrait te plaire.

      Supprimer
  13. Un énorme coup de coeur pour moi aussi !!!!

    RépondreSupprimer

Les terres dévastées d'Emiliano Monge

Ils sont une cinquantaine à vouloir traverser la frontière pour vivre leur rêve américain cette nuit-là. Une cinquantaine d'hommes, d...