mardi 3 avril 2018

Equinoxes de Bernard Foglino

Ils étaient quatre à se retrouver dans ce village de bord de mer quand ils étaient ados. Trois sont partis et ont bien réussi dans la vie si l'on en croit les apparences. Eddie, lui, est resté au pays. Ils ont désormais la quarantaine bien tassée et se demandent où ont bien pu passer leurs rêves d'enfance et à quoi a servi leur vie. Oui, ça sent la crise de la quarantaine tout ça. 
Ce roman doux-amer parlera sans doute un peu aux quadras qui se demandent parfois à quoi ça a servi tout ça. Et elle est attachante cette bande d'hommes un peu perdus. L'auteur restitue bien les retrouvailles entre personnes qui se sont connues à l'adolescence, qui parfois ne se reconnaissent pas physiquement. Se retrouver face aux fantômes du passé, c'est forcément mesurer le temps passé et c'est une épreuve que les personnages pourraient peut-être éviter de s'infliger. Et l'ambiance d'une soirée qui dépasse un peu du cadre est aussi très bien restituée. 
C'est donc un roman dont il ne faut pas trop attendre mais qui se lit facilement. 

Paru le 1er mars 2018- 240 pages.

A conseiller aux amateurs des amitiés masculines. 



19 commentaires:

  1. Et dis-moi, ça se passe où, tout ça?
    Quadras moi-même (mais pas en crise), ça m'intrigue. Serait-ce trop léger à mon goût, tu penses?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens plus ! Difficile de répondre à ta seconde question, c'est léger sans l'être tout à fait (voilà une bonne réponse de normande).

      Supprimer
  2. Il n'est pas nécessaire d'en faire une priorité j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
  3. Le sujet est très classique alors si le roman ne se différencie pas par sa narration ou son écriture, c'est dommage

    RépondreSupprimer
  4. Ha mais ça pourrait me plaire, je l'ai pris en plein la crise de la quarantaine et celle de la cinquantaine est en train de s'installer...WTF.
    Ceci dit, les amitiés masculines ne me tentent pas trop !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais peur à chaque fois que tu mentionnes la crise de la cinquantaine, moi qui sort à peine de celle de la quarantaine !

      Supprimer
  5. L'ai passé nous avons retrouvé le groupe de copains de nos 18 ans lors d'une soirée. Tu imagines le choc de revoir ces personnes plus de 30 ans après... Entre les rides, cheveux gris, embonpoint... mais alterne de la soirée, C'était les mêmes qu'avant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si ce sont les changements physiques qui sont les pires. Les gens évoluent aussi différemment.

      Supprimer
  6. ça me tente bien mais le côté "roman dont il ne faut pas beaucoup attendre" me refroidit un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends bien, ça me refroidit aussi.

      Supprimer
    2. Vous avez tort de ne pas essayer, c'est très bien écrit, enlevé, sans prétention, et cela laisse un brin de nostalgie délicate

      Supprimer
  7. Ca se passe entre Bordeaux et le Cap Ferret, les années 80 et 2010, entre dunes et grandes marées, un été trompeur qui ne veut pas mourir et qui doit s'y résoudre pourtant quand viendront les marés d'Equinoxe... Mais l'automne sous certain cieux annonce le printemps aux antipodes et peut être la vie qui renaît là bas se nourrit elle de celle qui meurt ici.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Valérie, j'ai senti ton manque d'enthousiasme. Personnellement, ce genre d'histoire ne me fait pas vibrer. Je passe. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu d'histoires me font vraiment vibrer malheureusement.

      Supprimer

My book list

Je continue d'emprunter les idées des autres et c'est encore à Mind The Gap que je dois l'idée de ce billet.  Q uel est le d...