jeudi 22 février 2018

L'été de Trapellune de Ruth Rendell

C'était un phénomène qui, bizarrement, n'était pas mentionné dans les romans: les personnages qui avaient causé la mort de quelqu'un semblaient s'en remettre immédiatement, sans subir la moindre transformation. Leur seule crainte était d'être découverts. 

Ils étaient cinq, trois hommes et deux femmes à passer cet été à Trapellune, propriété dont l'un d'eux venait d'hériter.Dix ans plus tard, en voulant enterrer leur chien, les nouveaux propriétaires découvrent le corps d'une femme et d'un bébé. Le passé qui ne fut jamais profondément enterré resurgit. 
J'ai beaucoup lu Ruth Rendell pendant mes études d'anglais, à l'époque où presque la moitié de mes lectures étaient des polars, c'est en tout cas l'impression que j'ai gardée de cette époque. Ce livre est un polar tout ce qu'il y a de classique, si ce n'est que nous connaissons dès le début les meurtriers, sans savoir précisément quel fut le rôle de chacun. C'est sur d'autres éléments qu'il nous surprend. Vous dire que j'ai été passionnée par l'intrigue, dans laquelle il n'y a d'ailleurs, pas réellement d'enquête, ou disons qu'elle se situe très en marge, serait mentir. Pourtant, c'est avec ce roman que Ruth Rendell a reçu le prestigieux Golden Dagger. Je pense que j'ai depuis longtemps passé la période où ce genre de polars m'intéressait. J'ai appris dans ce polar que certaines rues de Londres portent des numéros, comme à New-York (il y a par exemple quatorze Première rue dans la région de Londres). J'ai appris aussi que les stérilets étaient des abortifs et non des contraceptifs si je peux faire confiance à l'auteure (j'ai vu qu'il y avait polémique à ce sujet et n'ai pas eu le courage de lire des articles dont je ne mesurais pas la fiabilité). J'aime le côté vintage de ces romans policiers dans lesquels il faut aller en bibliothèque pour rechercher des infos qui sont désormais à portée de main. Il y a aussi un passage assez drôle sur le lien entre la masturbation et les gencives saines. 

Publié en 1987. C'est sous son pseudonyme Barbara Vine qu'il fut publié en Angleterre.  377 pages en livre de poche. 

A conseiller aux amateurs de polars classiques.
Merci à la cabane à livres de ma piscine. 

22 commentaires:

  1. Je l'ai lu. Bon souvenir, assez classique mais pas désagréable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Classique effectivement, mais avec un retournement pas commun.

      Supprimer
  2. J'en ai lu beaucoup dans ma jeunesse et puis j'ai abandonné pour ne plus y revenir. Il faudrait que je n'aie vraiment rien sous la main pour m'y remettre ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'en ai lu 2 ou 3 aussi à l'époque et j'en garde un très très bon souvenir. Je devais y revenir d'ailleurs mais le temps a passé et d'autres tentations se sont immiscées. Je trouve qu'elle fait du très bon thriller psychologique, mais j'ai peut-être eu la main particulièrement heureuse dans mes pioches. Je la préfère aussi sous la plume de Barbara Vine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens l'avoir beaucoup aimé parce qu'elle fait des polars sans enquête et sans enquêteurs.

      Supprimer
  4. et moi je ne connais pas du tout cet auteur !! oh ben dis donc!!?

    RépondreSupprimer
  5. J'en ai lu deux ou trois de cet auteur : j'aime bien, d'habitude, elle fait toujours références à la littérature pour mener son enquête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens pas que ce soit le cas dans celui-ci.

      Supprimer
  6. Jamais lu cette auteure, il me semble.
    C'est curieux que tu aies voulu relire cette auteure. Une envie subite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'était le seul livre qui me plaisait un peu dans la boîte à livres et je n'avais plus rien à la maison.

      Supprimer
  7. Je ne connais que de nom, on la voit beaucoup en bibliothèque, un classique mais je ne l'ai jamais lue.... Mais j'ai l'impression que ce n'est pas très grave .... ?

    RépondreSupprimer
  8. J'ai aussi lu pas mal de romans de Ruth Rendell à une époque (qui fut sûrement la tienne). Je ne connaissais pas ce titre mais je replongerais bien volontiers.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup Rendell/Vine et ne l'ai pas lu. Je le note.

    RépondreSupprimer
  10. Pas du tout mon truc ça, tu t'en doutes ;)

    RépondreSupprimer
  11. Pas trop mon truc à moi non plus donc je passe :)

    RépondreSupprimer

L'ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier

Vous aurez mille fois le temps de faire plus ample connaissance pendant vos maraudes dans la Cité noire où je ne vous demande qu'une ...