mardi 20 février 2018

Hier encore, c'était l'été de Julie de Lestrange

Ils trouvaient les relations amoureuses d'une grande absurdité. Surtout la fin. Du jour au lendemain, il fallait décréter que l'autre n'existait plus. Soit.[...] Aucune autre relation ne souffrait de ce type d'abandon. N'importe où ailleurs, lorsqu'on ne s'entendait plus, on s'éloignait discrètement. 

Ils sont quatre, Alexandre, Marco, Anouk et Sophie. Ils ont partagé des moments de leur enfance parce que leurs grand-parents possédaient des maisons voisines. Il y a eu le flirt à l'adolescence, qui n'a pas empêché l'amitié de revenir. Ils sont maintenant de jeunes adultes et ils se cherchent, autant dans la vie professionnelle qu'amoureuse. Il n'est ni facile de grandir, ni de trouver la personne avec qui on souhaite un bout de chemin un peu plus long que d'habitude. 

Vous trouvez ce résumé bien mièvre. C'est normal, ça reflète le roman. Il y a neuf pages extrêmement réussies dans ce roman, ce sont les neuf premières, j'en ai éclaté de rire et j'ai raconté la scène à ma fille. Après, tout est convenu, mignon. Pour une fois pourtant, on laisse croire qu'être enfant de divorcés est moins pesant qu'être enfants de menteurs et de lâches. 

Publié en mai 2017 au livre de poche et précédemment, aux éditions Mazarine (ceci explique cela, je découvre l'info en rédigeant le billet). 380 p. 

A conseiller à ceux qui aiment les livres légers et convenus. 

15 commentaires:

  1. Pas du tentée. Tu as eu le courage de lire jusqu'à la fin ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'avais plus grand chose d'autre à lire. ;-)

      Supprimer
  2. En effet, ton article est court et disons un peu mièvre :D
    Mais c'est de la littérature jeunesse ou non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article ne fait que reprendre les éléments du roman. Et j'ai eu du mal à développer, c'est vrai, sur ce roman que je n'ai pas aimé. Non, pas du tout, je crois que Mazarine, c'est pour les femmes.

      Supprimer
    2. Je ne connais pas cet éditeur, enfin que de nom...mais je crois que j'aime les livres pour femmes ou disons les écritures féminines (même chez les auteurs masculins d'ailleurs).

      Supprimer
  3. Après la tresse tu enchaînes une lecture qui ne ressemble pas du tout à tes goûts de lectrice. Tu es l'antithèse du mièvre pour moi tu sais ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Jérôme!
      Je change de direction et viens d'entamer un roman que tu as recommandé (chez Albin Michel).

      Supprimer
  4. Une lecture qui ne m'avait pas accrochée. J'avais trouvé les personnages caricaturaux, ce qui avait offusqué l'auteure.

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement, pas trop ton style de lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas du tout même. Je ne sais pas ce qui m'a pris.

      Supprimer
  6. Ah mince !! Moi j'ai bien aimé, mais c'est vrai que ces livres là sont dans une catégorie "plus légère"... il faut avoir envie de ça. Toutes mes excuses si c'est moi qui t'avais donné envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, je l'ai choisi au hasard, j'avais l'impression de ne pas en avoir entendu parler avant.

      Supprimer
  7. Je l'avais bien aimé ce roman. Il est tombé à une bonne période. J'avais besoin de quelque chose de léger je crois. Me suis attachée aux personnages, je n'ai pas mis longtemps pour le lire et ça m'avait fait plutôt du bien... cette légèreté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre. Et puis, c'est vrai qu'ils ont un côté attachant, ces personnages.

      Supprimer

La remise des romans

La semaine dernière, c'était le grand jour, nous remettions les romans aux élèves ! Nous avions prévu deux heures pour leur lire des...