jeudi 3 décembre 2015

Les cowboys de Thomas Bidegain

Kelly est en seconde quand elle disparaît brutalement lors d'une fête country. Ses parents découvrent avec effroi qu'ils ne savent rien de sa vie, qu'elle leur cache une liaison avec un certain Ahmed qu'ils ne connaissent pas, qu'elle a complètement coupé les ponts avec ses anciennes amies. Alors que le père se jette à corps perdu dans la recherche de sa fille, la mère se demande d'emblée s'il ne faut pas laisser leur fille vivre ce qu'elle a décidé de vivre. 

Les CowboysSi j'ai trouvé quelques petites longueurs dans ce film, il pose des questions essentielles qui dépassent l'actualité. On sent d'emblée que les parents sont tous les deux dévastés par la disparation de leur fille mais ils réagissent différemment. L'homme ne se pose pas de question, la disparation mène forcément à une quête, qui est sans doute à la fois une manière de remplir un espace laisse libre dans sa vie et une forme de vengeance. On ne lui prendra pas sa fille sans qu'il réagisse, foi de père! La mère, elle, se demande à quel point un parent peut intervenir dans la vie de son enfant, qu'il soit majeur ou pas. Elle comprend vite que contrecarrer ce projet, c'est aussi probablement se mettre sa fille à dos dès le départ. Le film est porté par de très bons acteurs, François Damiens en tête talonné par le jeune Finnegan Oldfield qui joue ce frère lesté du fardeau de cette disparition. Ce film évite, me semble-t'il, les clichés et par les temps qui courent, c'était important. Il montre aussi à quel point une telle disparition laisse démuni, pour différentes raisons. Et que le seul capable de retrouver les traces de la disparue, c'est celui qui a préparé le terrain, certainement pas le père désarmé qui y va avec ses grands sabots. 

Sortie: le 25 novembre 2015

A conseiller à tous les parents.
Merci à celle qui m'a accompagnée. 

8 commentaires:

  1. J'ai apprécié ce film aussi, malgré quelques faiblesses narratives par moment, il se suit avec beaucoup d'intérêt et on voit à quel point le départ de la fille ravage la famille de différentes manières.

    RépondreSupprimer
  2. ha donc tu l'as vu aussi :) Je suis d'accord avec toi, on ne tombe pas dans le cliché et les stéréotypes, je trouve que c'est bien de l'avoir situé dans les années 90, ça a permis une petite distanciation avec les événements actuels. Comme toi j'ai trouvé les acteurs très bons, Françaois Damiens est d'autant plus émouvant qu'il est à mille lieux de ce qu'il est d'habitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison, je pense que cette mise à distance temporelle était essentielle.

      Supprimer
  3. j'essaierai de le voir un jour ou l'autre. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Tout a fait d'accord avec ton propos Valerie. J'ai trouvé l'angle de vue du sujet très intéressant, et en effet le fait d'avoir situé cette histoire dans les années 90 apporte en crédibilité, et pas seulement le côté émotionnel. Même si les questionnements restent sur les motivations, et la durée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la transposition dans les années 90 est une excellente idée. En ces temps difficiles, on avait besoin de distance.

      Supprimer

Sur l'écriture de Charles Bukowski

Je considère la lettre en elle-même comme une forme à part entière, aussi importante que la forme du poème, elle a une faculté à dire ce q...