dimanche 6 décembre 2015

Face cachée : the winner takes it all

Allez, il est temps, puisque je l'avais promis, de vous donner un titre que j'écoute très souvent sans le crier sur les toits. Il est placé quatrième dans la liste des titres que j'écoute le plus et je commence toujours mes séances de running avec lui. C'est pour moi la plus belle chanson de rupture. 
Pour diverses raisons, je choisis de vous passer la version chantée par Meryl Streep et c'est un gros effort de ma part puisque j'ai découvert que Meryl Streep reste un fantasme pour beaucoup malgré son âge et je trouve ça totalement injuste. Bon, moi, je profiterai de Pierce Brosnan pendant ce temps-là. 

A conseiller à celles qui doivent pleurer un amour qui a du mal à s'éteindre. 
Merci à Abba pour cette belle chanson (et pardon d'avoir mis en ligne la version Meryl Streep qui m'écorche un peu les oreilles) et à ma fille avec qui j'avais partagé ce film et l'envie de danser qui a suivi. 


9 commentaires:

  1. Ce n'est pas ma chanson préférée d'Abba.(plutôt Gimme gimme ou Dancing queen).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne me parle pas de Dancing Queen, je l'ai en tête depuis jeudi, impossible de m'en débarrasser.

      Supprimer
    2. et ce n'est pa sde ma faute !!!! ::--)) Bon courage

      Supprimer
  2. J'adore cette chanson, l'originale autant que cette version tragédienne antique de Méryl !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue nettement préférer la version Abba.

      Supprimer
  3. Je ne savais pas qu'elle chantait Meryl Streep. Objet de fantasmes, j'avoue avoir du mal à l'imaginer , pas du tout pour moi :D
    Groupe et chanson culte, très mélancolique, mais Abba est un groupe avec une âme, ce fut leur force parce que dans le disco pop c'était pas souvent le cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois qu'elle a chanté dans d'autres films, et dans son prochain, elle chante... faux.

      Supprimer
  4. Heu, pas taper : je ne connais pas cette chanson...

    RépondreSupprimer

Les terres dévastées d'Emiliano Monge

Ils sont une cinquantaine à vouloir traverser la frontière pour vivre leur rêve américain cette nuit-là. Une cinquantaine d'hommes, d...