jeudi 10 novembre 2016

Derniers feux sur Sunset de Stewart O'Nan


En 1937, Francis Scott Fitzgerald ne vit plus avec Zelda qui est internée mais il lui rend visite dès qu'il peut et l'entraîne même dans quelques virées en voiture. Mais on sent que le coeur n'y est plus. Il n'a plus d'argent et il accepte de partir à Hollywood pour gagner de quoi vivre et de que quoi payer l'institution et l'éducation de Scottie. Ce roman est donc celui des années hollywoodiennes de l'auteur de Gatsby  et de son histoire d'amour avec Sheilah Graham, célèbre potinière. C'est d'ailleurs elle qui le découvrit mort. 

J'ai lu un certain nombre de livres (romans et BD) sur Zelda et Francis Scott Fitzgerald et je crois que tous prenaient parti pour l'un ou pour l'autre. Il me semble que ce n'est pas le cas ici même si les fans absolus de Zelda trouveront peut-être qu'il est dépeint comme un homme qui doit se sacrifier pour une femme à qui il reste attaché même si elle le répugne physiquement. Si Zelda est décrite comme une femme qui ne maîtrise plus grand chose, Fitzgerald est lui un alcoolique invétéré qui, même par amour pour sa maîtresse (Sheilah détestait d'ailleurs qu'on l'appelle ainsi), ne peut se passer d'une bonne bouteille. C'est Sheilah qui le maintient tant que faire se peut sur les rails. Je ne peux néanmoins pas dire que j'ai vraiment aimé ce roman. Si certains passages m'ont plu, notamment ceux qui mettent en scène Scottie, la fille de Zelda et de Fitzgerald, j'ai trouvé l'ensemble longuet et un peu ennuyeux. 
Publié le 18 août 2016 aux éditions de l'Olivier. 388 p. 

Merci à Marjorie (qui l'a aimé) pour ce cadeau. 
A conseiller aux grands fans du couple mythique peut-être. 

15 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé d'autres romans de Stewart O'Nan, mais ce virage vers la biographie romancée ne m'inspire pas plus que ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai envie dans le découvrir sur un autre terrain.

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup O'Nan, dont j'ai lu, comme Kathel, d'autres titres (notamment les mémorables Un mal qui répand la terreur et Le nom des morts), mais j'admets que son ton, avec le temps, a parfois tendance à verser dans une sorte de monotonie, et j'ai mins accroché à ses derniers romans qu'à ses 1ers écrits. Ce titre ne me tentait pas vraiment, et tu confirmes mes craintes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais donc plutôt me pencher sur ses premiers romans (je pensais lire Les joueurs).

      Supprimer
  3. Je l'ai abandonné... impossible de rentrer dans l'histoire.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis comme Kathel, j'adore Stewart O'Nan mais je n'ai pas du tout envie de le lire dans ce registre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien noté de retenter l'expérience dans un autre style.

      Supprimer
  5. 2trangement je m'intéresse à ce couple alors que l'écriture de Fitzgérald et ses thèmes m'indifférent . je crois que pour les connaisseurs et fans, il ya aura toujours une opposition entre les pros Zelda et les pros Fitz, de mon côté, j'ai du mal à les dissocier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas fan inconditionnelle de Fitzgerald mais j'aime beaucoup Gatsby.

      Supprimer
  6. Plutôt lire "Tendre est la nuit" ! Ou "Alabama Song" de Gilles Leroy ?

    RépondreSupprimer
  7. Bon, j'ai ramené deux livres de l'auteur du festival america, mais pas celui là, ouf.

    RépondreSupprimer
  8. Oh mince alors :(
    Moi je l'ai aimé, parce que je l'ai trouvé touchant, d'une belle justesse, et que oui, je suis une inconditionnelle Fitzgeraldette (du coup je suis peut-être plus indulgente)et j'ai aimé qu'un auteur arrive à saisir ce destin qui lui échappe, cette désillusion et ce retour au quasi-anonymat.

    RépondreSupprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...