mercredi 18 novembre 2015

Les échoués de Pascal Manoukian

Chaque fil tenu s'accrochait à un autre et la somme de leur fragilités finissait par résister à tout, comme la toile d'une araignée. 

Ils sont quatre étrangers fraîchement débarqués en France en cette année 1992. Virgil a quitté la Moldavie en espérant faire venir femme et enfants, Assan et sa fille viennent de Somalie où le reste de la famille a été massacré. Chanchal est pakistanais et sur lui repose l'espoir de sa famille restée au pays. Pour ces quatre-là, l'arrivée en France a été un long et douloureux périple. Pour ces quatre-là, comme pour beaucoup d'autres, la France est l'ultime espoir d'une vie meilleure. A défaut de vie, c'est la survie qu'il découvre.

On a beaucoup parlé de ce roman sur les blogs en cette rentrée littéraire et je suis d'accord avec ce qui a été souligné : c'est une lecture indispensable. Alors, soyons honnête, elle ne l'est pas pour des raisons littéraires. Le roman n'est pas mal écrit mais il n'a pas non plus un charme particulier de ce côté-là. Il est indispensable parce qu'il explique très bien les conditions d'arrivée et de vie de ces migrants, parce qu'il nous fait réfléchir sur nos pratiques, parce qu'il montre aussi que l'angélisme n'est pas la bonne solution. On comprend aussi pourquoi ils n'ont eu d'autre choix que de partir, on ne quitte pas son pays et les siens par plaisir, et la scène de l'excision de la fille d'Assan l'illustre très bien. Je ne dirais pas que ce roman est toujours politiquement correct et ça m'a fait du bien aussi de sourire parce certaines phrases égratignaient certaines nationalités. Je crois que j'aurais détesté un roman trop lisse avec un tel sujet. Là, ça gratte parfois un peu. 

Publié en août 2015 chez Don Quichotte. 300 p. 

A conseiller à tous, surtout en ce moment. Je ne me voyais pas reprendre par un autre roman.
Merci à Tiphanie qui m'a offert ce roman pour mon anniversaire. Merci aussi à Jérôme et Yv, dont les billets m'ont mis l'eau à la bouche.  

20 commentaires:

  1. Je prévois de le lire, ça me paraît en effet indispensable, encore plus qu'au moment de sa parution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça l'est sans doute. Après, il faut encore avoir le courage de croire en des idéaux, et croire que les livres peuvent un peu changer le monde. Je ne suis pas sûre d'y croire encore.

      Supprimer
  2. En effet il est important de s'éclairer sur ce sujet, et autrement que par tout ce qui est véhiculé sur les réseaux sociaux. Le titre est bien noté.

    RépondreSupprimer
  3. Oui dans ce genre d'événements les multiples réactions à chaud on de quoi rendre malade...

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais noté aussi, en effet, on en a beaucoup parlé sur les blogs récemment. Quelques "défauts" donc, mais une lecture indispensable. J'imagine un peu dure aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Indispensable oui. Et au-delà du sujet magnifiquement traité il y a un petit quelque chose de l'écriture qui m'a aussi beaucoup séduit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toutes façons, tu me contredis tout le temps en ce moment. ;)

      Supprimer
  6. C'est bien parce que du coup comme il est passé entre mes mains ça m'a donné envie de le lire, et ton billet confirme cette envie. Je suis contente qu'il t'ait plu, et en effet il tombe à point nommé.

    RépondreSupprimer
  7. j'avais déjà noté, je surligne alors ! :)

    RépondreSupprimer
  8. Excellent, je l'ai conseillé et toujours les gens qui l'ont lu l'ont aimé.

    RépondreSupprimer
  9. Ce roman m'a retournée... Et rencontrer l'auteur il y a peu a été un grand moment !

    RépondreSupprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...