jeudi 22 mars 2018

L'infinie patience des oiseaux de David Malouf (RL janvier n° 8)

En 1914, Ashley revient en Australie et va y rencontrer Jim. Ils ont le même âge et sont tous les deux passionnés de la faune qui entoure les marais. Ils vont unir leur amour de la nature et espérer construire ensemble un repère pour oiseaux, sous l’œil avisé d'Imogen, une quinquagénaire anglaise photographe. Mais la guerre éclate et les deux jeunes hommes sont mobilisés et partent pour l'Europe. 
Il est court ce roman et heureusement pour moi parce que sinon, je ne l'aurais pas fini. Les romans sur la guerre, c'est un peu quitte ou double avec moi mais alors, les romans avec des oiseaux, ça passe rarement. 

Publié en janvier 2018 chez Albin Michel. Ce roman est écrit par une pointure australienne (d'après la quatrième de couverture) dont je ne connaissais pas l'existence. Je me rends compte que je suis incapable de citer un auteur autralien. 

A conseiller aux contemplatifs. 

20 commentaires:

  1. Mon libraire de l'excellente librairie que tu connais m'en a dit un bien enorme ! Mais comme toi j'ai bute sur l'aspect ornithologique...
    Et sinon Kylie Minogue est australienne non ?...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rassures. En même temps, ta libraire avait prédit un Goncourt qui ne fut pas celui couronné. ;-) Mais on lui pardonne parce qu'elle est très sympathique.
      Elle écrit ses chansons, Kylie ?

      Supprimer
  2. Electra a tenté de me convaincre... J'étais franchement dubitative. Je n'ai tellement pas la fibre ornithologique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus. En cinquième, j'ai visité le Marquenterre, un parc ornithologique du nord de la France. Mais je n'avais d'yeux que pour le beau Jérôme de 5e B et pas du tout pour les oiseaux.

      Supprimer
    2. Je vois vers où va ton attirance...!

      Supprimer
    3. A treize ans, entre les oiseaux et le beau Jérôme, tu sais, il n'y avait pas beaucoup d'hésitations à avoir. Surtout que de mémoire, les oiseaux se cachaient un peu.

      Supprimer
  3. J'adore le ton de ce billet! :-D

    Et puis, tu n'es pas rancunière, tu as tout de même fait une très belle photo pour ce livre qui t'a visiblement bien barbée. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!! C'est le sac à plat à tarte que j'ai cousu il y a peu. J'adore ce tissu !

      Supprimer
  4. Ah mince, jusqu'à présent je n'avais lu que des avis enthousiastes. Le côté contemplatif ne me fait pas peur, j'essaierai en bibli.

    RépondreSupprimer
  5. Moi ce sont les oiseaux qui m'attirent, pas la guerre, dans ce roman. On verra. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, c'est vraiment la partie sur laquelle je ne peux pas me prononcer. Moi, ça ne me parle pas du tout.

      Supprimer
  6. ah dommage de mon coté ce fut un énorme plaisir

    RépondreSupprimer
  7. C'est un joli titre, mais à part ça ça ne me donne pas trop envie!

    RépondreSupprimer
  8. Tu m'aurais demandé, je t'aurais dit que tu pouvais passer ton tour^^ J'ai vraiment beaucoup aimé, surtout la partie en Europe. Le début à un coté "pastoral" un peu vieillot qui ne m'a pas emballé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois, laisse moi un message codé. ;-)

      Supprimer
  9. J'en connais qu'un d'auteur australien mais je ne pense pas qu'il soit une pointure ! Je ne sais pas si j'aimerai ce livre sur les oiseaux ( tu viens de créer une nouvelle catégorie " les romans avec des oiseaux :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est mon deuxième dans la catégorie, j'en avais lu un cet été ! ;-)

      Supprimer

My book list

Je continue d'emprunter les idées des autres et c'est encore à Mind The Gap que je dois l'idée de ce billet.  Q uel est le d...