jeudi 18 janvier 2018

Je te dois tout le bonheur de ma vie/ Leonard et Virginia Woolf de Carole d'Yvoire

Ce monde des humains devient trop compliqué, je m'étonne que nous ne remplissions pas davantage les asiles d'aliénés.

Ce curieux livre de poche (curieux car je n'avais jamais vu ce qu'on appelle en anglais un "hardback" de la collection du livre de poche) est le premier livre de Carole d'Yvoire, qui est traductrice. Ce beau livre illustré de photos et de dessins en début de chapitre retrace la jeunesse de Virginia Stephen, qui deviendra Virginia Woolf, et de Leonard Woolf. L'auteur choisit d'arrêter son récit à la création de la maison d'édition, permettant au lecteur de croire un peu que l’histoire qui unit ces deux êtres eut une fin heureuse. Et pourquoi pas?
Mon plus grand reproche envers ce livre, c'est son titre que je trouve trompeur. On pourrait penser à une histoire à l'eau de rose tout d'abord. En plus, je ne suis pas certaine qu'il résume parfaitement le lien qui unissait Leonard et Virgina. L'auteure nous livre de nombreux extraits épistolaires de  Leonard, ce qui explique qu'à la fin de la lecture, on a l'impression de comprendre l'amour que Leonard porte à sa femme mais les pensées de Virginia restent un mystère. C'est malgré tout un livre féministe dans le sens où il donne des raisons très précises au mal-être de Virginia (attouchements de ses demi-frères, perte de sa mère puis de plusieurs proches et enfin le diagnostic médical sur son incapacité mentale à être mère). Voilà une femme qu'on a considérée comme "folle" parce que la folie féminine était considérée comme une fatalité pour un certain nombre d'entre elles. Inutile donc d'en chercher les causes et sans cause, il est difficile de soigner. En fait, de nombreuses personnes de l'entourage de Virginia ont souffert de troubles psychiques, les menant parfois au suicide et cela incluait aussi bien des hommes que des femmes. Carole Yvoire remet d'ailleurs en cause la manière dont on traitait alors les dépressifs et rappelle que le Lunacy Act de 1890 imposait qu'on interne toute personne ayant fait une tentative de suicide. Le parcours de Leonard Woolf est très original : parti à Ceylan parce qu'il n'avait pas réussi le concours de Cambridge, il va s'y révéler professionnellement en tant que haut-fonctionnaire et tomber sous le charme de cet endroit.
Ce roman est accompagné de deux courtes nouvelles, l'une de Leonard Woolf et l'autre de Virginia Woolf. Comme vous le savez, les nouvelles et moi, ça fait deux, donc je ne m'étendrai pas dessus. C'est un beau livre de poche que je vous recommande. J'ai  très envie de relire Virginia Woolf, ne serait-ce que parce que je suis persuadée de l'avoir lue trop jeune pour la comprendre vraiment. 

Publié le 2 novembre 2017- 225 p.

A conseiller à ceux qui veulent découvrir le couple Leonard et Virginia Woolf. 

29 commentaires:

  1. Réponses
    1. IL n'est sans doute pas parfait mais il est intéressant.

      Supprimer
  2. Virginia Woolf fait partie de mes rendez-vous (littéraires) manqués. Peut-être que je l'ai moi aussi lue trop tôt, ou au mauvais moment. Ton billet me rappelle qu'il faut absolument que je lui donne une seconde chance.

    Je n'avais pas du tout connaissance de ce Lunacy Act de 1890. Quelle horreur! Les choses ont heureusement changé, même si la dépression demeure encore trop souvent un sujet tabou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que des lois comme ça, il y en a eu dans beaucoup de pays malheureusement.
      Il y a à mon avis un âge minimum pour lire Virginia Woolf, ou disons une maturité à acquérir. Il faudrait que je vois si je suis assez mûre maintenant !

      Supprimer
  3. A défaut, je voudrais bien découvrir sa correspondance ou son journal?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si on a sa correspondance ou alors c'est justement parce qu'elle a été publiée et pour un problème de droits qu'elle n'est pas reproduite.

      Supprimer
  4. Mince, j'aurais aimé en savoir plus sur les nouvelles moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te dirais-je que ce n'est pas une surprise ? ;-)

      Supprimer
  5. Comme toi, je pense que je l'ai lu trop jeune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si nous ne sommes pas nombreuses dans ce cas.

      Supprimer
  6. Pas trop envie de découvrir le couple. J'ai commencé à lire Virginia Woolf tardivement, d'abord les nouvelles, puis le roman. Je suis toujours impressionnée par le talent de l'écrivaine mais toujours aussi un peu en dehors du monde qu'elle décrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son monde intérieur ou le milieu social?

      Supprimer
  7. un livre manifestement sympathique, je suis fan de VW alors immédiatement je note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, tu peux tout autant être conquise que frustrée.

      Supprimer
  8. Je suis sûre que j'avais laissé un commentaire l'autre jour....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis certaine aussi, parce que je l'ai lu.

      Supprimer
  9. Comme je je dis souvent, je suis fasciné par Virginia Woolf et sa vie, sans jamais avoir réussi à la lire...
    Ce livre pourrait me plaire , c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est difficile d'accès, Virginia Woolf.

      Supprimer
  10. Pour compléter, je recommande "Ma vie avec Virginia" par Leonard Woolf qui m'a éclairée sur bien des points - à croiser, bien sûr, avec le superbe Journal de Virginia Woolf.
    Je n'ai pas bien compris de quels dessins il s'agit ici, de Carole d'Y ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas qu'il avait écrit sur sa femme. Je note.

      Supprimer
  11. My brother suggested I might like this web site. He was totally right.
    This post actually made my day. You can not imagine just how much time I had spent
    for this info! Thanks!

    RépondreSupprimer
  12. Ah dis donc tu donnes drôlement envie de découvrir ce livre. J'ai le journal de Virginia Woolf toujours dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, je connais très peu de choses sur Virginia Woolf (j'avais lu 7 femmes de Lydie Salveyre quand-même), ça joue sans doute.

      Supprimer
  13. J'ai lu très peu de Virginia Woolf finalement, cela donne envie de s'y remettre!

    RépondreSupprimer
  14. Tout pour me plaire et j'adore les nouvelles !

    RépondreSupprimer
  15. Comme j'aime beaucoup Woolf, j'ai failli l'acheter. Je vais voir pour ma prochaine virée livresque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment as-tu pu résister ;-) ? Je le trouve très original pour un livre de poche.

      Supprimer

Vacances !

Mon blog n'a pas pris de vacances depuis son ouverture. Alors que je rentre tout juste et que j'ai encore un peu la tête en Asie, c...