mardi 11 juillet 2017

Dalva de Jim Harrison

Dalva est une femme moderne, qui aime les hommes, qui en a d'ailleurs aimé un passionnément quand elle était jeune et qui est tombée enceinte. Mais ce jeune homme ne pouvait pas être le bon pour des raisons que nous découvrons très vite et Dalva doit abandonner l'enfant qu'elle porte. Ce sont ses souvenirs que nous suivons et sa double quête: celle passée pour retrouver Duane, son grand amour et celle présente pour retrouver ce fils. A la voix de Dalva se superpose celle de Michael, son ami. 

Il est des monuments de la littérature qu'on garde au chaud dans ses placards sans oser les attaquer, parfois et c'est le cas avec celui-ci, parce qu'on a l'impression qu'on ne sera pas à la hauteur. Cet auteur est l'un des auteurs préférés d'une amie chère et je ne l'avais toujours pas lu. Il était grand temps que je répare cette erreur. J'ai beaucoup aimé la partie consacrée à Dalva. Jim Harrison dessine là un portrait de femme forte comme je les aime et il fait souffler un vent qui nous propulse avec talent dans le monde amérindien. J'ai eu du mal à changer de personnage et à entrer dans la partie centrée sur Michael même si ses recherches sur les indiens sont passionnantes. Et puis, une scène très drôle (et dans laquelle Michael est l'archétype du vicieux qui profite d'une jeune fille) m'a embarquée. Jim Harrison parvient à faire revivre un monde disparu, à nous toucher sans pathos et à créer des personnages à la fois hauts en couleur, que ce soit les personnages principaux (le grand-père de Dalva est une réussite absolue) ou secondaires, notamment les amants de Dalva et de sa sœur et réalistes. Je relirai sans aucun doute cet auteur, plutôt l'été car je sens que j'ai besoin d'avoir l'esprit libre pour l'apprécier pleinement. 

Publié en France en 1991 par Christian Bourgois. Lu en 10/18 (471 pages).

Merci Nathalie de m'avoir donné envie de le lire et peut-être devrais-je maintenant donner une seconde chance à Philippe Dijan, ton autre grand chouchou.
A conseiller aux amoureux des grands espaces et des personnages féminins inoubliables. 

31 commentaires:

  1. Un écrivain que j'hésite à aborder ; j'ai l'impression que son univers ne me touchera pas. J'ai peut-être tort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce titre te plairait beaucoup.

      Supprimer
  2. Je ne l'ai encore jamais lu, à réparer très vite, celui-ci pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a parfois peur de s'attaquer aux monstres.

      Supprimer
  3. Ecoute, là, tu dois absolument lire la 'suite', où on retrouve Dalva, et qui est formidable aussi! L'été prochain?

    RépondreSupprimer
  4. Lu il y a trois ou quatre ans. J'en garde un souvenir assez vague, j'avais aimé le personnage de Dalva et cette plongée dans l'Amérique authentique, mais il me semble que j'avais trouvé ça un peu trop dense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute ton souvenir est-il vague justement parce que ce roman est dense et brasse de nombreux personnages et époques.

      Supprimer
  5. Dalva et la route du retour sont des romans magnifiques que j'ai lu et relu et dans lesquels j'aime me laisser embarquer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande encore pourquoi j'ai tant attendu avant de découvrir Harrison.

      Supprimer
  6. j'ai adoré ce livre dans le temps, peut être le relire maintenant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou peut-être pas ;-).
      Les mémoires d'Hadrien, adoré pendant mon adolescence, m'a terriblement déçue à la relecture. J'hésite désormais.

      Supprimer
  7. Je me suis offert la version "collector" publiée par 10/18 en fin d'année dernière. Me reste plus qu'à le relire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais repéré la belle couverture de cette version!

      Supprimer
  8. Jamais lu cet auteur mais je note ce titre car je vais peut-être lire un autre romans sur les amérindiens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un incontournable de la littérature nord-américaine, ce roman, je crois.

      Supprimer
  9. Voilà une lacune de plus. Jamais lu cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lacune à réparer mais je te rassure, je ne compte pas les miennes.

      Supprimer
  10. Dalva est sans doute mon héroïne préférée ! Tu peux la retrouver dans La route du retour...

    RépondreSupprimer
  11. Tu me donnes envie de découvrir cet auteur d'urgence !

    RépondreSupprimer
  12. j'ai aussi mis du temps à me décider à le lire mais c'est sans regret : un chef d'œuvre, ça oui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une plongée très intéressante dans le monde des missionnaires et des indiens. Merci de ce commentaire, cher (je dirais plutôt chère mais sans indice pour m'aider) anonyme.

      Supprimer
  13. Ce titre est aussi un grand coup de coeur d'une amie chère, il attend le bon moment pour moi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère que tu le trouveras. J'ai mis le temps.

      Supprimer
  14. Toujours pas lu alors que j'ai possédé pendant vingt ans, deux exemplaires refilés depuis peu à des mains plus ouvertes à cette lecture. Aucun regret en tout cas. Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes, je pensais que ce roman avait tout pour te plaire.

      Supprimer
    2. J'ai essayé au moins trois fois et j'ai abandonné. Je crois que c'est l'écriture qui ne me convient pas, cette façon alambiquée de dire les choses. Soit c'est lié à la traduction (mais j'en doute) soit c'est lié à l'auteur (et là, je pencherai là-dessus car j'ai lu un autre roman de lui qui ne m'a pas super enthousiasmée). Après, la rencontre est aussi une question de timing et visiblement, je ne l'ai pas encore trouvé.

      Supprimer
    3. Ah d'accord. Je n'ai pas eu cette impression de lecture alambiquée mais je savais d'un roman qui l'était particulièrement.

      Supprimer
  15. Bonjour Valérie, j'ai lu Dalva quand il a paru, quel beau roman! Bonne journée.

    RépondreSupprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...