jeudi 5 janvier 2017

Trois saisons d'orage de Cécile Coulon


Son corps, tourné vers la demeure au bout du chemin, voulait s'allonger, grandir instantanément, tendu jusqu'aux fenêtres. 

Après la seconde guerre mondiale, André s'installe aux Fontaines. Seul médecin de cette bourgade qui tourne autour de l'extraction de la pierre, il est très apprécié des habitants. Lors d'une visite particulièrement dramatique, il tombe amoureux d'une maison qui sera peut-être le grand amour de sa vie. Le destin lui simplifie la tâche: un enfant y meurt et les parents ne s'imaginent pas continuer à vivre dans ce lieu maudit. André achète la maison mais peut-on être heureux dans un endroit acquis grâce au malheur des autres? André y croira longtemps jusqu'à ce que le destin ne frappe une seconde fois. 

Selon les lecteurs, on assimilera ce roman à un roman social, celui d'un village dont l'économie prospère grâce à l'implantation d'une carrière, à un roman d'apprentissage ou à une allégorie de l'aventure humaine dans un jardin d'Eden d'où certains seront bannis. On pourrait aussi parler de désir(s), de secret de famille, de chemins de vie, de destin, de sacrifice, y voir une tragédie à la Racine, avec des personnages qui croient tout contrôler quand il n'en est rien; il faudra bien que cette force plus grande que les hommes répare en sacrifiant quelques victimes sur l'autel de l'ordre.  Si j'aime beaucoup deux des romans précédents de l'auteure pour des raisons différentes, Le Rire du grand Blessé et Le Cœur du Pélican,  j'avais quelques réserves sur des points précis de ces romans. Je n'en ai aucun ici.  Il tient en haleine du début à la fin, la plume est un régal (mais je ne dirais pas qu'elle est arrivée à maturité, c'était déjà le cas avec le roman précédent), avec un recours toujours aussi présent aux images mais de manière plus subtile que dans ses premiers romans ; certaines d'entre elles laissent une empreinte forte, sinon indélébile. J'ai une préférence pour les personnages masculins de ce roman, particulièrement Clément, Valère et André. Chacun a un rôle bien précis inscrit dans une tradition littéraire: Clément est le passeur d'histoire, le prêtre qui ne juge pas, André est le sage rongé par la connaissance, Valère est le héros de la tragédie, celui qui souffre mais qui porte son fardeau avec dignité. Mais,il y a deux "personnages" tout aussi importants et attachants que ces êtres faits de chair et de sang : la maison (et j'ai un gros faible pour les romans qui, comme celui-ci ou Lady Hunt savent faire vivre une maison) et ce village qui évolue sous la houlette des frères Charrier.  J'espère que vous les aimerez autant que moi. C'est ma première participation au challenge de la rentrée de janvier. 

Publié le 5 janvier aux éditions Viviane Hamy- 270 pages. Cécile Coulon présentera son roman à lalibrairie Les Volcans de Clermont-Ferrand le samedi 14 janvier à 15h.

A conseiller aux amateurs de tragédies raciniennes (mais en prose), de sagas familiales ou de roman social, aux lecteurs avides d'une intrigue et d'une plume marquante. 

                                                                    



39 commentaires:

  1. J'aime aussi les romans qui se tissent autour d'une maison ; je découvre la rentrée de janvier sur les blogs, elle me paraît déjà riche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai noté le Viel ce matin et j'ai quelques autres romans sous le coude.

      Supprimer
    2. Belle critique, l'exercice n'est pas toujours evident... Pas encore lu. Et le Tanguy Viel est très très très bon

      Supprimer
    3. Ah mais je ne retrouvais pas ton commentaire, tu l'as mis sous un autre commentaire. Je lirai le Viel, sans faute. Il démarre en trombe.

      Supprimer
  2. Très très envie de lire ce roman... ;) Et très belle année à toi Valérie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Antigone. Il a toutes les chances de te plaire, je sais que tu as aimé le précédent.

      Supprimer
  3. <3 merci merci merci!!!

    RépondreSupprimer
  4. Il est noté, je vais enfin découvrir Cécile Coulon.

    RépondreSupprimer
  5. Tu m'intrigues et me donne vraiment envie de découvrir ce livre et cette auteure !
    Bises de Sandrion (je n'arrive pas à m'identifier avec le lien vers mon blog c'est dommage !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la deuxième à me le signaler. Il semble que blogspot fait des siennes. J'attends quelques jours (faute de temps) pour me pencher sur le problème.

      Supprimer
  6. J'attendais impatiemment ton avis sur ce titre... et je me réjouis de voir que c'est un coup de coeur ! Il m'attend, j'ai hâte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devais tout de même avoir une petite idée sur mon avis. ;-)

      Supprimer
    2. Pas faux, mais je te sais aussi super objective ;-) Mon avis lundi si tout va bien et si j'arrive à trouver les mots !

      Supprimer
  7. Roman social, ça me parle immédiatement, je m'empresse donc de le noter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un aspect que j'ai beaucoup aimé dans ce roman. Mais en fait, ce que j'aime, c'est justement la multiplicité des aspects.

      Supprimer
  8. Il pourrait me plaire, et je crois à la lecture des précédents commentaires que je vais avoir l'occasion de le voir sur pas mal de blogs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je m'en réjouis. Le cœur du Pélican avait déjà fait un beau bout de chemin.

      Supprimer
  9. Je n'avais pas aimé Le coeur du pélican qui m'était tombé des mains. J'hésite donc à lire celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture est assez similaire donc si c'est la plume qui te dérange, je te le déconseille. Par contre, le thème du Cœur du Pélican était particulier. Ici, il me semble que l'intrigue peut convenir à un public plus large.

      Supprimer
  10. J'ai bien prévu de le lire aussi ! Comme tu sais, j'ai adoré Le rire du Grand blessé, et je viens de finir avec grand plaisir le Coeur du Pélican (même si j'ai aussi quelques réserves).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mêmes impressions que les deux que tu cites, je te souhaite donc le coup de cœur pour celui-ci.

      Supprimer
  11. Oh, tu commences l'année avec un coup de coeur ? Super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je l'ai lu en 2016, mais c'est quand-même bon pour le moral.

      Supprimer
  12. Je le lirai, forcément, pas tout de suite parce que j'ai trop à lire en ce moment, mais j'ai lu tous les autres romans et adoré le Pélican en particulier. Tu devrais essayer de te faire dédicacer ton exemplaire, si tu y parviens c'est qu'elle a pas pris la grosse tête la miss Coulon ! J'espère pour elle le même succès que le précédent roman, pour moi il a marqué une étape dans son parcours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, si le signe qu'elle n'a pas pris la grosse tête,c'est la dédicace, je te confirme que tout va bien à ce niveau. Je n'échangerais ma dédicace pour aucune autre (j'avais déjà eu une dédicace pour Le cœur du Pélican).
      Je pense que Le Roi n'a pas sommeil (sur la liste du prix Inter) et Le Cœur du Pélican ont été deux étapes importantes. Mais tu as raison, pour moi, au niveau de l'écriture, c'est le Cœur du pélican qui est l'aboutissement. Ce qui est bien dans la vie, c'est qu'il reste toujours de nombreuses étapes à franchir.

      Supprimer
    2. Pour la dédicace tu as bien de la chance en effet, et je ne parle pas de la dédicace en tant que telle, mais du message...gâtée va !

      Supprimer
  13. Ce roman devrait me plaire ! Je n'oublie pas que je dois donner une deuxième chance à Cécile Coulon après avoir abandonné Le coeur du pélican. ;-) (mais auparavant j'avais aimé Le roi n'a pas sommeil)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pour les deuxième chances (mais pas forcément les troisièmes).

      Supprimer
  14. J'avais aimé "le roi n'a pas sommeil". Je me souviens d'ailleurs qu'on en avait parlé juste avant qu'elle n'intervienne dans ton lycée. Je n'ai pas encore lu les suivants mais je note ton coup de coeur pour celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en souviens tout à fait (il faut dire que moi, je ne connaissais même pas le nom de l'auteure avant cette intervention).

      Supprimer
  15. Cela semble un bon titre pour faire connaissance avec cette romancière que je ne connais pas.

    RépondreSupprimer
  16. Lecture tentante, je crois que moi aussi j'aime bien les vieilles bâtisses, ce fût le cas dans Lady Hunt ou dans le premier roman d'Eva Rice par exemple.

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de m'acheter "Le cœur du pélican" pour faire connaissance avec Cécile Coulon dont je ne lis que du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous souhaite une belle rencontre, alors. Et que le plaisir soit suffisant pour continuer avec celui-ci.

      Supprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...