mardi 5 juillet 2016

Bad monkeys de Matt Ruff

Jane Charlotte explique au psychiatre chargé de son cas pourquoi elle a tué plusieurs personnes: selon elle, elle fait partie des "Bad Monkeys", organisation qui combat le mal en tuant des hommes qui ont commis des actes néfastes à la société. Grâce à son pistolet qui simule une attaque cardiaque, le meurtre ressemble à une mort naturelle. Elle dévide la bobine de son explication abracadabrantesque qui commence au premier contact avec les Bad Monkeys, qui utilisent des moyens très simples pour interférer avec ses membres ou futurs membres, choisissant des programmes de télévision adaptés à ce qu'ils attendent de ses membres. Par exemple, lorsque Jane Charlotte doit se rendre à Las Vegas, mais refuse ce choix, ne sachant pas qu'une mission l'attend, elle verra défiler sur son écran trois émissions consacrées à cette ville. Les dirigeants de ce groupuscule savent tout d'elle et elle se rend compte que ces actions passées ont été enregistrées. Big Brother est là.
On sent très vite l'influence de grands classiques dans ce roman, Philip K.Dick en tête. Certains personnages sont allégoriques et se nomment True ou Love en VO. Le lecteur cherche des indices dans la version que Jane Charlotte soumet au psy. Je n'aurais jamais acheté ce roman parce que la science-fiction me plait rarement (mais ça arrive tout de même) et parce que la couverture m'avait fait penser à un roman pour ados. La différence de tonalité entre les couvertures françaises et américaines est d'ailleurs étonnante. Je ne regrette pas du tout d'avoir découvert la plume de Matt Ruff qui est un vrai raconteur d'histoires. Il nous ménage du suspense et des retournements de situation jusqu'à la fin, même si celle-ci ne m'a pas convaincue dans la forme. J'ai trouvé l'idée bonne mais pas assez finement travaillée.


  • Publié chez 10/18 le 21/01/2010
  • Traduit par : Laurence VIALLET- 304 pages

Merci à mon amie Nathalie et à sa fille Léa qui m'ont rapporté ce roman de Londres.
A conseiller à ceux qui aiment la science-fiction qui a des allures de thriller. 


6 commentaires:

  1. Lu il y a très longtemps, il m'avait laissé, comme à toi, une impression mitigée. Je me souviens ne pas avoir non plus aimé la fin..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours dommage de finir sur une fin ratée.

      Supprimer
  2. J'ai eu une grande période "fan de Matt Ruff", il y a 10 ans par là, où j'ai dévoré ses 3 premiers livres. Il a en effet un grand talent de conteur, et surtout, ce qui m'avait marquée, de l'imagination et de l'originalité à revendre, et ça, c'est bingo chez moi. Je n'ai pas lu celui-ci par contre (dans mon souvenir, quelques retours mitigés qui m'avaient freinée), alors voilà, ça pourrait être l'occasion de replonger dans son univers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un auteur qu'on trouve souvent sur les blogs.

      Supprimer
  3. Science fiction et thriller, tout ce que j'aime quoi :)

    RépondreSupprimer

Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Dumas

... leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'...