mardi 2 février 2016

Ce qu'il advint du sauvage blanc de François Garde

J'avais ce roman dans ma Pal puis un moment et parce que le personnage était lié à un matelot, je peinais à le sortir de mon armoire. Et pourtant, on ne me l'a pas offert donc s'il était parvenu jusqu'à moi, c'est qu'il m'avait tenté. Allez savoir pourquoi, j'ai fini par l'ouvrir la semaine dernière. Et grand bien m'en a pris. 
Narcisse Pelletier est donc un matelot abandonné par ses compagnons sur une île australienne. Au récit racontant les premières semaines de Narcisse sur l'île, sa rencontre avec une femme puis les membres de sa tribu se mêle le récit d'Octave qui recueille à Sydney lorsque Narcisse est repéré par un équipage qui, reconnaissant en lui un homme blanc devenu sauvage, l'embarque avec lui mais ne sait qu'en faire. 


C'est l'alternance de ces deux récits qui fait la force de ce roman. Les romans se déroulant en partie sur des bateaux me rebutent, je ne m'en explique pas la raison, mais c'est ainsi. J'ai beaucoup aimé celui-ci. Narcisse est un personnage taciturne mais silencieux. Si François Garde saupoudre quelques touches comiques, il ne fait pas de Narcisse un phénomène de foire et il le rend très touchant. Bien sûr, le thème du sauvage déraciné a été traité, celui du blanc qui devient sauvage aussi mais celui du blanc forcé de s'adapter à la vie sauvage et qui revient de force à la "civilisation" ne me semble pas l'avoir été beaucoup. Et la découverte, vers la fin du roman, d'un élément important de sa vie interroge le lecteur et le met mal à l'aise par rapport au parcours suivi. C'est un roman qui avait toutes les chances de me déplaire et qui m'a beaucoup plu. 
Publié en janvier 2012 chez Gallimard- Goncourt du premier roman 2012. Pour Kathel, il se dévore avec enthousiasme. Keisha l'a englouti. 

A recommander à tous, même ceux que le thème pourrait rebuter.
Pas de merci aujourd'hui, il faut bien une trêve dans les bons sentiments. 


22 commentaires:

  1. Un bon souvenir de lecture. Si j'ai bien compris, tu ne lira pas moby dick et Le vieil homme et la mer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Le vieil homme et la mer mais pas Moby Dick. Il a bien fallu que je fasse un certain nombre d'essais avant de me rendre compte que ça ne fonctionnait pas sur moi.

      Supprimer
  2. "un roman qui avait toutes les chances de me déplaire et qui m'a beaucoup plu."
    C'est avec ce genre de phrase que tu arrives à me convaincre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer de l'utiliser plus souvent alors. ;)

      Supprimer
  3. Tiens, c'est amusant cette réticence pour les romans se déroulant en partie sur les bateaux, la mer, avec un matelot dans les personnages. J'ai très exactement le même "problème" ! Un truc qui doit avoir son explication dans les études psychologiques.:-)
    Je l'avais déjà noté chez Keisha, ça remonte, 2013, parce que les thèmes m'intéressaient tout de même, mais visiblement, je ne suis pas très pressée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca te tente une psychanalyse de groupe? ;)

      Supprimer
  4. Il me fait de l'œil depuis longtemps , ce bouquin...tu réactives mon envie, bien que tu sois quelque peu elliptique , pour ne pas spoiler j'imagine ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'aime pas trop en dire, j'ai déjà gâcher mon plaisir de lecture en lisant des billets trop bavards.

      Supprimer
  5. Tu vois que nous avions raison ! ;-) Moi non plus, il ne me tentait pas a priori... c'est plutôt envers les romans historiques que je suis réticente...

    RépondreSupprimer
  6. La fin m'avait beaucoup gênée, et m'avait un peu douchée. J'y avais vu une forme de facilité de la part de l'auteur, pour finalement "escamoter" son personnage et le sujet du rôle des scientifiques dans la construction du mythe du bon sauvage ... Mais sans doute que je finasse ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aj j'ai vraiment aimé la fin mais je pense que ça dépend de ce qu'on attend de cette réflexion en fait.

      Supprimer
  7. Cette couverture me dit quelque chose, il se peut qu'il soit sur mes étagères (mais dans ce cas on me l'a donné..)
    J'aime bien ton retournement de situation,"ce roman avait tout pour te déplaire et pourtant il t'a beaucoup plu". Le pire c'est quand c'est le contraire qui se produit; être déçue par un roman alors qu'on attendait beaucoup. Moi aussi les histoires de bateaux ne m'attirent pas:) et pourtant j'ai eu un gros coup de coeur pour Supplique pour ne pas être pendu avec les autres pirates de Daniel Vaxelaire. Si tu as l'occasion.

    RépondreSupprimer
  8. Je me demandais ce que tu avis contre les matelots, j'imaginais une histoire de pompon...:D
    Parfois des thèmes ne nous inspirent pas et au final on est enchantés de la lecture. Pour info, je ne vois pas la photo, c'est tout blanc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les pompons, j'en ai sur mon sac à main et sur mes chaussures. Une histoire de mal de mer peut-être plutôt.

      Supprimer
  9. J'en ai des tas, dans ma PAL, des livres qui m'ont tenté à un moment et que je n'ai toujours pas lus. Mais celui-là n'y est pas. Je le dénicherai peut-être dans un vide grenier un de ces jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'en reste encore un peu mais j'ai l'impression d'en venir à bout petit à petit.

      Supprimer
  10. Je l'ai lu à sortie et je l'avais beaucoup apprécié : en quelque sorte un Robinson à rebours... qui me semble-t-il posait beaucoup de questions sur l'identité et l'apprentissage... J'en garde un bon souvenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il pose effectivement des questions et ce sont souvent ces romans là que l'on garde en mémoire.

      Supprimer
  11. Une lecture que j'avais beaucoup aimée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas beaucoup de commentaires de déçues.

      Supprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...