mercredi 16 mai 2018

Bakhita de Véronique Olmi

On ne présente plus ce roman primé à la rentrée de septembre et que je n'avais aucune envie de lire. Bakhita est une histoire vraie, ce que je n'avais pas encore compris, celle d'une esclave enlevée au Soudan qui finit sa vie en Italie et fut canonisée. 
On me l'avait toujours présenté en me disant qu'il était une succession de malheurs, tous plus lourds à porter les uns les autres. Aussi étrange que cela puisse paraître, ce n'est pas du tout ce que j'en retiens. J'ai eu l'impression de suivre un parcours qui se découpe en deux grandes parties, la succession d'événements liés à sa condition d'esclave, puis sa vie une fois qu'elle entre dans un institut religieux, même si la deuxième partie est plus courte que la première. J'ai craint, au début, que Véronique Olmi ne mette son personnage dans toutes les situations possibles pour nous montrer ce qu'étaient les diverses conditions d'esclave en Afrique. C'était évidemment avant de découvrir que l'auteure n'inventait pas ce qui était arrivé. Mais au fur et à mesure de mes sorties, je me suis attachée à la voix de Véronique Olmi, à sa façon de nous raconter cette histoire tout en douceur. Peut-être d'ailleurs est-ce cette voix qui a gommé, pour moi, la noirceur du texte. Je suis presque persuadée qu'en version papier, j'aurais abandonné ce livre mais j'ai pris ici plaisir à retrouver l'histoire au fil de mes sorties footing. J'ai nettement préféré la seconde partie, pour sa critique de la société européenne mais aussi et surtout, pour le fait que si Bakhita trouve son salut dans la religion, elle est utilisée par les membres du clergé pour vanter les mérites de l'évangélisation de l'Afrique.

Date de parution : 
14 Mars 2018
- Durée : 13h11

Merci au Prix Audiolib 2018. 
A conseiller pour courir en écoutant un livre audio (il y a quelque chose dans le rythme qui s'est, pour moi, parfaitement accordé). 
  

18 commentaires:

  1. Bon ben là, il faut que je me mette au footing! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi peindre ou jardiner, voire conduire ou coudre en écoutant un livre ;-).

      Supprimer
  2. J'écoutais des livres audio en courant à une époque mais je préfère finalement être dans mes pensées.
    Je suis persuadée que le lecteur joue une grande importance et peut influencer fortement notre ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étrangement, le livre audio ne m'empêche pas complètement d'être dans mes pensées. Je pense qu'il m'arrive de décrocher un peu, et les thèmes m'emmènent parfois au delà du texte. Mais je me dis que ce n'est pas grave.

      Supprimer
  3. Je suis incapable d'écouter quoi que ce soit en courant (ni musique, ni texte), j'ai l'impression que cela entrave mon rythme, et m'empêche d'entendre les oiseaux (je cours dans les bois) mais j'ai bien l'intention de le lire, en espérant n'être pas déçue. Ce que tu écris au début de ton billet, sur le fait de mettre le personnage dans des situations représentatives d'un contexte, me fait penser à Underground Railroad, que j'ai bien aimé, mais qui prend en effet parfois une dimension démonstrative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends les oiseaux malgré le livre audio, moi aussi je cours en forêt, au moins en partie.

      Supprimer
  4. C'est amusant car moi j'ai tellement détesté la façon de mire de Véronique Ommi que j'ai abandonné la version audio et j'ai eu un.coup de coeur pour le texte lu qur ma liseuse 😉

    RépondreSupprimer
  5. Adoré ce livre, déjà je suis très fan de l'auteur mais celui-ci , bien que très dur au début est finalement plein d'espoir. C'est étrange de courir avec ce texte dans les oreilles, t'as pas eu envie de te jeter du haut d'une falaise ??? :D :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant ce que tu dis, parce que figure-toi qu'ne me promenant (et non en courant, je connais ma maladresse naturelle, je ne cours pas au bord des falaises) le long des falaises la dernière fois, je me suis dis qu'il devait être facile de sauter (mais tu n'as pas intérêt à te rater, quand-même !).

      Supprimer
    2. évite la falaise si tu es maladroite, ça finira mal mais pas dans le sens de l'intention première.... :D

      Supprimer
  6. Ni course ni livre audio pour moi donc je vais faire l'impasse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi le lire en version papier sans courir (d'ailleurs c'est un impératif de ne pas courir en le lisant).

      Supprimer
  7. J'avais bien aimé le personnage, beaucoup moins le style de l'auteure.

    RépondreSupprimer
  8. Comme toi, je n'avais pas vraiment en le de lire cet ouvrage. Mais comme toi, Je l'ai apprécié. Le sujet est très bien traité et d'accord avec toi sur l'interprétation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que notre parcours était effectivement très similaire.

      Supprimer
  9. "Bakhita" a beau faire l'unanimité, je n'arrive pas à être tentée. Si je reprends la course à pied, peut-être que ce sera l'occasion de m'y mettre (en espérant que le dynamisme de la lectrice s'adapte à tous les rythmes).
    Moi aussi je me perds un peu dans mes pensées en écoutant un livre, mais ça m'arrive aussi avec le papier, et les fois où cela joue sur ma compréhension de l'histoire, je repasse tout simplement le passage que j'ai raté.

    RépondreSupprimer

La remise des romans

La semaine dernière, c'était le grand jour, nous remettions les romans aux élèves ! Nous avions prévu deux heures pour leur lire des...