jeudi 30 novembre 2017

Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus

La vie, ce n’est pas un livre qui serait découpé en chapitres. La vie ne va jamais à la ligne.

Natalie rentre à Paris en 1943. Elle apprend qu’elle est le fruit d’une liaison entre sa mère et un ami de ma famille, ce que tout le monde dans la famille semble savoir, sauf elle. Elle comprend par la même occasion pourquoi son grand amour l’a quittée du jour au lendemain, lui laissant le cœur brisé : c’était son demi-frère. Dans cette France occupée, ce n’est pas seulement un secret de famille qui se fissure, c’est toute sa vie qui peut basculer à un moment où il est dangereux d’avoir du sang juif.
Ce roman m’a été offert par quelqu’un que j’ai rencontrée pour la première fois il y a peu (après des années de longs échanges, il était temps !) et qui l’adore. Peut-être parce que cette lecture suivait celle d’un coup de cœur, je suis passée à côté de ce monde dans lequel il n’y a de la place que pour la réussite sociale et surtout pas pour les états d’âme. De plus, je ne suis pas d’accord avec certaines phrases comme celle citée en exergue de ce billet. Justement, je trouve que la vie se découpe en chapitres. Je n’ai pas été emballée par le style. Sand doute Pauline Dreyfus n’est-elle pas une auteure pour moi.

Merci à Galéa.
A conseiller aux amateurs d’états d’âme (car s’il n’y a pas de place pour ça dans la société dans laquelle Natalie évolue, il y a de la place  pour ça dans le roman, ce qui n’est pas en soi un point négatif). 

Publié chez Grasset le 14 août 2014.

14 commentaires:

  1. Dommage ! Il me semblait intéressant !
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
  2. Tu me brises le coeur évidemment, et je craignais effectivement qu'il ne te plaise pas, mais notre amitié survivra à ça ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a résisté à d'autres divergences littéraires mais il me tarde que nous retrouvions des terrains d'entente.

      Supprimer
  3. On comprend pourquoi tu n'as pas été sensible à ce roman.

    RépondreSupprimer
  4. Il ne semble pas pour moi non plus! (je l'ai vu hier dans une braderie de livres et sagement laissé, avant de lire ton avis)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autres l'ont beaucoup aimé, je tiens tout de même à le rappeler.

      Supprimer
  5. Tant mieux alors si j'ai été claire.

    RépondreSupprimer
  6. Surtout, la phrase sur la vie, les chapitres...les rayures dans la marcge etc, on l'a déjà lue 300 fois ! Cela aussi, ça ressemble à du Musso...si si , MOI je l'ai lu (d'autres aussi sur la blogo, mais ils assument pas, c'est pas bon pour leur image)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je l'ai lu (une fois). Et si Musso fait lire, c'est toujours ça de gagné.

      Supprimer
  7. La citation manque de musicalité et de rythme. Pas motivée sur ce coup-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL faut dire que je n'y mets pas beaucoup du mien.

      Supprimer
  8. Il me tente plutôt bien, espérons qu'il me plaise plus qu'à toi.

    RépondreSupprimer

L'ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier

Vous aurez mille fois le temps de faire plus ample connaissance pendant vos maraudes dans la Cité noire où je ne vous demande qu'une ...