jeudi 8 décembre 2016

Poésie amourese (Audiolib)

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m'est chère?
J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
Ô balances sentimentales.
J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.
J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'à être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.
                           Robert Desnos

Vous pourrez entendre ce poème, que j'aime beaucoup,  lu par Daniel Mesguich,  dans le livre audio publié chez Audiolib. Durée : 1h02- Publié en novembre 2016

Merci à Audiolib.
Merci à celle qui m'a initiée à la poésie qui n'était vraiment pas ma tasse de thé. 



9 commentaires:

  1. Je ne suis pas très poésie alors en livre audio j'aurais vraiment peur de décrocher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas non plus mon genre préféré mais j'aime beaucoup écouter de la poésie.

      Supprimer
  2. Quelle bonne idée qu'une anthologie poétique ! Et j'adore ce poème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais qu'Audiolib ait la bonne idée d'enfaire une autre avec des poèmes plus récents.

      Supprimer
  3. Le poème qu'un étudiant tchèque a retrouvé dans la poche de Robert Desnos quand il est mort du typhus dans le camp de concentration de Terezine ressemble à celui-ci. j'aime beaucoup les deux.

    J'ai rêvé tellement fort de toi,

    J'ai tellement marché, tellement parlé,

    Tellement aimé ton ombre,

    Qu'il ne me reste plus rien de toi.

    Il me reste d'être l'ombre parmi les ombres

    D'être cent fois plus ombre que l'ombre

    D'être l'ombre qui viendra et reviendra

    dans ta vie ensoleillée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ces deux poèmes se ressemblent beaucoup. Merci pour ce partage.

      Supprimer
  4. Beau poème, j'aime Desnos. Et sans doute à cause de l'ombre, j'ai pensé à la fin de "Photographie" d'Apollinaire :

    Ton sourire m'attire comme
    Pourrait m'attirer une fleur
    Photographie tu es le champignon brun
    De la forêt
    Qu'est sa beauté
    Les blancs y sont
    Un clair de lune
    Dans un jardin pacifique
    Plein d'eaux vives et de jardiniers endiablés
    Photographie tu es la fumée de l'ardeur
    Qu'est sa beauté
    Et il y a en toi
    Photographie
    Des tons alanguis
    On y entend
    Une mélopée
    Photographie tu es l'ombre
    Du Soleil
    Qu'est sa beauté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup l'idée que d'un poème s'en dévident d'autres.

      Supprimer
  5. Je ne suis pas familiarisée non plus avec l'univers de la poésie mais ça viendra peut-être un jour, qui sait ?

    RépondreSupprimer