dimanche 30 octobre 2016

le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar

C'est pour faire plaisir que je suis allée voir ce film, l'avantage, c'est que je n'en attendais rien et j'en suis sortie en me disant qu'il fallait absolument que j'aille le revoir avec ma fille. Nous suivons en parallèle trois histoires: celle d'une famille dont la fille est arrêtée par la police pour conspiration terroriste, celle d'une femme dont on ne sait pas au début si son enfant est mort en Syrie ou s'il/ elle y est encore et celle d'une ado qui perd sa grand-mère et reçoit une demande d'ami sur Facebook d'un jeune homme dont les messages vont vite devenir addictifs pour elle. Destins parallèles de mères et de jeunes filles, les femmes sont au coeur de ce film et ce sont elles qui le portent. Toutes les actrices sont justes, n'en font pas trop et on évite la pathos. Ce film se veut surtout didactique et il remplit parfaitement sa fonction, apprendre à reconnaître chez son enfant les dérapages avant qu'il ne soit trop tard en sachant qu'il insiste bien sur un point: on ne connaît jamais son enfant.Parce que les histoires diffèrent néanmoins sur des détails qui au final, deviennent importants, le film est à la fois porteur d'espoir quand le pire a pu être évité et sans espoir quand une certaine limite a été franchie. Il y a ces mères qui portent leur fille ou/et leur douleur à bout de bras et qu'on admire. 
Je pense que c'est un film qu'il faudrait montrer en classe, même si j'avoue que dans les miennes, je ne suis pas sûre qu'il soit accueilli par tous sans quelques mouvements de révolte. Tout est bel et bien là pour faire réagir les ados, les théories du complot dans laquelle certains se reconnaîtront, l'utilisation des enfants palestiniens pour émouvoir, la copine musulmane qui a la réplique la plus drôle du film car oui, on rit deux ou trois fois, sans doute un peu plus fort parce qu'on sait qu'on n'aura pas souvent l'occasion de le faire. 

Sortie: le 5 octobre 2016. Avec Sandrine Bonnaire, Noémir Merlant, Clothild Courau, Noémie Amarger, Yvan Attal...

Merci à celle qui a eu la bonne idée d'avoir envie de voir ce film.
A conseiller à tous les ados. 

18 commentaires:

  1. J'aurais aimé le voir, avec un peu de chance ils le repasseront dans mon ciné. Je suis allée voir Voir du pays qui n'est pas trop mal non plus, maintenant j'aimerais voir Mal de pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai regardé la bande annonce de Mal de Pierre et j'ai vite compris que ce ne serait pas pour moi, j'ai déjà du mal avec Cotillard mais les films hystériques me font fuir (je dis ça et j'ai adoré Mon roi, je ne suis pas à une contradiction prêt).

      Supprimer
    2. J'ai enfin pu le voir, comme je m'y attendais ça m'a bouleversée, j'avais encore des larmes quand ils ont rallumé... C'est en plus très bien filmé, avec un souci du détail très travaillé, je suis d'accord sur le fait de le diffuser en classe... Ce serait mieux que cet obscur film singapourien que jvais voir la semaine prochaine avec collège au cinéma!

      Supprimer
  2. C'est un sujet douloureux et d'actualité et tu es la première à me donner ton ressenti ! Je le note comme un film à voir absolument et à conseiller aux ados avec je pense un accompagnement pour pouvoir aborder les différents points de vue et ne pas les laisser seuls face à leurs impressions. C'est sûr qu'en classe le débat peut facilement déraper selon l'établissement et l'actualité du moment. A faire en équipe peut-être ? Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que c'est à voir absolument si on est parent d'ados ou enseignant.

      Supprimer
  3. Je l'ai vu aussi il y a quelques jours. On a beau connaitre en gros les rouages de cet embrigadement, de savoir que personne n'est à l'abri, que les ados so,t une proie idéale pour ces prédateurs, ça fait vraiment froid dans le dos.
    De plus, les acteurs jouent très bien. A diffuser, encore et encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis d'accord avec toi sur tous les points.

      Supprimer
  4. Il faut absolument que je le vois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le trouveras instructif.

      Supprimer
  5. j'avais vu le précédent film de la réalisatrice, que j'avais trouvé beaucoup trop didactique, donc celui-ci ne me disait rien - merci donc pour ton avis qui ne me fera pas passer à côté de ce film!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu risques de ne pas aimer, il est aussi très didactique.

      Supprimer
  6. On dirait que chaque génération invente une nouvelle forme de malentendu entre parents et enfants. Dans ce cas-ci, avec des conséquences terribles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le malentendu dépasse même le problème de génération, dans ce cas.

      Supprimer
  7. J'ai été très touchée par ces trois femmes. D'accord avec toi pour la réplique de la copine musulmane et aussi pour montrer ce film/docu aux élèves. J'ai également aimé qu'il s'attache aux parcours de jeunes filles (et non de jeunes garçons).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai d'ailleurs envie de me pencher sur un parcours de garçon maintenant parce Les Cowboys, qui était très différent, s'attachait déjà à une fille.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas vu Les Cowboys ... je note le titre, merci !

      Supprimer
  8. Terriblement d'actualité, avec Sandrine Bonnaire en plus...

    RépondreSupprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...