jeudi 1 septembre 2016

Un film, une expo

 Toni Erdmann de Maren Ade (sorti le 17/08/2016)
L'affiche de ce film, ainsi que la bande annonce, toutes deux bien mystérieuses m'avaient interpellée: je n'avais aucune idée de ce dont pouvait traiter ce film. Il s'agit en fait de la relation qui unit une fille d'une petite trentaine d'années avec son père. C'est une femme qui a réussi dans la vie et qui, lorsqu'elle rentre en Allemagne, son pays natal, ne se sent pas bien, au point de simuler des conversations téléphoniques pour se trouver l'excuse de devoir sortir et d'éviter les discussions avec ses parents. Elle est l'antithèse de son père (joué par un acteur allemand qui ressemble beaucoup à Jacques Weber) : très cul-coincé, elle a du mal à décrocher un sourire alors que lui ne sait s'exprimer qu'en faisant des blagues. Sur un coup de tête, il décide de la rejoindre là où elle vit et travaille et se rend compte à quel point elle est malheureuse, alors même qu'elle ne se plaint jamais. Il décide de lui réapprendre à vivre, à sa manière très particulière. Attention, ce film divise totalement: vous pouvez le trouver un peu long (il dure plus de 2h 40) mais l'aimer tout de même, trouver que les thèmes sont bien traités, notamment cette idée de la vie vue comme une farce permanente ou au contraire comme quelque chose de trop sérieux pour la prendre à la légère? Ou vous pouvez vous ennuyer tout au long du film. C'est un film qui m'a émue et dont une scène m'a fait beaucoup rire. 


J'ai beaucoup aimé le costume que porte le père sur l'affiche et par pure coïncidence, j'ai retrouvé ce costume dans une expo à Clermont-Ferrant, montrant les très belles photos de Charles Fréger, diplômé des Beaux Arts de Rouen, que j'ai découvert à cette occasion et que je vais désormais suivre car j'ai eu un vrai coup de coeur pour son travail, notamment sa série intitulée Wilder Mann. Je suis souvent touchée par les visages cachés derrière des masques et cette expo était donc faite pour moi. Si vous voulez découvrir le travail de Charles Fréger à travers plusieurs de ses séries, il faut vous dépêcher, c'est à l'hôtel Fontfreyde jusqu'au 24 septembre. Et c'est gratuit. Ma photo préférée est celle ci dessous: 











14 commentaires:

  1. Le film m'intrigue mais je pense qu'il est trop décalé pour moi...par contre j'ai moi aussi découvert Charles Fréger cet été à travers une exposition, aux Rencontres de la Photo à Arles, et j'aime beaucoup ce qu'il fait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un artiste qui m'attire sur plusieurs thèmes (les bretonnes aimeront peut-être sa série "Bretonnes".

      Supprimer
  2. Comme Eva, j'ai vu et beaucoup aimé Yokainoshima, l'expo d'Arles sur les masques rituels japonais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'on reverra très souvent son travail (et je ne dis pas ça uniquement parce qu'il a été diplômé en Normandie).

      Supprimer
  3. Je n'ai pas entendu parlé de ce film! J'en ai repéré un paquet ces derniers temps mais pas le temps d'aller voir tout ça, bref c'est la rentrée, et là je me rends compte que je n'ai pas encore répondu à ton sms!!

    RépondreSupprimer
  4. Le film faisait parti des favoris à Cannes et est reparti bredouille... Charles Fréger, je l'ai découvert dans un super article de Télérama. J'aime beaucoup son travail (et je ne dis pas ça parce qu'il est natif de la région Centre...). Il y a un livre sur les photos de Wilder Mann. Il a aussi fait un travail sur les coiffes bretonnes...

    http://www.thamesandhudson.com/wilderman.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'avoue que ce n'est pas le livre qui me tente mais un tirage limité (oui, je suis une gourmande).

      Supprimer
  5. Passe commande au père-noel... J'ai déjà acheté des photos en tirage limité. C'est drôle comme certains ne comprennent pas qu'on puisse dépenser 200 euros dans une photo reproductible à l'infini (pensent-ils...). Les mêmes qui achètent de supers peintures à Point Cadre au même prix!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dépense sans problème cette somme pour faire un cadeau mais pour moi, ça reste difficile; difficile de passer outre l'éducation qui nous a été donnée (et je n'oserais jamais dire à ma mère que je peux dépenser cette somme pour offrir une photo). Ceci dit, je pense que 200 euros me semble optimiste pour un tirage de Fréger.

      Supprimer
  6. la solution : se le faire offrir (par quelqu'un d'autre que ta mère ;-)). Par contre pr un tirage de Fréger, c'est un peu juste (au pire, tu as le CD... Attention une blague se cache dans cette phrase)

    La première photo dans laquelle j'ai investie est tirée de cette série (tous les décors sont fait/peint à la mai, pas de photoshop...)
    http://www.fannyvambacas.com/echos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais t'avouer que j'ai tout de même essayé de trouver un site où on peut acheter les photos de Fréger, par curiosité, mais je n'ai même pas trouvé.

      Supprimer
  7. J'ai trouvé ;-) Il est représenté par une galerie parisienne qu'il suffit de contacter. Je t'envoie les modalités d'acquisition par mail (enfin, si tu reçois mes mails...). Prépare ta liste au père Noël !

    RépondreSupprimer
  8. Je voulais te remercier. En effet, suite à cette conversation, j'étais allée sur son site et lui avait envoyé un mail pour connaitre les conditions de vente. Déjà j'avais été étonnée qu'il me réponde. Moins étonnée par les prix, il commence à avoir une bonne cote. Je n'ai pas donné suite. Et aujourd'hui il m'appelle pour avoir des nouvelles... Outre argent, nous avons passé une demi-heure à discuter de son travail, photo etc... Petit instant de bonheur auquel tu ne t'attends pas. Alors juste merci.
    (ps : il vend des portfolios à l'unité à 1000 euros payable en 10 fois...)

    RépondreSupprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...