mardi 7 mars 2017

Moonlight de Barry Jenkins

Chiron vit seul avec sa mère à Miami. Un beau jour, Juan le trouve enfermé dans une maison de dealers dans laquelle il s'est barricadé pour échapper à ceux qui le harcèlent. C'est le début d'une belle amitié entre cet enfant, ce dealer et sa compagne Teresa. La maison de Juan, puis l'appartement de Teresa permettent à Chiron de fuir son quotidien au côté d'une mère toxico et prostituée et d'oublier les harcèlements dont il fait l'objet à l'école. 
J'ai été étonnée que ce film ait obtenu l'Oscar du meilleur film, tant il ne ressemble pas aux films qui reçoivent cette distinction d'habitude. Je craignais le pathos, la sur-performance d'acteur; or ce film est tout en délicatesse, avec trois acteurs épatants dans le rôle de Chiron, j'ai aussi beaucoup aimé Mahershala Ali qui joue Juan. J'ai l'impression que le film évite les clichés, autant sur la communauté noire que sur l'homosexualité et il nous offre d'ailleurs une belle scène pudique mais non dénuée d'émotion. C'est un film qui évite aussi le manichéisme, les bons peuvent être dealers, les mère toxicomanes savent exprimer leurs regrets. 
Sorti le 1er février 2017. Il m'a fallu l'avis d'Attila pour me convaincre d'aller voir ce film oscarisé et il a sans doute fallu l'Oacr pour qu'il passe dans le cinéma près de chez moi en VO.

A conseiller à ceux qui aiment les films tout en finesse sur des sujets délicats.
Merci à N. et B. pour cette séance  dominicale. 




13 commentaires:

  1. Je ne peux pas parler du film car je le verrai en DVD. Mais j'admire les photos de Trevante Rhodes en attendant.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai bien aimé, même si je lui ai trouvé quelques longueurs. Mon copain pressentait l'oscar, moi ça me laisse assez dubitative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très différent des films qui obtiennent l'Oscar, donc j'avoue que je n'aurais pas misé dessus. Ne nions pas que dans l'ère Trump et après la polémique sur le manque de représentation noire aux Oscars de l'an dernier, c'est aussi une récompense politique mais elle me réjouit.

      Supprimer
  3. Oui je pense aussi qu'il y a un parti pris politique, mais c'est très bien si ça peut lui donner une plus grande visibilité. J'ai loupé Fences au ciné dommage, j'aurais bien aimé le voir, tu l'as vu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il passe encore chez nous mais je ne l'ai pas vu. J'hésite encore (même si j'ai eu un gros "crush" pour Denzel Washington ado).

      Supprimer
  4. Beaucoup de récompenses pour ce film là, les Oscar ont peut être aussi voulu en faire un symbole mais je n'en entends que du bien. Pas envie de voir ça en ce moment mais à une époque, mon époque cinéphile, il aurait été vu en 2 temps et 3 mouvements...de caméra :D

    RépondreSupprimer
  5. Je souhaite voir ce film très prochainement j'en entends que du bien et c'est un film qui beaucoup d'atouts pour me plaire !
    Bonne journée
    & merci de cette chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu y prendras autant de plaisir que moi.

      Supprimer
  6. Celui-là je veux le voir depuis un moment déjà et encore plus depuis l'Oscar ! Comme toi, je suis très heureuse du choix politique que représente la remise du prix à un film qui aborde l'homosexualité.

    RépondreSupprimer
  7. Je me suis régalé. Un film vraiment pas banal.

    RépondreSupprimer
  8. C'est un film bouleversant. Seule la fin laisse un goût d'inachevé, trop abrupte à mon goût.

    RépondreSupprimer

Les terres dévastées d'Emiliano Monge

Ils sont une cinquantaine à vouloir traverser la frontière pour vivre leur rêve américain cette nuit-là. Une cinquantaine d'hommes, d...