jeudi 11 mai 2017

Jeux de miroirs d'Eugen Chirovici

Peter est agent littéraire. Il reçoit un jour une lettre d'introduction d'un auteur qui souhaite lui faire lire son manuscrit, dont il lui envoie une première partie, la suite étant envoyée si l'agent trouve le manuscrit intéressant. Peter aime beaucoup le style de la lettre et lit les soixante-dix pages qui lui ont été envoyées. Il y est question d'un jeune étudiant qui tombe amoureux de sa colocataire et travaille pour un professeur que cette dernière lui a présenté et qu'on découvre assassiné. Quand Peter demande la suite du manuscrit, on lui apprend que l'auteur vient de mourir. Il ne baisse pas les bras pour autant et décide d'embaucher un journaliste pour découvrir si la fin du manuscrit existe et si ce n'est pas le cas, pour trouver les éléments qui permettraient de le finir. 

A la fin de son roman, l'auteur donne un certain nombre d'informations intéressantes sur son livre. Il explique d'abord qu'il l'avait envoyé à un éditeur tellement honnête que ce dernier lui a conseillé d'aller voir ailleurs, considérant qu'il était trop bon pour sa petite maison d'édition qui ne pourrait payer à l'auteur l'à-valoir que le roman méritait. Eugen Chirovici explique aussi que l'idée de son roman vient d'un souvenir qu'il a toujours considéré comme faisant partie de ce qu'il avait vécu, jusqu'à ce qu'on lui explique qu'il n'était pas présent à cet événement mais s'était persuadé du contraire à force d'en entendre les détails. L'un des thèmes principaux de ce roman est effectivement comment un même événement peut être vécu différemment par les uns et les autres puisque chacun ne voit qu'une partie de la réalité. Même si ce roman n'est pas étiqueté comme roman policier, nul doute pour moi qu'il en est un, avec son mort, sa femme fatale et ce jeune étudiant dont on ne sait s'il est naïf ou manipulateur. C'est classique (l'auteur dit d'ailleurs que ses influences le sont), sans doute un peu trop pour moi mais ça devrait plaire. C'est le premier livre de cet auteur roumain écrit en anglais, livre qui fut rejeté par six éditeurs américains mais accepté immédiatement par un éditeur britannique.  Je n'ai pas été emballée par la lecture qui m'a paru un peu plate. Un livre audio lu par Vincent Schmitt et traduit par Isabelle Maillet. Mars 2017. Durée: 7h
Merci à Audiolib. Lu dans le cadre du prix Audiolib 2017. 
A conseiller aux amateurs de puzzles.



16 commentaires:

  1. En bibli éventuellement, sans presse.

    RépondreSupprimer
  2. En voila un qui ne m'attire pas du tout. L'éditeur l'a survendu comme un chef d'oeuvre en plus, c'est le genre d'annonce (et de pratique) qui me fait fuir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL a effectivement été sur-vendu à mon avis.

      Supprimer
  3. Séduisant il a l'air. c'est un polar mais sans enquête policière ou il y a un meurtre ?

    RépondreSupprimer
  4. Je suis en train de le lire, et j'accroche plutôt bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais aimé le début, c'est après que j'ai trouvé l'ensemble moins intéressant.

      Supprimer
  5. Ah il me tente ce livre depuis que j'en entends parler sur la blogo - l'intrigue en elle-même, l'histoire même de ce livre qui a été rejeté maintes fois par éditeurs, le fait que l'auteur soit roumain, et que ce soit écrit en anglais.... Mais j'ai l'impression qu'il n'est, au final, pas si enthousiasmant que ça. Quel dommage ! Enfin, je le lirai quand même, mais sans urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL démarre bien et ensuite le soufflet retombe.

      Supprimer
  6. Le lecteur ne m'a pas gêné. C'est une lecture agréable mais sur-vendue, d'où la petite déception de beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que même sans ça, j'aurais été déçue.

      Supprimer
  7. Bon ba jusqu'à ta dernière phrase ça me tentait bien, mais finalement je ne suis pas sûre de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre qu'il te plaise, Tiphanie.

      Supprimer
  8. Je n'en avais pas du tout entendu parler (une bonne chose apparemment). Je le note. Je verrai bien.

    RépondreSupprimer

"Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson

" Mais surtout, nous ne retrouverons pas ce qui nous a poussés l'un vers l'autre, un jour. Cette urgence très pure. Ce moment ...