mardi 2 mai 2017

Croire au merveilleux de Christrophe Ono-dit-Biot


La nuit, on tend les bras et il n'y a plus personne, plus rien.
Je ne peux pas la faire revenir, mes mots ne me servent à rien, or je n'ai que les mots alors je veux mourir. 
...
Ce n'était pas un couple qui faisait l'amour, non, c'était un véritable voyage au bout de l'orgasme. 



Dans Plonger, le précédent roman de Christophe Ono-dit-Biot, César est tombé follement amoureux, il a eu un enfant et il a perdu son grand amour. Le voici ici face à son deuil,incapable de s'occuper de son fils. Face à ses doutes aussi car il ne sait pas si Paz avait choisi de les quitter, son fils et lui ou si elle avait prévu de revenir. Et comment faire le deuil d'un amour quand on ne comprend pas?
Je n'ai commencé à aimer Christophe Ono-dit-Biot qu'avec Plonger. Mais là, je suis vraiment tombée sous le charme. Le charme a à nouveau opéré avec Croire au merveilleux. J'aime la subtilité, la délicatesse de cet auteur, j'aime son goût pour les langues mortes, moi qui pourtant ai arrêté le latin en troisième. J'aime qu'il parsème son roman de grec, de calligrammes, d'illustrations. J'aime qu'il accorde une si grande place à l'art. J'ai été très sensible à l'idée de la renaissance par le corps, par le fait de retrouver des sensations dans d'autres bras, par le besoin de se sentir à nouveau physiquement vivant. Sur une radio normande, Christophe Ono-dit-Biot expliquait qu'il y a des gens qui rendent la vie à d'autres. Un être de passage mais néanmoins essentiel. Moi qui n'ai jamais aimé Paz, cette magnifique brune mystérieuse que je considère peut-être trop comme un fantasme masculin, j'ai aimé Nana, cette grecque qui va raviver le désir de César. Et César me touche, énormément (et pas seulement parce qu'il ne sait cuisiner qu'une chose, les pâtes, qu'il prépare très bien). Sans doute dans ce roman encore plus que dans le précédent. J'ai donc à nouveau beaucoup aimé ce roman qui a même su me faire rire avec un seul bémol, la fin parce que ce genre de fin ne parvient jamais à m'emporter. Mais elle correspond très bien à l'esprit du roman. 

J'ai assisté il y a quelques jours à une rencontre Babelio entre l'auteur et ses lecteurs. La manière dont il défend la littérature, son aversion pour l'autofiction, sa passion pour la transmission m'ont autant conquise que sa plume. J'ai hâte de découvrir comment César, ce personnage fétiche qui apparaît dans de nombreux romans, va évoluer. Marjorie l'a aussi beaucoup aimé. Vous remarquerez que je ne suis pas la seule à être sous le charme de l'auteur, mon blog en perd sa typographie. 



Un grand merci à Babelio.
A conseiller aux amateurs de délicatesse. 
Publié chez Gallimard en mars 2017. Cette rencontre se déroulait dans les magnifiques locaux de la maison d'édition. 




19 commentaires:

  1. Je viens tout juste de lire le billet de Papillon sur le même roman. Je ne suis pas vraiment convaincue, mais si je le vois à la bibliothèque, je lui donnerai sa chance.

    RépondreSupprimer
  2. Que ce soit ce nouveau titre ou plonger, les deux sont dans mon panier de la médiathèque, il ne me reste plus qu'à trouver le moment opportun pour concrétiser mon emprunt. C'est toi qui m'avait donné envie de lire Plonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux. N'oublie pas de les lire dans l'ordre.

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais lu cet auteur, j'ai l'impression que ce n'est pas un auteur pour moi...

    RépondreSupprimer
  4. On te sent sous le charme, incontestablement. Pour ma part, j'avoue que je ne suis pas certain d'y succomber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au charme du roman ou des bruns pas rasés de près?

      Supprimer
  5. Je n'ai rien lu de cet auteur, mais j'y jetterai un coup d'œil à la première occasion.

    RépondreSupprimer
  6. J'en entends souvent parler en bien, mais non, je pense que ce n'est pas pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi donc? Je suis sûre que certains personnages sauraient te charmer.

      Supprimer
  7. Toujours pas lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca finira bien par venir quand-même.

      Supprimer
  8. On m'en a justement parlé dernièrement, alors pourquoi pas ? Je garde en mémoire. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai prêté à une amie qui l'adore.

      Supprimer
  9. Deux de mes amies n'ont pas aimé cette suite. Tu contre-balance un peu, car, comme toi, j'avais adoré Plonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de le prêter et mon amie m'a dit que ça faisait longtemps qu'un roman ne l'avait pas embarquée comme ça (elle est, comme moi, fan de la Grèce).

      Supprimer
  10. J'ai lu des avis assez divergents sur ce livre, je veux quand même rester sur mon impression positive, et puis ce titre tout de même :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, et ce titre reflète le thème central du roman.

      Supprimer
  11. J'avais vraiment beaucoup aimé Plonger pour l'écriture, cette histoire d'amour qui se termine mal, l'ambiance générale. Je réserverai celui-ci à la bibliothèque, d'office!

    RépondreSupprimer