dimanche 28 mai 2017

The Girls d'Emma Cline

La mort accordait une importance exagérée aux choses les plus insignifiantes, sa lumière trouble transformait tout en indices. 

Evie Boyd, quatorze ans, s'ennuie ferme pendant ses vacances. Sa relation amicale avec une autre jeune ado ne la satisfait plus et elle a envie qu'un événement vienne enfin bouleverser sa vie. C'est alors qu'elle croise une jeune fille qui attire son regard, Suzanne. Evie comprend très vite que Suzanne, qui est plus âgée qu'elle, vit en marge de la société, dans un groupe qui ressemble à un groupe hippy. Nous sommes à la fin des années 60, ils ne sont pas les seuls. La différence ici, c'est sans doute la fascination que semblent éprouver toutes ces filles pour l'homme qui les tient sous sa coupe, Russell. Ce n'est pas sous la coupe de Russell que tombe Evie mais sous celle de Suzanne. Plus le temps passe, plus elle sent qu'elle se brûle les ailes mais elle vit enfin.

On a beaucoup parlé de ce roman avant sa sortie parce qu'Emma Cline, qui signe ici son premier roman, a touché un à-valoir très important chez son éditeur américain et les droits de ce roman ont déjà été achetés par un producteur. L'éditrice des éditions Quai Voltaire avoue que sa première offre ayant été jugée insuffisante, elle a dû enchérir pour obtenir Emma Cline chez elle. Mais me direz-vous, ce roman vaut-il tout cet argent? Ce n'est certainement pas à moi de le dire mais c'est un premier roman réussi, à n'en pas douter, dont l'intérêt est de rendre clairement compte du processus qui mène une jeune fille ordinaire à passer dans le camp d'assassins (je ne dévoile pas grand chose, à moins que vous ne connaissiez pas l'histoire de Charles Manson et de Sharon Tate, ce dont je doute tout de même). Ce n'est pas l'acte final qui importe ici, c'est tout ce qui précède et on comprend très bien comment tout ce petit monde en arrive là. Le roman est tout de même assez différent de ce que je connais de l'histoire des meurtres de Charles Manson, qui fut condamné pour des meurtres qu'il avait commandités mais pas perpétués, car Emma Cline a le bon goût d'éviter toute référence au satanisme. 

Lu par Rachel Arditi, une lectrice qui décidément, me plait beaucoup. Durée: 9h20. 

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2017



28 commentaires:

  1. Un de mes romans préférés de la dernière rentrée littéraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait sans doute partie de mes favoris aussi.

      Supprimer
  2. Ma libraire m'en a dit beaucoup de bien, pour les mêmes raisons que toi. Je n'en fait pas une lecture prioritaire mais j'ai quand même bien envie de découvrir ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on l'apprécie d'autant mieux qu'on n'en attend pas trop.

      Supprimer
  3. Une lecture que j'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman avait divisé mais je me souviens qu'il t'avait plu.

      Supprimer
  4. Je ne l'ai pas écouté, je l'ai lu et j'ai adoré ce roman ! Probablement ma lecture préférée en 2016 !

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que l'on en a beaucoup entendu parler de celui-ci. Surtout que, il me semble, il est sorti en même temps que California Girls, tous deux évoquant la même histoire. Bref, j'ai fait l'impasse sur ces deux lectures, trop de Manson.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement, les deux romans traite ce sujet de manières très différentes.

      Supprimer
  6. Je pense que je l'emprunterai à la bibliothèque mais en version papier.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai programmé mon billet pour demain. Mon ressenti est assez proche du tien.

    RépondreSupprimer
  8. Mon préféré de la RL de Septembre!j'ai trouvé que c'était un très beau roman d'apprentissage, et j'ai adoré ce portrait d'adolescente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souvenais pas qu'il avait tant plu!

      Supprimer
  9. Ce n'est qu'à la moitié du roman que j'ai pensé un peu à l'affaire Manson, je pense que l'auteur a vraiment fait autre chose que raconter cette affaire. Même s'il y a inspiration. Et c'est tant mieux, c'est focalisé sur la jeune héroïne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman est effectivement bien davantage qu'une énième version de l'affaire Manson.

      Supprimer
  10. j'hésite face à ce livre, je l'ai vu à la bibliothèque et laissé... mais ton avis m'incite à franchir le pas !

    RépondreSupprimer
  11. Un bon premier roman, je suis d'accord, et on voit bien en effet que l'affaire Manson n'est pour l'auteure qu'un prétexte, qui lui permet de nous livrer le portrait très juste d'une adolescente en quête d'elle-même, avec tous les risques que cela comporte... le roman de Liberati (Californian Girls) qui s'inspire du même fait divers, m'a en revanche déçue, et m'a donné l'impression d'appuyer surtout sur la dimension sanglante de l'affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement le Liberati n'a pas convaincu grand monde.

      Supprimer
  12. J'ai beaucoup aimé lire ce livre et découvrir son ambiance... Je n'écoute par contre jamais de livre audio, je n'arrive pas à me concentrer ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai l'impression qu'on me raconte enfin des histoires, comme j'aurais aimé qu'on le fasse quand j'étais petite.

      Supprimer
  13. Lu et chroniqué il y a peu. Beaucoup aimé aussi !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes assez nombreuses à l'avoir aimé.

      Supprimer
  14. Je l'ai lu en version papier puis en version audio et j'ai encore plus aimé ma relecture car on ressent vraiment les sentiments d'Evie que ce soit son ennui, son rejet de ce que représentent ses parents et son attirance pour Suzanne qui est très bien rendue. un bon premier roman, une auteur à suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la lectrice est vraiment ma voix féminine préférée chez Audiolib.

      Supprimer

Quand sort la recluse de Fred Vargas

Lorsque plusieurs personnes âgées sont retrouvées mortes après avoir été piquées par des recluses, tous les sens d'Adamsberg sont en ...