jeudi 4 mai 2017

Les inséparables de Stuart Nadler

"A part la mort, l'argent, Israël et la météo, on peut parler de tout, précisa Henrietta.
- Si ce sont les sujets que tu refuses d'aborder, les miens sont la pornographie, l'humiliation, les hommes et la technologie."

Henrietta est une veuve septuagénaire qui découvre que la girouette qui est un jour tombée du toit de sa maison vaut pas mal d'argent, dans un moment où elle en a justement besoin. Mais quand vient le moment de la vendre, elle ne la retrouve plus. Dans le même temps, le livre érotique qu'elle a publié et depuis, toujours tenté d'oublier ressort. Sa fille Oona est fraîchement séparée de son mari Spencer et entame une liaison avec son thérapeute. Quant à Lydia, la fille d'Oona, elle est mise à pied quelques jours pour une histoire de photo d'elle nue. 

Ce roman est donc l'histoire de trois générations de femmes qui se débattent dans des problèmes qui les dépassent, sauf peut-être pour Ooona qui semble penser qu'elle les a surmontés alors qu'elle va découvrir que ce n'est pas tout à fait le cas. C'est aussi un roman sur la difficulté inter-générationnelle à communiquer. Je pense que cela plaira à de nombreuses lectrices mais j'avoue que je m'y suis un peu ennuyée, d'autant que le style est assez plat. Quelques scènes entre le père et la fille sont néanmoins à sauver. 

Publié le 3 mai 2017 chez Albion Michel. 

Merci à Babelio. Je ne suis pas sûre de conseiller ce roman à qui que ce soit. Kathel est bien plus positive. 


19 commentaires:

  1. Je n'ai pas du tout aimé non plus! J'en parlerai bientôt... Pour moi, la construction a sauvé (un peu) la mise, sinon... rien de transcendant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente de voir que je ne suis pas la seule.

      Supprimer
  2. Le genre de roman que j'essaierai à la bibli, à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  3. Pareil pour moi, pourtant ce roman avait tout pour me plaire a priori. J'en parlerai bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi et je crois que j'avais lu de bonnes critiques anglo-saxonnes.

      Supprimer
  4. Et encore une toile de Hopper en couverture ! Mazette, c'est une mode ou quoi ?!?! :)

    J'aime beaucoup cet artiste, mais là, ils vont nous le faire détester à force de le mettre ainsi à toutes les sauces ! Rha là là, les éditeurs !!! Marketing, marketing. Mais bon.

    Sinon, absolument rien à voir, mais grâce à toi, j'ai lu mon premier Choplin (Le héron de Guernica). J'ai tellement aimé que je n'arrive pas à écrire de billet ! :) Plus tard peut-être, quand les émotions se seront un peu adoucies. C'était vraiment vraiment vraiment intense. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, ça finit par lasser.

      Supprimer
  5. J'allais faire exactement le même commentaire que ci-dessus (à propos de Hopper...) ! L'association des termes "style" et "plat" suffit à me dissuader !

    RépondreSupprimer
  6. Ah dommage ! Je ne suis pas très histoires inter-générationnelles mais là, ça semblait plutôt prometteur au vu du résumé.

    RépondreSupprimer
  7. Pas du tout pour moi celui-ci je crois.

    RépondreSupprimer
  8. Quelques scènes à sauver seulement ? Ca fait peu.

    RépondreSupprimer
  9. Moi j'aime bien retrouver Hopper ici et là. Par contre le titre ne me tente pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la peine de s'attarder sur cette couverture-ci.

      Supprimer
  10. Je pense que je vais m'en passer.

    RépondreSupprimer

Quand sort la recluse de Fred Vargas

Lorsque plusieurs personnes âgées sont retrouvées mortes après avoir été piquées par des recluses, tous les sens d'Adamsberg sont en ...