mardi 30 mai 2017

L'amant double de François Ozon

Chloé a mal au ventre mais sa gynécologue ne voit rien; elle pense donc que c'est dans sa tête que ça se passe. Elle décide d'aller consulter un psychiatre et se sent vite mieux. Et pour cause, elle fait un transfert (en même temps, difficile de ne pas transférer quand on choisit un psy qui a la tête de Jérémie Rénier). Ce qui est plus surprenant, c'est que Paul, le psychiatre, décide de cesser la thérapie car il commence à éprouver des sentiments pour sa patiente. Ils s'aiment donc et finissent par emménager ensemble et c'est là que l'ensemble se craquelle. 
Je ne vais pas m'étaler sur l'intrigue de ce film mais sachez que tout est plus profond et compliqué que ce résumé du début de film. Je n'ai pas toujours été une adepte de François Ozon mais Franz m'avait beaucoup plu et je suis encore plus emballée par ce film-ci. J'apprécie que le réalisateur nous embarque dans un univers très différent à chaque film. Après la quasi chasteté de Franz qui était en noir et blanc, Ozon nous mène ici dans un univers fantasmatique violent, comme l'est sans doute une psychothérapie. Et là où Franz jouait déjà sur différents niveaux (l'amitié masculine notamment y était perçue différemment selon les spectateurs), Ozon creuse encore le sujet, le spectateur n'est jamais là où il croit être. Il y a bien un moment où on tique, en se disant "Mais, c'est bizarre quand-même" mais sans comprendre. Bref, laissez-vous aller. Il est évident que ce film cru choquera d'abord par sa première scène que j'aurais détestée il y a quelques années mais que je trouve très bien filmée (par contre, quand je la raconte en mangeant, je rencontre toujours des mines dégoûtées), puis par la violence de certaines scènes sexuelles mais il me semble que tout s'explique. En tout cas, mon côté féministe prononcé ne s'en est pas offusqué. Les acteurs sont très bons et Jérémie Rénier excelle vraiment dans ce double rôle. 

Sortie en salle: le 26 mai 2017. 1h47


A déconseiller avant sa première séance de psychothérapie peut-être.
                                                                 

14 commentaires:

  1. Peut-être, pour le sujet intrigant - mais j'ai horreur de la violence. Merci pour ton billet, Valérie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film n'est peut-être pas pour toi alors.

      Supprimer
  2. A l'époque où j'étais cinéphile, j'aimais beaucoup ce réalisateur, en effet assez cash et pas très conventionnel.
    Le thème autour des sentiments entre psy et patients est riche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument et il est traité ici sur un mode très original.

      Supprimer
  3. ça me tente bien! J'adore Jeune et jolie avec cette même actrice. Elle est hypnotique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais regarder Jeune et Jolie très bientôt.

      Supprimer
  4. Je viens de voir un billet pas très élogieux chez Dasola, pas trop tentée de toute manière...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Valérie, merci pour ton commentaire chez moi et j'ai été intéressée par ton billet. Au bout du compte, je suis assez d'accord avec pour Jérémie Renier et par certains côtés de l'histoire mais ce n'est pas un film que je conseillerai à tout le monde. Faut être prévenu. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dasola. J'ai été très intéressée par le tien, d'autant que je t'avoue que je cherchais désespérément quelqu'un pour débriefer ce film et que personne ne l'a vu autour de moi.

      Supprimer
  6. Très joli billet sur ce film qui tranche dans le vif les avis des spectateurs. Je suis moi-même un grand admirateur de l'œuvre de François Ozon et, comme vous, j'ai beaucoup apprécié "Frantz", et avant cela "Jeune & Jolie" avec cette merveilleuse Marine Vacth. Mais je dois avouer que le scénario très alambiqué ici (même s'il demeure brillamment mis en scène et remarquablement interprété) m' laissé en dehors. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce commentaire. Je trouve que les spectateurs ont été durs avec ce film, que j'ai envie de revoir. Je comprends qu'il choque et qu'on le trouve alambiqué mais si je ne trouve pas qu'il le soit. J'ai tendance à penser que plus on a un esprit alambiqué, moins le film parait l'être. ;-) Il m'a beaucoup parlé et touchée.

      Supprimer
  7. Fan quasi inconditionnelle de Ozon, je verrai ce film c'est sûr ! mais il faudrait d'abord que je rattrape "Frantz", pas encore vu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont presque aux antipodes mais il faut les voir tous les deux.

      Supprimer

Par le vent pleuré de Ron Rash

Eugène vit dans une petite ville de Floride. Son grand-père y fut le médecin incontournable de toute la ville. Lui cuve désormais sa pein...