mardi 25 octobre 2016

Ils n'étaient pas pour moi


Je vous présente brièvement deux romans qui étaient dans ma pré-sélection de novembre pour le prix Elle mais sur lesquels je n'ai pas envie de m'attarder parce qu'ils ne m'ont pas procuré le plaisir que les diverses sélections m'apportent jusqu'à présent. Le premier, Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin est un roman policier mettant en scène une rescapée d'un tueur un série. Elle est hantée par les voix de celles qui n'ont pas pu être sauvées (déjà ça n'est pas pour moi ce genre de phénomènes). Les chapitres alternent le ressenti de Tessa adulte face à ces affaires et les entretiens qu'elle eût avec son psy (et là, j'avoue que j'ai un trop plein de psys en tous genres dans ces sélections, je rêve de polars sans psy).J'ai trouvé l'ensemble long (560 pages), pas forcément très bien écrit et avec une fin qu'on ne voit pas venir, ce qui n'est pas un signe de réussite ici, juste un signe que cette fin arrive de nulle part. Publié en septembre 2016 aux Presses de la Cité. Il n'a pas passé le cap des pré-sélections. 


Station Eleven d'Emily St John Mandel est tout à fait différent. D'abord parce que j'ai beaucoup aimé les cinquante premières pages que j'ai trouvées très bien écrites, créant un univers pré-apocalyptique très soigné et une vraie ambiance et ce n'est pas si fréquent mais ensuite, l'auteure nous trimbale entre deux univers différents, celui d'un acteur hollywoodien à succès, mort sur scène dans le premier chapitre, et les moments post- apocalyptiques au cours desquels une troupe d'acteurs sillonnent les routes, découvrant au fur et à mesure des changements par rapport à leur dernières visites. Or, le personnage auquel je m'étais attachée au tout début disparaît pendant un long moment et ceux sur l'acteur m'ont ennuyée. Je pense que le genre de ce roman n'est pas tout à fait pour moi; même s'il m'est arrivé de beaucoup aimer les romans d'anticipation, j'ai plus de mal avec les univers post-apocalyptiques et cet effet puzzle avec les personnages n'a pas fonctionné sur moi. Si c'est votre tasse de thé, je pense que ce roman a des chances de vous conquérir. Publié aux éditions Rivages en septembre 2016. Ce roman a été sélectionné par mon jury pour poursuivre l'aventure, ex-aqueo avec Voici venus les rêveurs

40 commentaires:

  1. Je viens de terminer "station eleven" et je comprends ton point de vue. Malgré tout, j'ai marché jusqu'au bout, en pensant que ce n'était pas le page-turner auquel je m'attendais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'avoue ne pas avoir eu le courage d'aller au bout.

      Supprimer
  2. Ah dans mes bras : je pensais bien finir par être la seule que le roman d'Emily St John Mandel avait ennuyée. Je ne lis que d'inconmpréhensibles es éloges partout. J'ai aussi aimé la mort de l'acteur sur scène, qui ouvre le roman, mais c'est à peu près tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'arrive assez souvent de me sentir seule, je me sens moins seule de mon côté. ;-)

      Supprimer
  3. J'ai parfois du mal avec l'anticipation ou le post apocalyse. Le premier ne me tente pas du tout, le second, bof, disons que j'ai encore du stock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut vraiment aimer le genre pour apprécier Station Eleven.

      Supprimer
  4. Voilà pourquoi j'hésite à participer à des prix.
    Le second avis plaira à Sandrine tête de lecture, qui se sentait seule à n'avoir pas sauté au plafond. Perso, j'ai abandonné page 50 ou 60, en gros quand on démarre la caravane, donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai aucun regret parce que je suis aussi déçue par des romans que je choisis moi-même et cette année, je fais de très belles découvertes.

      Supprimer
  5. Le premier ne me tente pas du tout. J'avais noté le second, en revanche. Jusqu'ici, je n'avais lu sur lui que des billets enthousiastes. A voir donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL semble que les billets deviennent moins enthousiastes.

      Supprimer
  6. Station Eleven me tentait de plus en plus, tu refroidis mes ardeurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'aimeras peut-être autant que Noukette.

      Supprimer
  7. Je viens de terminer ainsi fleurit le mal : mêmes ressentis que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne me surprend pas, la fin est vraiment ratée.

      Supprimer
  8. Je crois que j'ai justement aimé Station Eleven parce que ce n'est pas un véritable roman post-apocalyptique. C'est ce côté puzzle que j'ai aimé et les allers retours entre passé et présent. Mais je comprends qu'on puisse passer à côté ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je comprends qu'on puisse l'aimer. ;-)

      Supprimer
  9. J'ai lu la critique de framboise sur "Ainsi fleurit le mal" et disons que vos deux avis me confortent dans le fait que non, décidément, je n'ai pas envie de le lire.
    En revanche, "Station eleven" me tentait réellement et comme Jérôme, tu me refroidis un peu. Je vais attendre d'autres avis du coup ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend de ton goût pour l'anticipation dans le second cas. Pour le premier, tu peux passer sans problème.

      Supprimer
  10. J'ai vu de bonnes critiques sur le 2eme mais les romans post apocalyptiques, très peu pour moi...

    RépondreSupprimer
  11. Comme Noukette, j'ai beaucoup aimé Station Eleven parce que justement le contexte est post-apocalyptique mais pas vraiment le roman en lui-même...quant au premier roman de ton billet, malgré une jolie couverture à la American Beauty, bof, pas tentée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, c'est important de le préciser en effet.

      Supprimer
  12. Je ne connaissais pas le premier mais je pensais que le deuxième était génial. C'est vrai que j'ai lu la première scène qui m'avait emballée... mais si le reste est moins bien, je révise mes attentes à la baisse, alors ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est peut-être génial mais je ne suis pas bon juge dans ce cas.

      Supprimer
  13. Premier avis mitigé que je lis sur Station eleven.

    RépondreSupprimer
  14. L'or rouge
    Oh mince, ton deuxième est sur ma PAL et je me faisais une joie de le lire mais tu es la deuxième à émettre un bémol (Aifelle n'a pas trop aimé non plus). Jr crains fort qu'à moi aussi les pages sur l'acteur vont paraître enny=uyeuses, bon je verrais cela ;0) J'espère que tes futures lectures t'emporteront bien plus, bon week end
    http://lorouge.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas dans une période faste, côté lecture (mais je viens d'en traverser une longue).

      Supprimer
  15. Le deuxième me tente bien mais pas le premier...

    RépondreSupprimer
  16. Ni l'un, ni l'autre ne me tentent, je passe sans regret! J'ai beaucoup pensé à toi cette semaine... J'ai découvert Venise!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh génial! J'ai aussi pas mal pensé à toi pour d'autres raisons. J'espère que tu nous feras un petit billet (j'y retourne le mois prochain).

      Supprimer
  17. Hehe :-) oui je vais essayer! Tu vas où exactement et qu'edt ce que tu as prévu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en reparle par mail, quand tu auras reçu ton colis.

      Supprimer
  18. Les avis sont très mitigés concernant Station
    Eleven. Alors qu'il me tentait très fort, voilà qu'il me tente beaucoup moins.
    C'est bien de lire des avis, ça me permet d'en lire d'autres qui me passionneraient sans doute davantage..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les avis deviennent mitigés, c'est vrai.

      Supprimer
  19. Je suis en train de lire le premier et je vois des avis très mitigés. C'est vrai que ce n'est pas hyper bien écrit, et cette fin qui n'a pas l'air satisfaisante doit être encore plus frustrante après plus de 550 pages !

    RépondreSupprimer
  20. Por isso... ele similarmente pode estar nesse meio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher anonyme, tu écris dans une langue que je ne maîtrise pas et que visiblement, Google traduction maîtrise très mal. Je pars donc en quête d'une amie d'origine portugaise pour savoir si elle peut m'éclairer.
      Peut-être sors-tu tout droit de mon rêve dans lequel toute une famille portugaise avait le premier rôle (enfin, surtout un membre de cette famille). Mais j'avoue que la coïncidence m'a troublée.

      Supprimer

"Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson

" Mais surtout, nous ne retrouverons pas ce qui nous a poussés l'un vers l'autre, un jour. Cette urgence très pure. Ce moment ...