mardi 4 octobre 2016

Mourir sur scène

Cela fait des semaines que je savoure ce titre toute seule, en égoïste (enfin presque, je l'ai tout de même partagé avec une amie, encore plus fan que moi de François Morel) et je me dis que vous avez sans doute mérité ce cadeau-là, ce titre  me donne presque la chair de poule. Et moi ça me donne follement envie d'aller le voir chanter sur scène dans son nouveau spectacle. 


13 commentaires:

  1. J'ai l'impression que je connaissais la chanson mais pas du tout le chanteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais sans doute la chanson par Dalida. François Morel est le grand chouchou des normandes.

      Supprimer
  2. eh ben figure-toi que j'ai découvert il y a peu (ses chansons, je veux dire) et que j'ai vraiment aimé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mystérieuse anonyme, moi aussi, j'aime sa manière de chanter, au point de songer sérieusement à aller le voir sur scène.

      Supprimer
  3. Oh oui, François Morel, il est excellent dans tout ce qu'il fait :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour t'avoir croisée à une rencontre avec François Morel, je me doutais bien que tu partageais mon faible.

      Supprimer
  4. Il a beaucoup de talent cet homme là, en tant qu'auteur , acteur, chroniqueur. Bon en tant que chanteur, je le découvre, je ne savais pas qu'il chantait, je dirais pas ça, peut pas être doué pour tout non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends qu'on n'aime pas sa façon de chanter. Moi il m'émeut toujours (ou me fait rire).

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas cette version, toute en retenue... et ce François Morel toujours aussi touchant. Merci pour la découverte.

    Dans un autre genre, la reprise de Julien Doré
    https://www.youtube.com/watch?v=30nk9urifSA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne joue pas dans la même cour avec cette reprise quand-même.

      Supprimer
  6. J'aime bien la fougue de Doré et sa ré-appropriation des chansons. Que cela plaise ou ne déplaise, ses choix sont culottés. Celle de F.Morel est évidemment plus en retenue, plus profonde.

    RépondreSupprimer

Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Dumas

... leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'...