mardi 11 octobre 2016

La danseuse de Stéphanie Di Giusto: la polémique

Avant de parler de la polémique autour de ce film, que nous avons découverte au retour de la séance en cherchant des informant sur Loïe Fuller, parlons du film en lui-même. Loïe Fuller vit dans le grand ouest américain avec son père français. Elle a beaucoup d'affection pour lui mais il lui arrive de le raccompagner en brouette après des virées nocturnes particulièrement arrosées au cours desquelles il se bat. Un jour, ceux avec qui son père a eu un contentieux viennent l'assassiner, laissant l'adolescente seule. Elle rejoint donc sa mère qui vit dans une communauté religieuse. Autant dire que très vite, elle s'y sent à l'étroit, elle qui a toujours rêvé du devant de la scène. Elle commence par faire de la photo érotique puis va monter des spectacles de danse mettant en scène sa robe et des jeux de lumière. Elle rencontre un aristocrate ruiné qui lui suggère d'aller aux Folies Bergères. Ni une, ni deux, elle lui pique quelques billets et part en France. A force d'obstination et d'un entraînement intensif, elle parviendra à être engagée aux Folies Bergères et même à l'Opéra de Paris. 
Je suis ressortie du cinéma plus enthousiaste que mon amie. D'abord, j'aime de plus en plus Soko vue récemment dans Voir du pays et elle est à nouveau très bonne dans ce film et puis certaines scènes de danse sont très belles. La passion de Louïe Fuller force l'admiration puisqu'elle se ruine la santé. Mon seul bémol concernait Lily-Rose Depp qui n'a pas, à mon avis, le charisme nécessaire pour jouer le grande Isadora Duncan. 
Et puis, je découvre que l'un des personnages principaux du film, cet aristocrate amoureux de Loïe n'a jamais existé, que même si l'homosexualité de Louïe est évidente dans le film puisqu'elle perd la tête pour la jeune Isadora, il n'y est nulle part question de la longue relation qui l'unit à son assistante. L'oubli est gênant, l'ajout l'est tout autant puisque dans le film, c'est par obligation envers le père de cet aristocrate que le directeur de l'Opéra de Paris l'engage. De plus, il sera l'épaule protectrice du film, épaule dont Loïe ,n'a donc pas eu besoin. Alors que Loïe semble avoir vécu une relation sereine pendant trente ans avec Gabrielle, interprétée avec justesse pat Mélanie Thiery, le film n'évoque qu'un désir non partagé pour Isadora dont on ne sait même pas s'il a réellement existé et qui en plus, au détour de la scène de baiser entre les deux femmes, relègue Loïe dans une position très dévalorisante. Bref, je me demande à quoi sert de faire un biopic si on ne respecte pas la vie du personnage. Pour plus de détails sur la polémique et les arguments (poussifs) de la réalisatrice, je vous renvoie à l'article de Médiapart même si je n'irais pas jusqu'à parler de lesbophobie. 

Florine est plus dure que moi. Danses avec la plume est aussi gênée par les inexactitudes. Contrairement à moi, Bottines a aimé les débuts de Lily-Rose Depp.





21 commentaires:

  1. Ce film me tentait bien, tant pour la personnalité de Loïe Fuller que pour le casting (j'aime beaucoup Soko, et j'avais envie de voir ce que donnait Lily-Rose Depp)
    par contre je suis tout à fait d'accord avec ta phrase "à quoi sert de faire un biopic si on ne respecte pas la vie du personnage..." dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca reste un bon film mais c'est vraiment très gênant.

      Supprimer
  2. J'ignorais la polémique. De toute façon c'est un film qui ne m'attire pas et la pub faite autour de Lili Rose Depp m'horripile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut oublier Lily Rose (j'avoue que moi aussi, ça m'agace un peu).

      Supprimer
  3. C'est là que je me rends compte que j'ai décroché totalement avec le ciné, je n'ai jamais entendu parler de ce film ni de l'actrice...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'ai-je pas vu sur ton blog que tu étais allé voir le dernier Dolan?

      Supprimer
    2. C'est vrai, c'est exceptionnel, je ne vais au ciné que loin de chez moi...et il est génial ce film de Dolan, je vais essayer de trouver Momy en DVD...

      Supprimer
  4. Est-il présenté comme un biopic d'ailleurs ? Ce qui m'interpelle encore plus, ce sont les arguments de la réalisatrice pr justifier son choix... dont «J’ai également pris la liberté d’inventer le personnage de Louis Dorsay, qu’interprète Gaspard Ulliel. J’avais besoin d’une présence masculine dans ce film peuplé de femmes.».... No comment. De plus, il ne s'agit pas que d'éluder l'homosexualité de la danseuse : cela a aussi des conséquences dans la compréhension de son travail, de qui elle était «C’est son univers de travail, elle ne travaille qu’avec des femmes, qu’avec des danseuses, les personnes sur qui elle s’appuie sont des femmes». (Catherine Gonnard, auteure de Femmes Artistes / Artistes femmes).

    Quand à Soko, à voir absolument dans le film "Augustine" sur les débuts de la psychiatrie, l'hystérie etc... Elle irradie le film... Bref, une jeune artiste aux choix artistiques forts et assumés je trouve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, on s'en fiche qu'il soit présenté comme un biopic OU PAS . IL est écrit "librement inspiré de" mais quand on appelle son personnage Loïe Fuller, ça devient un biopic.

      Supprimer
    2. Ah... pas forcément d'accord ;-) Si on prend des exemples en littérature, il est des livres "librement inspiré" mais qui ne sont pas annoncés comme des autobiographies. Et donc tacitement, place est faite aussi à la fiction. Exemple : "la part de l'autre" de EE Schmidt (pr moi son meilleur livre) : il parle d'Hitler et le vrai se mélange au faux. Dans un autre genre, l'excellent "Ciseaux" de S.Michaka sur la relation de Carver avec son éditeur.

      Supprimer
    3. Je n'ai pas du tout aimé La part de l'autre, ceci explique peut-être cela.

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas non plus la polémique. Esthétiquement, le film a l'air réussi si je me fie à la bande annonce. Le sujet est intéressant mais tes bémols me chiffonnent. On verra s'il passe chez moi et si je suis dispo à ce moment-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de lire quoique ce soit sur le film, il m'avait plu. Peut-être l'aimerais-tu.

      Supprimer
  6. Je n'étais pas au courant de cette polémique. Je tenais juste à voir ce film car Lois Fuller est un personnage qui m'intéresse depuis que je l'ai découvert à travers une expo ... Bref, ce week-end, je me ferai mon propre avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un personnage intéressant, c'est bien pour ça qu'à mon avis, il fort dommage de gâcher le sujet avec ce genre de libertés.

      Supprimer
  7. J'ai vu de temps à autre Loïe Fuller danser (sur un écran dans une exposition), mais j'avoue ne rien savoir de sa vie. Le film est à l'affiche en ce moment, j'ignorais tout de la polémique. D'accord avec ta conclusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'apprécier, il vaut mieux ne rien savoir de la polémique avant parce que sinon, le film a un peu de mal à passer, je trouve.

      Supprimer
  8. Ce qui a été dit autour du film m'a permis de mettre un nom sur l'interprète des "danses serpentines", que je trouvais magiques... Isadora Duncan est plus connue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je connaissais Isadora Duncan (et je ne suis pas sûre que j'avais envie de la voir interprétée comme ça) mais pas Loïe Fuller.

      Supprimer
  9. Ce film ne m'a pas tenté, il faut dire que je n'ai pas eu beaucoup l'occasion d'aller au ciné ces dernières semaines!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, on ne peut pas tout faire non plus.

      Supprimer

Quand sort la recluse de Fred Vargas

Lorsque plusieurs personnes âgées sont retrouvées mortes après avoir été piquées par des recluses, tous les sens d'Adamsberg sont en ...