jeudi 29 septembre 2016

Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby

Annie est intouchable car elle va être mère. Son ventre est un permission de repli supplémentaire, contre laquelle tout reproche se fracasse. La grossesse est une île. 

Paul et Odile tiennent un café dans un village de bord de Seine.  Ce café sont un peu le coeur du village, là où on trouve la vie, les chants, la musique, là à où viennent les villageois pour passer un bon moment de détente. Paul est toujours disponible pour les autres, Odile le sait quand elle l'épouse, il lui faudra partager Paul; elle l'accepte. Ils ont trois enfants: Annie, celle que Paul choisit pour danser, Mathilde, le garçon manqué qui préfère prendre les gifles que lui donnent son père comme des preuves d'amour puisqu'il peine à lui en donner d'autres et Jacques, le petit dernier. Quand Paul est emmené au sanatorium pour y soigner ses bacilles et sa tuberculose, c'est le début de la dégringolade pour la petite famille prospère: finis les pains au chocolat, finies aussi les réunions entre amis: la famille est ostracisée. N'étant pas employés, Odile et Paul ne bénéficient pas de la sécurité sociale et quand ils entrent tous les deux au sauna, les deux enfants encore mineurs sont placés. 
Je l'attendais ce roman, c'était même celui que j'attendais le plus en cette rentrée littéraire tant Kinderzimmer m'avait emportée par sa langue ciselée comme je les aime. Je n'ai pas retrouvé cette langue ici. Un paquebot dans les arbres est bien écrit, c'est évident mais ces phrases que j'avais envie de lire et relire m'ont manqué. Ca reste néanmoins une histoire dont on a envie de connaître le dénouement, surtout parce que Valentine Goby a fait de Mathilde un personnage attachant. Ai-je été émue? Non, mais je n'avais pas été émue par Kinderzimmer non plus, j'avais été étourdie. Et puis, j'ai un vrai bémol qui sera bien sûr personnel, je trouve que le parallèle qui se met en place dans le dernier quart du roman entre la situation de la famille de Mathilde et la guerre d'Algérie, même si je comprends ce que Valentine Goby essaie de nous dire concernant l'attitude paternaliste du gouvernement et des services sociaux, ne fonctionne pas. Par contre, je trouve que ce roman est une jolie façon de nous rappeler la chance que nous avons de pouvoir bénéficier de la sécurité sociale. 
Publié en août 2016 chez Actes Sud. C'est un coup de coeur pour tous les blogueurs que je connais: Noukette, A l'ombre du noyer, Jérôme, Les mots de la fin, Clara , Eva.

Publié chez Actes Sud en Août 2016

Merci à Marjorie pour ce cadeau d'anniversaire que je désirais tant.
A conseiller à ceux qui aiment les personnages d'ados qui portent leurs famille à bout de bras. 


46 commentaires:

  1. Un coup de cœur oui, j'ai retrouvé dans ce roman tout ce que j'aime chez Valentine Goby...
    (psstt, par contre, c'est sana(torium) que tu voulais écrire non, pas sauna ? ;-) )

    RépondreSupprimer
  2. Je suis en pleine lecture, je reviendrai vers ton billet plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai pu entendre l'auteur au salon fnac forum, mais quant à lire le roman, pas sûr.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas accroché avec Banquises, ma découverte de cette auteur. Je ne sais pas si je la relirai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille quand-même vraiment de lire Kinderzimmer.

      Supprimer
  5. J'hésitais à le lire, à cause de la langue de l'auteure, justement. Si j'avais bien aimé Kinderzimmer, je n'avais pas accroché à Banquise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture est loin de celle de Kinderzimmer et de Qui touche à mon corps, je le tue, je pense. Ce sont les deux romans de Goby que je préfèr, je n'ai pas lu Banquise.

      Supprimer
  6. j'ai adoré le côté roman d'apprentissage, et Mathilde est un personnage qui m'a beaucoup plu.
    Par contre je n'ai pas été "émue", ce livre ne m'a pas fait pleurer, je pense que Valentine Goby a une écriture assez froide qui ne joue pas avec les sentiments et le pathos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi et ça me va très bien. Je n'ai pas besoin d'être émue pour trouver un roman excellent.

      Supprimer
  7. Ta chronique me donne envie de le lire car je ne l'ai pas encore fait ! Merci du partage et bon week-end

    RépondreSupprimer
  8. Je note que ton commentaire est plus mesuré que la majorité. Je le lirai ce livre, c'est certain, mais je vais attendre un peu je pense (bon, si je l'ai vite sous la main, je ne dis pas ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien parfois d'attendre un peu que la première vague des billets passe.

      Supprimer
  9. Je ne suis pas tentée par cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'avais pas lu Kinderzimmer (tu penses à ta LAL, dis?)?

      Supprimer
  10. Tu décris bien ce que, moi aussi, j'ai ressenti après avoir découvert Kinderzimmer, une lecture étourdissante. Ce dernier roman de Valentine Goby me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kinderzimmer était une pierre précieuse.

      Supprimer
  11. une de mes prochaines lectures : j'ai hâte ! Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire ton billet. Des bises à toi aussi.

      Supprimer
  12. Je suis plongée dedans. A suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de savoir ce que tu en penses.

      Supprimer
  13. Valentine Goby, un gage d'excellence! Celui-là je dois absolument le lire.

    RépondreSupprimer
  14. Pas tentée mais peut-être qu'en lisant kinderzimmer, j'aurais envie de découvrir cet auteur...

    RépondreSupprimer
  15. Rhooo il est toujours sur ma PAL !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai aussi des romans de la rentrée que j'ai très envie de lire dans ma PAL (le Slimani par exemple).

      Supprimer
  16. Un coup de cœur oui, même si je reste persuadé qu'aucun de ses futurs romans ne pourra égaler Kinderzimmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis une éternelle optimiste: je pense que le meilleur livre des auteurs que j'aime reste à écrire.

      Supprimer
  17. Je vais le découvrir grâce à Price Minister. J'espère que les 2 autres de ton colis sauront davantage te séduire alors, je croise les doigts !). Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé ce roman quand-même, c'est juste qu'il n'a pas été à la hauteur de mes attentes.

      Supprimer
  18. J'avais entendu parler de ce livre je ne sais plus où, je vais le noter sur ma longue, très longue liste de livres à acheter !
    Belle journée !
    Cathy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ces listes de livres! Belle journée à toi aussi, Cathy.

      Supprimer
  19. Difficile de passer après Kinderzimmer. J'aimerai quand même beaucoup lire celui-ci d'autant plus que j'aime plutôt les autres titres de Valentine Goby ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé tout ce que j'ai lu d'elle aussi, à des degrés divers.

      Supprimer
  20. Je vais le lire prochainement mais je ne m'attends pas à une lecture coup de poing comme l'a été Kinerzimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras donc moins déçue probablement.

      Supprimer
  21. J'ai beaucoup aimé Kinderzimmer, celui là est donc dans ma liste d'envies.. on verra!

    RépondreSupprimer
  22. Ce livre m'a passionnée même s'il n'a évidemment pas la force de Kinderzimmer, cela ne pouvait pas être le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi pas? Le sujet aurait pu s'y prêter.

      Supprimer
  23. Je vois que tu es quand même nettement moins déçue que moi, j'ai même hésité à l'abandonner vers la moitié....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, je n'en étais pas à ce point tout de même.

      Supprimer

Cherbourg

Comme le dit justement ma fille, "Cherbourg, on n'y passe pas, on y va". Il était temps pour nous d'aller jusqu&#...