jeudi 8 septembre 2016

Seasons in the Sun, the battle for Britain de Dominic Sandbrook

Des années 70s en Grande-Bretagne, on a tendance à se souvenir des Sex Pistols, des hooligans, de l'IRA, des erreurs judiciaires qui suivirent les bombardements de Guilford et de Birmingham et de l'avènement de la vilaine Mme Thatcher. J'avoue que je ne savais pas à quel point ce fut une décennie très difficile pour les britanniques, qui virent les syndicats prendre le pouvoir d'un pays, le plongeant peu à peu dans une situation économique catastrophique. Ni Wilson, ni Heath, respectivement premiers ministres travaillistes et conservateurs ne furent à la hauteur de la crise sans précédent, préférant éviter les conflits sociaux et refusant donc, contrairement à la France ou à l'Allemagne de l'Ouest, de prendre une fois pour toutes les mesures drastiques qui s'imposaient et qui auraient permis de maintenir l'inflation et le chômage à un niveau "tolérable" pour l'époque. On comprend bien mieux en lisant cet essai volumineux la nécessité du Thatchérisme, ou tout au moins d'une certaine austérité. J'ai beaucoup appris sur des thèmes très différents, comme l'économie (je ne savais pas que la Grande-Bretagne avait dû quémander une aide substantielle du FMI) ou la musique punk (le seul groupe qui trouve grâce à l'auteur est The Clash, pour lui les autres groupes punks sont punks par leur agressivité mais n'ont aucune vraie culture musicale). C'est aussi le moment où les Britanniques eurent leur tout premier referendum et votèrent massivement oui pour rester dans l'Europe, les seuls incitant au "Non" étant les extrêmes. Comme quoi, les temps changent! 

Publié chez Penguin en 2013- Dominic Sandrook a tiré un documentaire de son livre de 810 pages. Difficile de résister au challenge Pavé de l'été, même si je lis (et apprécie) de plus en plus les livres plus courts. 


8 commentaires:

  1. Il devrait compter double, ce pavé (un essai et en anglais !) :) ! (et alors, comme ça, tu n'es plus une fervente amatrice de pavés ;) ?!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais si mais j'aime aussi les formats courts. On peut aimer de choses opposées. ;-)

      Supprimer
  2. je suis épatée aussi, en anglais!!! bravo !

    RépondreSupprimer
  3. c'est super tentant, même si 800 pages ça fait un peu peur!! Bon, désolé de te rappeler ce moment désagréable où tu prends une année supplémentaire ^^ mais si j'ai ma petite idée déjà j'aimerais savoir s'il y a quelques titres de la rentrée littéraire qui te font particulièrement de l'oeil? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement grâce à ce genre de messages que ce moment n'est pas si désagréable. ;) Je t'envoie un mail .

      Supprimer
  4. J'avoue ma fainéantise : si gros, en anglais et intelligent, je décline :-)

    RépondreSupprimer