jeudi 15 septembre 2016

L'élégance des veuves d'Alice Ferney (audiolib)

Ce très court roman nous fait partager le destin de plusieurs femmes. Il y a d'abord Valentine qui devient veuve assez tôt mais restera toujours fidèle à la mémoire de son mari, puis Mathilde, l'une des belles-filles de Valentine qui passera plus de temps de sa vie d'adulte enceinte que sans enfant dans le ventre, bien que le médecin ait prédit une fin dramatique si le couple persistait dans leur désir d'avoir des enfants. Et il y a Gabrielle, veuve elle aussi et sans enfant, amie de Mathilde. 


Décidément, Alice Ferney m'attire à chaque titre et pourtant, je devrais savoir que la lire va m'agacer. Ce fut le cas avec Grâce et Dénuement, et ce le fut à nouveau avec ce titre. Non qu'il soit raté, au contraire: il est court et donc dénué de détails mais il nous permet malgré tout de nous attacher à ces destins de femmes. Enfin s'attacher n'est sans doute pas le bon mot parce que ces destins sont dégradants pour la femme. Si j'ai compris le renoncement de Valentine après son veuvage, je n'ai jamais compris que Mathilde accepte de ne devenir que la mère des enfants d'Henri, un homme par ailleurs insupportable pour la lectrice que je suis puisqu'à aucun moment il ne prend part à la vie familiale, se contentant d'engrosser sa femme (pardon, mais c'est vraiment l'impression que cela m'a donnée) puis vivant tranquillement en marge de sa femme et de ses enfants, tout en restant, bien sûr, la voix de l'autorité respectée par tous. Quant à Gabrielle, elle devient celle qui s'occupera des enfants d'Henri après son veuvage. Bref, le rôle des femmes est réduit à l'enfantement et à l'éducation, alors que l'homme vit tranquillement sa petite vie. J'ai évidemment trouvé Henri imbuvable au plus haut point. Le problème avec ce qu'écrit Alice Ferney, c'est que je me demande toujours si elle dénonce un système ou éprouve de la nostalgie pour une vie rétrograde. Il semble assez évident ici qu'elle le dénonce (enfin franchement je l'espère) mais elle le fait sans aucun commentaire, en se contentant de décrire la vie de ses femmes et lorsqu'on entre dans leur pensées, il n'y a pas une once de révolte et c'est ça qui me dérange. Malgré tout, avec le recul, je me dis que c'est parce qu'il m'a dérangée qu'il est plutôt réussi, ce livre, bien lu par Dominique Reymond. L'adaptation de ce roman sort très bientôt au cinéma, je me demande bien ce que ça peut donner. 

Merci à Audiolib.
A conseiller à celles qui savent garder leur calme devant l'égoïsme masculin (d'une époque révolue, je précise). 

Date de parution : 
17 Août 2016
Durée : 
2h54

16 commentaires:

  1. c'est un des livres que je préfère de cette auteure. L'autre est Grâce et dénuement, tellement actuel. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que le film avait très mauvaise presse.

      Supprimer
  2. C'est une romancière que je n'ai aps lu et qui ne m'attire aps du tout. Le sujet me rebute carrément

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille tout de même de lire un roman de cette auteure, ça peut être agaçant mais ça ne laisse pas de marbre.

      Supprimer
  3. Le nom de l'auteur me dit quelque chose, je crois avoir lu un livre génial d'elle puis un second très décevant, mais je ne me souviens plus, c'est l'âge. Celui-ci à l'air bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah zut, j'aurais bien aimé que tu me donnes e titre du génial.

      Supprimer
  4. Je l'ai lu depuis un certain temps déjà, et il m'en reste un souvenir réservé également. Avec la sortie du film, j'hésitais à le relire, mais bon, je ne sais plus maintenant ... PS : Très bon anniversaire :-)

    RépondreSupprimer
  5. Autant le livre ne me tente pas du tout mais l'adaptation oui! Bon il faudra que je fasse abstraction de Tautou que je ne supporte pas mais il y a Mélanie Laurent pour rattraper tout ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la supporte pas non plus. Je ne sais toujours pas si c'est pour ça que je suis l'une des seule à ne pas avoir aimé Amélie Poulain.

      Supprimer
  6. Je suis en train de l'écouter et je comprends ton point de vue. Il faut cependant le replacer dans une autre époque où les grossesses multiples et les mariages arrangés était "la norme". Cela n'empêche pas d'être révoltant. Je trouve ces femmes admirables dans leur courage et leur ténacité même si... Quelque part, l'auteur leur rend aussi un bel hommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que je n'arrive pas à situer ma lecture: j'ai du mal à être admirative, j'ai envie qu'elles se bougent un peu, ces dames!

      Supprimer
  7. Le film tiré du livre ne m(attire pas du tout, mais alors pas du tout. Et j'ai vu aujourd'hui une critique dans Télérama qui confirme exactement mes craintes (bien que des fois Télérama, hein, voilà quoi...). Le livre ne me dit pas plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, Telerama n'est pas le seul magazine à ne pas avoir aimé.

      Supprimer

Par le vent pleuré de Ron Rash

Eugène vit dans une petite ville de Floride. Son grand-père y fut le médecin incontournable de toute la ville. Lui cuve désormais sa pein...