mardi 8 mai 2018

L'Amant de Marguerite Duras


Je continue mon exploration de Duras avec son titre le plus connu sans doute, surtout après l'adaptation de Jean-Jacques Annaud. Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire et à mes souvenirs peut-être erronées  du film, ce roman ne se centre pas uniquement sur la relation qui a lié la narratrice (et l'auteure me semble-t'il) à un jeune chinois de vingt-sept issu d'une famille fortunée alors qu'elle-même n'en avait que quinze. C'est ça, bien sûr mais aussi, et de plus en plus au fur que le roman avance, c'est sur sa famille qu'elle écrit, cette mère qui ne s'est pas remise d'avoir acheté une concession qui ne rapporte pas et qui mise sur sa fille pour qu'elle passe l'agrégation de mathématiques et ses deux frères, le "bon" et le "méchant", car il n'y a pas de nuances de gris dans la description de ces deux-là. On retrouve dans L'Amant de nombreux thèmes, personnages, intrigues d' Un Barrage contre le Pacifique mais en plus épuré et en plus construit, même si on passe souvent d'une idée à une autre, sans lien apparent. Mais ça, quand c'est bien fait et c'est le cas, c'est un aspect que je peux aimer dans la littérature. C'est donc un roman que j'ai aimé, moins sensuel et surtout moins polémique que ce à quoi je m'attendais, sans doute parce que l'histoire est racontée par la narratrice adulte qui n'est pas traumatisée par cette expérience mais au contraire, se réjouit d'avoir été initiée par un connaisseur du corps et du plaisir féminins. Et puis, il était temps, même si d'autres auteurs l'avaient probablement fait avant elle, qu'on lève le tabou sur la différence de l'âge à laquelle survient la maturité sexuelle pour les jeunes filles.
J'ai maintenant envie de revoir le film car le souvenir que j'en ai est bien différent du roman, ce qui explique peut-être pourquoi Duras le rejeta. 

Publié en 1984 aux Editions de Minuit. 140 pages. 

A conseiller aux amateurs de familles compliquées.
Merci à mon CDI. 

28 commentaires:

  1. Dans mon souvenir, l'adaptation n'est pas très fidèle au roman. J'ai lu la version "simple" il y a longtemps. Il me semble qu'elle a sorti après une version étoffée, plus proche de la vérité (enfin celle qu'elle voulait bien livrer).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si la seconde version est plus étoffée, c'est surtout un livre de révolte contre l'adaptation.

      Supprimer
  2. Sans originalité, le premier roman lu de M.Duras, j'avais été subjuguée par l'écriture. Je comprends que tu veuilles revoir le film. Il m'a laissé peu de souvenirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans grande originalité peut-être mais à mon avis, c'est une bonne porte d'entrée.

      Supprimer
  3. J'ai vu le film il y a longtemps mais je ne pense pas avoir lu le livre.
    J'ai souvenir d'un film assez torride.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi et donc, je ne sais pas si mon souvenir est inexact ou si je ne me souviens que d'une scène qui aurait pris le pas sur tout le reste.

      Supprimer
  4. Jamais vu le film, jamais lu le livre. Peut-être un de ces classiques que je me caserai comme je le fais régulièrement chaque année. Ton billet me motive bien en tout cas.

    RépondreSupprimer
  5. Et moi je n'ai toujours pas lu Duras... Mais si je devais m'y mettre un jour ce serait avec ce titre plutôt qu'avec le barrage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon préféré reste Le Ravissement de Lol V. Stein mais il est très particulier, je ne suis pas sûre qu'il te plairait. Il faut que tu la lises au moins une fois, quand-même, Jérôme. Lis La Douleur.

      Supprimer
  6. ça fait longtemps mais je me souviens avoir adoré film et livre!

    RépondreSupprimer
  7. Lu il y a si longtemps que je n'en garde plus beaucoup de souvenirs contrairement au film...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, le film serait donc plus marquant.

      Supprimer
  8. Sur ma liste depuis trop longtemps; il faut que je l'emprunte en biblio, merci de me le rappeler.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai lu et aimé ce livre ( probablement le seul de Duras !). Je l'avais trouvé au contraire très déconstruit... Avec une écriture qui se répétait et des phrases déconstruites mais je l'ai lu il y a un moment. En revanche, je me rappelle vaguement du film... Mais autant je pourrais me replonger dans le livre, autant un revisionnage ne me tente pas trop...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est une déconstruction travaillée.

      Supprimer
  10. PS : J'ai beaucoup aimé un barrage contre le Pacifique, mais je le trouve très classique en comparaison, justement avec l'amant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement, et bien moins maîtrisé.

      Supprimer
  11. Lu il y a un moment (très loin le moment ;0) et tu me donnes bien envie de le relire, la petite musique de Duras je l'aime :0) J'ai vu le film aussi et j'ai aimé. C'est délicat cette histoire de maturité sexuelle des jeunes filles (ou garçons) le consentement peut être parfois obligé (comme Annie Ernaux le raconte très bien dans Jeune fille). Une protection me semble indispensable. Mais bien sûr Duras semble tout à fait dans une autre optique (heureusement, ça arrive ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, tu as raison, il faut fixer une limite mais il faut aussi arrêter de faire l'autruche, notamment quand on est mère d'une fille. Oui, à 15 ans, certaines jeunes filles ont des envies sexuelles, certaines d'entre elles passeront à l'acte qu'on le veuille ou non et le nier, c'est s'exposer à des conséquences.

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord sur ce point évidemment, s'ils ont le même âge ça ne pose aucun problème, c'est même une situation tout à fait normale, mais ce qui me pose problème c'est quand ce sont des personnes bien plus âgés qui pourraient profiter de leur influence (comme on le voit par exemple d'un producteur avec une jeune actrice, ou d'autres situations, je parlais plutôt de ce genre de choses).

      Supprimer
  12. Bonsoir Valérie, lu le livre quand il est sorti, je l'ai même eu dans un exercice de traduction français-anglais à la Sorbonne l'année d'après (c'est difficile à traduire en anglais). Quant au film, il est nettement plus mièvre que le livre et l'image avait un côté "David Hamilton"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes que ça doit être difficile !

      Supprimer
  13. J'avais préféré Un barrage contre le Pacifique. L'amant m'a moins parlé, malgré quelques belles pages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de voir les différences de ressentis.

      Supprimer
  14. Cela fait un an que je me dis qu'il faut que je découvre cet auteur. Je la confonds toujours avec Yourcenar, vu que je ne connais ni l'une ni l'autre et je n'ai jamais vu la moindre adaptation de ses romans.

    RépondreSupprimer

Vacances !

Mon blog n'a pas pris de vacances depuis son ouverture. Alors que je rentre tout juste et que j'ai encore un peu la tête en Asie, c...