dimanche 13 mai 2018

Quelques jours (fériés) à Lille

J'ai une tendance naturelle à aller vers le sud. Quand je choisis de me diriger vers le nord, à part vers  le Royaume-Uni, c'est souvent que l'idée ne vient pas de moi. Il est plus que probable que mes pas me conduiront régulièrement à Lille dans les années à venir et je suis bien contente d'avoir enfin pris le temps de découvrir la ville, après l'avoir traversée en coup de vent l'an dernier. Voici en quelques photos mes coups de cœur, mais aussi ces traditions lilloises qui ne sont pas pour moi : 
Statue de la paix de Nicolas Alquin, cathédrale Notre Dame de Treille, inaugurée le 20 avril 2018

le parc de la citadelle

le beffroi qui fut notre repère

les merveilleux de Fred, une institution bien trop crémeuse pour moi

le Welsh, bien trop lourd pour moi (mais pas pour tout le monde)

l'expo Séries TV au musée des Beaux-Arts reliant des extraits de série et des oeuvres (ici Twin Peaks et une copie anonyme de la Vénus de Milo)

L'amour piqué de Jean-Antoine-Marie Idrac (1876) : le pauvre Cupidon se fait piquer par une abeille tandis que son autre pied repose sur une rose

Lost in meditation de George Lacombe (1896) fut l'occasion d'expliquer à ma fille qui est Marie-Madeleine dans la religion catholique. 

Merci à celui qui, ayant décidé de passer quelques années dans cette ville qui lui plait beaucoup, m'a incitée à la découvrir.
A conseiller aux amateurs de villes vivantes. On notera tout de même qu'on est très souvent abordé pour diverses raisons (il m'a semblé que c'était bien plus fréquent que dans les villes que je connais).


26 commentaires:

  1. Contente que cela t'ait plu ! mais ta dernière remarque me surprend. Abordée par qui, pourquoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas abordée comme quand on se promène en robe à Paris, sur les quais de Seine ;-).
      Rue Béthune, il y a tout le temps des étudiants travaillant pour tel ou tel organisme (si bien que dès qu'on arrivait, ma fille me disait: "Regarde par terre". Dans la rue à côté, ce sont les mendiants de souche française je suppose. Devant la gare,à la nuit tombée, c'est le pire, on se fait accoster sans trop savoir pourquoi (et là, on touche le fond de la misère sociale, c'est flagrant, j'ai rarement vu ça de manière si concentrée et ce n'est pas une misère issue de l'immigration). Plus en périphérie, ce sont les syriens (leurs panneaux le stipulent).

      Supprimer
  2. Je ne connais pas du tout Lille non plus. Ce n'est pas une ville sans laquelle on va par hasard quand on est breton. Mais qui sait ? Peut être aurai-je un jour l'occasion d'y aller également ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on est normand non plus tu sais. Disons surtout que ce n'est pas une ville que l'on traverse souvent.

      Supprimer
  3. Je n'ai pas tendance à aller vers le nord non plus, ce qui fait que je ne connais pas Lille. Je me dis qu'un jour il faudrait que je fasse une vraie virée pour visiter la Piscine de Roubaix, le Louvre de Lens etc .. etc ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La piscine est fermée pour quelques temps. Ce sera pour une prochaine fois, pour moi. Il y a aussi un musée d'art contemporain à Villeneuve d'Asq (avec en ce moment une expo Giacometti que j'aurais adoré voir mais il a fallu faire des choix).

      Supprimer
  4. Oh my God ! Ce welsh, qu'est-ce que c'est...bizarre !!...

    RépondreSupprimer
  5. comme la plupart, je vais vers le sud (sauf cette année ! Amsterdam...), et je ne connais pas Lille. Tu donnes envie!

    RépondreSupprimer
  6. C'est quoi ce Welsh...une omelette de fromage ??
    Je vais bientôt goûter une tarte au Maroilles...je ne connais pas cette Ville. Visiblement, beaucoup de peintures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas fan de la tarte au Maroilles mais j'aime bien le Maroilles sur du pain.
      Le Welsh, c'est un peu le plat du pauvre du Nord, je suppose, du pain, un oeuf et plein de cheddar.

      Supprimer
  7. A une époque je rêvais d'aller à Lille pour la braderie. Depuis, j'ai arrêté de chiner car je ne veux pas que ma maison soit envahie par des objets et meubles en tous genres. De toute façon, aujourd'hui, j'ai l'impression que c'est le bout du monde depuis chez moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain que c'est un peu loin pour chiner, pour toi !
      C'est marrant, moi elle ne me tente pas du tout, cette braderie !

      Supprimer
  8. Encore une belle ballade que tu partages avec nous, merci à toi ^_~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais de rien. C'est parce que c'est aussi ce que j'aime lire sur les blogs.

      Supprimer
  9. La ville de mes débuts en plein de chose, celles de ma jeunesse, de mes tâtonnements et de mes incertitudes, celle aussi des amitiés fortes... 10 ans cette année que je l'ai quittée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que tu venais de Lille ! C'était un choix de ne pas y rester ou tu n'as pas trouvé de postes ?

      Supprimer
  10. D'excellents souvenirs de Lille, merci de les raviver ( avec tout pareil que toi pour les experiences culinaires ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'avait pourtant tellement vanté ce Merveilleux. Pour le Welsh, j'ai eu un gros doute dès le départ. ;-)

      Supprimer
  11. Bonjour Valérie, j'y ai passé une journée en tout et pour tout, il y a quelques années. Il faisait un froid de canard. J'ai un peu marché mais rien visité. Il faudrait que j'y retourne. J'avais noté que le centre ville n'était pas grand. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, le centre n'est pas très grand, mais il y a de nombreux quartiers très divers autour.

      Supprimer
  12. Hélas, pendant les 7 ans que j'ai vécu dans le Nord, je n'ai jamais pris le temps d'aller voir cette ville, pourtant, elle m'a été recommandée plusieurs fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'elle a beaucoup évolué ces dernières années.

      Supprimer
  13. J'adore le Welsch (qui me manque terriblement),j'adore le Merveilleux (qui me manque terriblement) et tu n'as pas goûté à la carbonade (qui me manque beaucoup aussi). Il y a plein de choses que j'ai aimées dans le Nord et qui m'ont rendu solaire (c'est ce qu'on dit de moi dans mon nouveau milieu professionnel) : l'humanité du Nord, la facilité à nouer les contacts, à parler de soi -très utile pour tout boulot de communication- avec certes la souffrance visible mais qui fait qu'en la côtoyant, tu ne l'oublies pas ! Là où je vis, elle est feutrée, excentrée et du coup, elle marque moins les gens... qui sont plus distants et moins sensibles aux autres. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum hum, oui, je vois que ne nord t'a totalement atteinte ;-).
      Je comprends ce que tu dis et je pense que je vais m'attacher à ce Nord, pas si éloigné d'ailleurs de ma région natale, à laquelle il est désormais rattaché.

      Supprimer

Oui, oui, oui !

C'est mon chouchou (le livre ou l'auteur, je ne sais pas dire) et il vient de remporter le Goncourt 2018. Un grand bravo à Nicolas ...