jeudi 31 mai 2018

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Deux personnes de générations différentes se rendent à Skylark, une ferme isolée des Cornouailles au même moment. Elles n'ont à priori rien en commun mais toutes deux ressentent ce besoin de revenir sur un lieu chargé de lourds souvenirs. Lucy, la trentaine (ou c'est ainsi que je l'ai perçue) a découvert l'aventure de son mari avec une autre femme. D'autre part, elle ne se remet pas d'avoir failli faire une faute professionnelle en tant qu'infirmière, faute qui aurait pu coûter la vie à un enfant. Alice est octogénaire et elle revient pour réparer une erreur commise dans son passé. 

Voilà encore un roman qui n'aurait eu aucune chance de trouver grâce à mes yeux en version papier, trop romantique pour moi. Ce qui ne signifie par que c'est un roman "feel good", bien au contraire puisqu'il décrit des vies pas forcément ratées mais pleines de regrets. C'est sans doute ce qui relie les deux histoires, outre le lien qu'on découvre ensuite, l'une a des regrets, même si elle ne pouvait pas réellement faire grand chose pour changer le cours des choses, l'autre est sur le point de prendre une décision qui pourrait lui donner des regrets éternels ou au contraire, la libérer. Ce n'est pas ce que j'ai préféré dans cette histoire. Ce qui m'a plu, c'est la description de la vie dans une ferme anglaise à différentes époques : pendant la seconde guerre mondiale, pendant la fièvre aphteuse et maintenant, cette éternelle question de survie. A ne pas mettre entre toutes les mains, et je suis certaine de ne pas lire cette auteure en version papier un jour mais si vous aimez les histoires d'amour sur fond de campagne anglaise, c'est peut-être un livre pour vous. Ce roman a agrémenté mes moments de peinture du plafond de ma cuisine, si vous voulez tout savoir. J'ai aimé la lecture qu'en fait Julie Pouillon. 

Date de parution : 
18 Avril 2018
- Éditeur d’origine : 
Préludes- Durée : 12h40

A conseiller aux amateurs d'amours contrariés. 
Merci au Prix Audiolib. Sylire est aussi mitigée. 

   


23 commentaires:

  1. Je n'ai pas été gênée par le côté romantique (en fait, je n'ai pas trouvé ce roman vraiment romantique ;-) ) mai spar contre comme toi, j'ai aimé la campagne anglaise et puis j'aime beaucoup les romans qui mettent en parallèle des périodes historiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à moi aussi, le mélange des périodes m'a plu.

      Supprimer
  2. Je dois repeindre le plafond de la cuisine qui a tendance à noircir. Je note ce livre audio, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée ! Moi j'attends mon prochain livre audio pour reprendre les travaux.

      Supprimer
  3. En accompagnement d'une corvée de peinture c'est bien non ? Et moi je ne dis pas non à une lecture romantique de temps en temps. Je dis toujours à chaque lecture son usage, il y a de tout pour faire son bonheur, des lectures réllexions, et d'autres juste pour le bonheur. Peut-être celui ci se situe un peu au milieu :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, c'est quand-même une lecture un peu éloignée de ma vision du bonheur mais je suis d'accord, il faut varier les plaisirs.

      Supprimer
  4. Le commentaire précédent est de l'Or rouge
    https://lorouge.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien de le préciser, je me demandais qui était cet inconnu ;-).

      Supprimer
    2. Mon fils ainé, à qui j'emprunte l'ordinateur de temps en temps ;0) un beau garçon qui est désormais bien plus grand que moi et aussi costaud que son père mais je blablate ;0)

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Oui, il est loin d'être indispensable.

      Supprimer
  6. Pas pour moi je suppose. Ou alors je suis un amateur d'amours contrariés qui s'ignore^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non par pour toi, je crois. Mais qui sait, tu lis bien quelques polars maintenant, tu vas peut-être te mettre à la lecture romantique.

      Supprimer
  7. J'ai trouvé la lecture agréable (en version papier). Mais cela manque un peu de profondeur toutefois. Une bonne lecture pour les vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En version papier, même en vacances, ça ne l'aurait pas fait pour moi. Il fallait que je sois occupée en parallèle.

      Supprimer
  8. J'ai un peu peur d'avoir le même avis que toi sur la version papier. Je sors d'un roman du même éditeur et je vois ce que tu veux dire, pas "feel good" mais presque, romanesque. Et après il a manqué comme un peu de poil à gratter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et c'est étonnant parce que ce n'est pas tout rose mais tu as raison, c'est exactement ça, ça ne gratte pas assez.

      Supprimer
  9. Oui, moi j'adore ce genre de choses et puis la Cornouailles...je rêve d'y retourner...allez zou avant mes 50 ans !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le sentais bien pour toi, grand dur (ça c'est à cause de la musique que tu écoutes) au cœur tendre.

      Supprimer
  10. "trop romantique" même sous version audio pas tentée !

    RépondreSupprimer
  11. et hop, une petite réflexion sur le livre audio...

    https://www.actualitte.com/article/edito/ecouter-ou-lire-un-livre-demain-tous-illettres/89174?origin=newsletter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est effarant cet article ! Quel est l'idiot qui l'a pondu ? D'abord, Audible n'est pas récent, il y a des années que je l'utilise même si maintenant, j'écoute davantage en format CD (moi je fonctionne en marche arrière) : là on a l'impression qu'on découvre Audible. Ensuite, on peut très bien aimer lire une histoire à son enfant et aussi aimer qu'un professionnel le lise pour vous. Comme on peut aimer lire et écouter, c'est tout à fait différent. Autre argument idiot (mais je pourrais développer sur la débilité de cet article), au lieu d'imaginer que l'écoute d'un livre va aggraver l’illettrisme, on peut peut-être justement penser à ceux qui ne lisent pas de manière fluide et sont bien contents que d'autres le fassent pour eux.

      Supprimer

Vacances !

Mon blog n'a pas pris de vacances depuis son ouverture. Alors que je rentre tout juste et que j'ai encore un peu la tête en Asie, c...