mardi 28 février 2017

Chez nous de Lucas Belvaux

Pauline est infirmière à domicile à Henard, dans le nord de la France. Séparée de son mari qui ne s'occupe guère des enfants, elle porte tout à bout de bras, y compris son père communiste qui souffre d'hypertension et refuse de manger sainement. Deux événements importants viennent bousculer sa vie au même moment: elle retrouve son amour de jeunesse et le médecin de famille lui propose de se présenter en tête de liste des municipales. Oui mais, ce sera pour le parti du Rassemblement Populaire. Quant à son petit ami, elle ne sait pas (contrairement au spectateur), qu'il est très proche d'un mouvement néo-nazi.
Le problème de ce type de films, c'est que ceux qui vont le voir ont peu de risques d'être séduits un jour par le FN mais il me semble qu'y aller avec des ados peut avoir un impact. Il n'est pas manichéen; Pauline, la candidate du Rassemblement Populaire ne suscite que notre sympathie. On sent qu'elle est manipulée mais on comprend aussi comment elle se fait avoir. Son groupe d'amis est lui franchement antipathique et la conversation autour d'un barbecue qui vire au racisme primaire est malheureusement très réaliste. Même Stanko, qu'on voit pourtant dans une scène de ratonnade inoubliable, peut être adorable, notamment avec les enfants, même si sa vision d'un après-midi de détente avec un enfant n'est pas du tout conforme à la mienne. Le film montre bien que le FN manipule aussi les candidats qu'il présente dans les petites villes et surtout, il dénonce les liens du parti avec les groupuscules extrémistes. 
On en sort groggy, même si on sourit parfois et qu'on apprécie les clins d'oeil (à Patrick Cohen notamment). Mais en cette période pré-électorale, on a bien du mal à sourire. J'ai aimé la scène finale qui montre que d'autres formes de communion existent, dans le sport notamment. Les acteurs sont excellents, notamment André Dussolier qui décidément vieillit très bien et Guillaume Gouix que j'avais découvert dans la série Les Revenants. C'est aussi un coup de cœur pour Canel. Mon seul bémol est pour Catherine Jacob mais c'est une actrice qui ne m'a jamais convaincue. 

Sortie: 22 février 2017


Merci à B, P, H, N et F pour ces discussions démoralisantes mais enrichissantes sur le meilleur candidat pour battre le FN (ça fait tellement du bien de voir qu'on peut encore ne pas être en accord sur un candidat et écouter avec intérêt les arguments des unes et des autres).
A conseiller à tous; malheureusement, les spectateurs présents sont déjà des convaincus. 

                                                               
  

20 commentaires:

  1. Je ne vois pas très bien non plus Catherine Jacob dans le rôle titre. Je vais aller le voir, mais je pense comme toi que ce sont les convaincus qui y vont pour trouver confirmation de ce qu'ils savent déjà. J'ai entendu l'autre jour Philippe Pujol parler de son livre "mon cousin le fasciste". Sur la stratégie des groupes les plus extrémistes, ça fait très peur.

    RépondreSupprimer
  2. Ils en parlaient à la radio, hé oui, ce sont les convaincus qui vont y aller;. Mais bonne idée d'emmener les ados .
    Sinon, hélas, on a déjà pas mal de FN-erie tout autour, là en ce moment...Mon coin est super atteint, je le sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on entend l'accueil qui a été fait à Marine Le Pen au Salon de l'agriculture, on peut s'inquiéter.

      Supprimer
  3. J'ai envie de le voir même si je pense comme toi, ce sont les convaincus qui iront le visionner. Et comme tu le dis, amener des ados peut être porteur. Un débat, des discussions, peuvent être amenés, et ça, c'est positif!
    En Belgique, nous avons un parti d'extrême droite mais il est en Flandre. En Wallonie, ils sont très minimes. Et je déchante chaque fois que je regarde les élections en France...
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout débat avec les ados est positif mais il faut d'y prendre tôt.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup Belvaux : c'est un réalisateur engagé et intelligent qui joue avec les mots et construit très bien ses films. En découvrant la bande-annonce, on s'était dit avec mon A qu'on irait voir ce film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le cinéma engagé m'attire de plus en plus.

      Supprimer
  5. Oui, très vrai hélas que ce genre de films est vu par des convaincus. Je ne pense pas que Marine soit manipulée et je ne peux pas la trouver sympathique, comme l'héroïne de ce film. Le meilleur candidat pour battre le FN, à terme, j'ai bien peur que ce soit la candidate du FN...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauline, la candidate manipulée, n'est pas l'avatar de Marine Le Pen qui elle manipule tout son petit monde dans le film (c'est C.Jacob qui la joue).

      Supprimer
    2. ok, je n'avais pas compris !

      Supprimer
  6. Comme je le disais chez Canel, j'ai beaucoup apprécié le film. Je trouve en effet que les personnages ont bien su jouer leur rôle et j'ai trouvé Guillaume Gouix dérangeant parce que sympathique ... Dur de trouver un néo-nazi sympathique! J'aime bien cet acteur. Par contre comme je le disais je trouve que le film ne va pas assez loin dans la réflexion contre l'extrémisme de droite. Je ne crois pas que ce soit dissuasif de voter FN et de toute façon comme tu le dis les spectateurs potentiels ne sont sans doute pas des électeurs du FN. Mais concrètement, ce que le film montre c'est que le FN flirte avec les néo-nazis, mais que c'est du passé.La preuve en est, Gouix est ses amis sont des dissidents et Dussolier les condamne, même s'il a été un jour avec eux. Ca laisse entendre que, si par le passé le FN a pu être un parti aux tendances fascistes, ce n'est plus le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi parce que ça montre aussi que les méthodes du FN restent extrêmes. Celles qui sont employées pour dissuader Stanko de continuer son histoire d'amour avec Pauline ne sont tout de même pas très légales.
      Et puis, justement, je trouve que ce n'est pas si net, cette séparation présent /passé même si c'est ce que prétend le FN: les néo-nazis continuent leurs ratonnades qui furent financées par le FN, donc il existe bel et bien des répercussions dans le présent. C'est la force de ce film, je trouve, de laisser planer des doutes qui sont de la bonne matière à discussion.

      Supprimer
    2. Oui c'est une bonne chose en tout cas qu'il fasse discuter!

      Supprimer
  7. Oui, on a encore une marge de manoeuvre sur les jeunes, ou ceux qui hésitent en se disant : 'Bah, elle ou une autre, tous pourris de toute façon'.
    Car elle prétend mettre fin aux abus, alors que (cf. article du CE).....
    Le (non-)rebondissement de ce midi, dans la campagne, me rend dingue...
    Un film très fort, auquel je repense beaucoup. Ma dernière réflexion, ce midi : que va devenir la famille de N., notamment le fils ? Va-t-il écouter papa ? maman ? Atroce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y repense aussi beaucoup, il alimente le débat (la preuve, nos discussions en off et ici ou là).
      Oui, cet article du CE que tu m'as envoyé est incroyable car il montre que le FN joue dans la même cour que les autres en ce qui concerne les privilèges donnés aux proches.
      J'étais devant ma radio ce midi, après qu'on m'ait dit que Fillon allait annoncer sa démission (bon, c'est un anglais qui avait fait cette déduction rapide, trop de naïveté britannique peut-être). Je crois que j'ai dit, tout haut, toute seule dans ma voiture: "Non, il ne peut pas oser ça, quand-même!".

      Supprimer
  8. J'ai bien envie de voir ce film, même si en effet je suis déjà convaincue avant de l'avoir vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, mais il ne faut pas que ça empêche de le voir, tu as raison.

      Supprimer
  9. Dans la bande-annonce du film, j'ai vu la scène du barbecue. Et j'ai pensé que les gens ne se gênaient plus pour parler comme ça, puisque l'actualité leur "donne raison". Il y a quelques années, ce n'était pas aussi évident. Deux copines blanches ont découvert que leur petit ami était raciste quand elles ont voulu me les présenter. Je pense qu'elles ont pris une claque ce jour-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Tu m'étonnes, quelle claque! Et se pose alors la question de "que sait-on vraiment de ceux qui nous entourent?".

      Supprimer

"Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson

" Mais surtout, nous ne retrouverons pas ce qui nous a poussés l'un vers l'autre, un jour. Cette urgence très pure. Ce moment ...