jeudi 2 février 2017

Dans l'ombre d'Arnaldur Indridason

C'est l'été 1941 à Reykjavik. Un représentant de commerce est retrouvé assassiné dans un appartement On se rend très vite compte que le mort n'est pas le propriétaire de l'appartement. Il faut donc partir à la recherche de l'identité de cet homme. Deux très jeunes enquêteurs sont chargés de l'enquête: Flovent pour le police criminelle d'Islande qui a fait son stage à Scotland Yard et Thorson qui fait partie de ces islandais nés au Canada et qui travaille pour les militaires américains. Ce dernier est mis sur l'enquête car l'arme du crime est américaine.

Cela fait maintenant quelques années qu'Indridason écrit sur la période qui entoure le seconde guerre mondiale et sur "l'occupation" américaine de l'Islande, ce qu'on appelle la "Situation", en se concentrant cette fois sur les conséquences de l'arrivée des soldats étrangers sur les jeunes islandaises qui, pour certaines, rêvent alors de partir ou juste d'une vie meilleure. Indridason en profite aussi pour aborder le terme de l'idéologie nazie sur le territoire islandais et de l'espionnage. D'un point de vue historique, c'est instructif. J'avoue que depuis Etranges Rivages, je ne retrouve pas la poésie qui faisait pour moi de cet auteur de polars un auteur bien à part. Certains titres m'ont intéressée, d'autres vraiment déçue. Je pense qu'il est temps pour moi d'arrêter de persister. Dommage car Dans l'ombre est le premier tome d'une trilogie (mais ce livre peut parfaitement se livre indépendamment des autres puisque l'enquête se conclut). 

Publié le 2 février 2017 chez Métailié- 352 pages. Traduction d'Eric Boury.

A conseiller aux amateurs de polars historiques.
Merci à Métailié. 


27 commentaires:

  1. Eh ben, je suis déçue et pas tentée. Moi, c'est Erlendur que j'aime!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si ce n'est pas un peu toutes notre cas, même si j'avais beaucoup aimé Le Duel.

      Supprimer
  2. j'ai la même impression que toi, depuis Étranges Rivages je suis toujours un peu mitigée...
    je vais lire celui-ci par curiosité, surtout si tu dis que l'enquête se conclut dans le tome 1 (pas forcément envie d'attendre x mois pour connaître le fin mot de l'histoire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça c'est une bonne idée, de faire un tome qui se suffit à lui-même.

      Supprimer
  3. Je n'ai toujours pas lu cet auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu choisis de le faire, nous serions plusieurs à te conseiller les anciens Erlendur.

      Supprimer
  4. Je préfère ses premiers romans, également. Il y a longtemps que je n'ai pas lu un de ses derniers livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange cette différence de style entre les Erlendur et les autres.

      Supprimer
  5. Ah dommage ! De toute façon, j'ai l'intention de le lire, on verra si j'ai la même impression que toi.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai lu Opération napoléon, intéressant au point de vue historique sur l'occupation américaine mais comme toi mes préférés sont ceux du début et comme Marie Claude,c'est Erlendur que j'aime !

    RépondreSupprimer
  7. Je garde de très bons souvenirs de mes premières lectures d'Indridason : La cité des jarres, la voix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et à mon avis, Etranges Rivages, le dernier,chronologiquement, de la série des Erlendur, est un cran au dessus.

      Supprimer
  8. N'étant pas amateur de polars historiques (c'est rien de le dire !), je vais passer mon chemin.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai déjà quasiment tout à découvrir sur Erlendur et ça en fait quelques-uns, il y a donc un bout de temps d'ici que j'arrive à celui-ci ;)

    RépondreSupprimer
  10. Même sans Erlendur, je vais tenter ce premier tome, en espérant de retrouver un peu quand même de la magie Indridason

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intrigue tient la route donc il peut parfaitement te plaire.

      Supprimer
  11. j'ai lu une ou deux romans de cet auteur puis j'ai découvert Mankell à qui on compare souvent Indridason, et là, ce fut le coup de foudre total !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que moi, Mankell ne me séduisait qu'avec ses romans qui n'étaient pas des polars.

      Supprimer
  12. J'aime trop Erlendur, je n'arriverai pas à lire un roman sans lui !! :))

    RépondreSupprimer
  13. Je me souviens avoir passé un excellent moment de lecture en compagnie de "Betty" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Betty est une vraie performance d'écrivain et de traducteur. J'avais d'ailleurs eu un échange passionnant avec le traducteur de ce roman, Patrick Guelpa.

      Supprimer
  14. Je n'affectionne pas énormément les polars à caractère historique, mais par contre je suis tombée en amour avec l'Islande en mai dernier. C'est un auteur que je veux absolument découvrir, avec ce titre ou un autre..

    RépondreSupprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...