mardi 14 février 2017

Loving de Jeff Nichols

Demain sortira sur les écrans ce film qui retrace le parcours des Loving, couple mixte dans l'Amérique des années 60 qui fut à l'origine de la bataille juridique Loving vs Virginie à la Cour Suprême. Pour illustrer l'amour en ce jour de Saint-Valentin, ce film est parfait. Richard Loving vit dans un quartier où blancs et noirs se mélangent. Ses amis sont noirs, tout comme la femme qu'il aime. Lorsqu'elle tombe enceinte, rien n'est plus naturel pour lui que de l'épouser et de construire une maison dans laquelle vivre à deux. Ils se marient donc à Washington. Une nuit, la police les réveille et les emmène en prison. On leur laisse le choix entre passer un an en prison ou quitter l'état. Ils partent. Mais Mildred a le mal de sa famille et du pays et lorsque l'un de ses fils se fait renverser par une voiture, elle décide de retourner vivre cachée près des siens. Entre temps, elle est entrée en contact avec l'ACLU qui lutte pour les droits civiques et qui va sentir que cette affaire pourrait faire jurisprudence. Tout va donc être tenté pour cette affaire aille jusqu'à la Cour Suprême. 
J'avais peur que ce film ne joue la corde du mélo, ce qui m'aurait été insupportable. Ce n'est pas du tout le cas. Jeff Nichols se centre sur les scènes du quotidien pour mieux nous faire ressentir la peur et l'amour. Et c'est justement parce qu'il n'y a pas de pathos que Richard Loving, superbement joué par Joel Edgerton est bouleversant et qu'on finit par verser sa larme. Face à son ami noir qui ne comprend pas comment il peut choisir délibérément de se mettre dans le pétrin réservé aux noirs de l'époque, on sent que Richard Loving n'a pas le choix: il aime cette femme plus que tout. Il n'a pas plus choisi cet amour que son ami n'a choisi sa couleur. Le film aurait sans doute gagné à être un peu plus court. Nous sommes allées voir ce film à huit, entre adultes et ados, et les avis sont partagés entre un immense enthousiasme et des réserves sur la lenteur, avec des ados et des adultes dans les deux camps.

Sortie le 15 février 2017. 2h 03.


Un grand merci à Mars Productions pour cette invitation spéciale enseignants. 
A conseiller à ceux qui pensent que l'amour vaut bien un combat.   

15 commentaires:

  1. Un excellent sujet pour le 14 février, un film qui me tente. Bonne journée, Valérie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut quand-même bien être conscient que c'est un film lent.

      Supprimer
  2. J'espère bien le voir, et pourquoi pas étudier un extrait avec mes 3e.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant je ne le ferais pas en intégralité avec une classe, autant certains extraits seraient facilement utilisables.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Et je pense que ce sera dans le même cinéma que celui où je suis allée. ;-)

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ce que fait Jeff Nichols Magnifiques Mud et Story Gun. Celui-là, j'ai bien l'intention d'aller le voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas peut-être trouvé ça un peu moins original au niveau du scénario.

      Supprimer
    2. Moi je me souviens surtout de Take Shelter qui m'avait déstabilisée.

      Supprimer
  5. Bonjour Valérie, je compte aller voir ce film ce week-end. Concernant la longueur, c'est un des défauts de films sortis récemment. La longueur idéale, c'est 1h30, 1h40. Après, on pourrait couper. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que rares sot les films qui dépassent 1h40 sans qu'on puisse couper.

      Supprimer
  6. Il y a également un documentaire HBO sur leur histoire : The Loving Story (https://www.youtube.com/watch?v=dgpc3zNEw8w).

    RépondreSupprimer
  7. Je suis très tentée mais je comprends qu'il faut que je m'arme de mouchoirs ... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un seul, ce film évite le pathos mais j'ai versé une petite larme quand-même.

      Supprimer

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Freddy Nadolny Poustochkine

Ma et Luo sont des adolescents pendant la Révolution culturelle chinoise. Ils sont envoyés dans la campagne pour les guérir de leur "...