mardi 7 février 2017

Lalaland de Damien Chazelle

Mia est serveuse dans un café du type Starbucks. Sebastian travaille comme pianiste là où on veut bien de lui, c'est à dire là où on tolère encore son refus de jouer ce qu'on lui demande de jouer. Tous les deux ont un rêve bien précis: pour elle, être reconnue dans le milieu du cinéma ou du théâtre, pour lui, ouvrir un club de jazz dans un endroit où actuellement, on vend des tapas et danse la samba. Le destin les fait se croiser plusieurs fois avant qu'enfin ne démarre leur histoire d'amour. 

A moins de débarquer de la planète Mars, vous avez forcément entendu parler de ce film et forcément, ce fut en des termes dithyrambiques. Je vais, comme Dasola, faire la fine bouche parce que ce réalisateur nous avait habitué à bien mieux avec Whiplash (croiser J.K Simmons fait d'ailleurs partie des plaisirs de ce film). Alors, oui, la première scène annonce le meilleur, sauf que justement, c'est le meilleur. Ce film n'a pour moi de comédie musicale que le nom: où sont les danses qui nous emportent, les chorégraphies de groupe à couper le souffle, les chansons qui nous hantent? Et je dirais même: où est l'originalité du scénario? Car je veux bien que Les Parapluies de Cherbourg serve de modèle à ce film et que nous soyons donc loin des comédies musicales pétulantes américaines mais le scénario ne sauve même pas le reste. Heureusement, les acteurs sont bons; je me suis réconciliée avec Ryan Gosling que je trouve souvent fade et comme toujours, j'ai trouvé Emma Stone belle comme un cœur et juste. Je ne peux pas dire que j'ai passé un mauvais moment mais je me suis ennuyée après la première moitié du film pour ne retrouver un regain d'intérêt que dans la scène finale. Malgré tout, je garderai un souvenir positif de ce film car, malgré l'extrême mélancolie qui y règne, ce film remonte étrangement le moral. 

Sorti le 25 janvier 2017. 2h 08 mn. 

Merci à la partenaire de mes séances de cinéma du dimanche, pas plus enthousiaste que moi.
A conseiller aux romantiques, peut-être. 





25 commentaires:

  1. Rien que le titre m'agace déjà, en plus du ramdam médiatique. Ton billet invite à danser ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant qu'on y danse finalement très peu.

      Supprimer
  2. Bon, je ne me précipiterai pas alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autres ont adoré, je ne suis peut-être pas bon juge.

      Supprimer
  3. Je fais de la résistance, je n'y suis pas allée. Et au vu de ton billet et de celui de Dasola, je ne vais pas changer d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je pensais que c'était le film idéal pour une séance ciné entre filles.

      Supprimer
  4. Géraldine (bon public d'ordinaire) n'a pas trop aimé non plus. Je vais rester sur mes vieilleries américaines qui vous boostent le moral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'a donné envie de revoir des comédies comme Chorus Line que j'avais vu ado au ciné.

      Supprimer
  5. Malheureusement, même moi qui suis romantique et très bon public, je me suis ennuyée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous sommes assez nombreux. Dans la salle, on voyait les gens regarder l'heure.

      Supprimer
  6. J'ai trouvé l'histoire assez banale mais j'ai bien aimé le film que j'ai trouvé esthétiquement beau, de belles images, de belles couleurs, une bonne dose de mélancolie douce, de quoi remonter le moral après avoir vu Moonlight la veille. Et puis ma cause est toute acquises à Ryan Gosling.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange quand-même que ce film remonte le moral alors que la fin...

      Supprimer
  7. Etrange qu'il puisse à la fois être ennuyeux et remonter le moral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que je suis la seule à avoir perçu les deux. Ce qui me parait encore plus étrange, c'est d'associer la mélancolie et un sentiment de bien-être en sortant.

      Supprimer
  8. Ah... j'avais envie de le voir parce que... Emma Stone, quoi ;) Non ?!

    RépondreSupprimer
  9. On passe un bon moment, voilà, et même si pour le reste tu as raison je n'y ai pas forcément pensé en regardant le film... ;) J'ai l'impression qu'on se laisse entraîner malgré soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, mais l'entrain n'est pas trépidant. ;-)

      Supprimer
  10. Qu'est-ce qu'ils sont énervants les critiques avec leur "Le meilleur film de l'année", "magistral" et compagnie. Rien que ça, ça m'a donné envie de boycotter le film. Un peu de nuances que diable ! Mais je dois dire que la bande annonce m'avait déjà donné l'impression que c'était du feel good assumé, sympa sans forcément grandement plus, à part peut-être un peu de bonne musique. Du coup je ne me suis pas précipitée. Les films, c'est comme les livres, faut que je trouve le temps donc tri et sélection de rigueur.:-) J'avais beaucoup aimé Whiplash moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, les critiques en ont vraiment fait beaucoup trop (heureusement, ceux de l'émission La Dispute étaient bien plus modérés). Le problème des critiques dithyrambiques, c'est qu'elles génèrent de la déception là où il y en aurait sans doute bien moins.

      Supprimer
  11. Moi je l'ai bien aimé, beaucoup même, ne serait-ce que pour le côté musical, les décors et la touche vintage...
    Bon weekend toi Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas la seule. Parmi mes amis, il a ses fans.

      Supprimer
  12. J'ai bien aimé mais pourtant il m'a manqué un petit truc en plus pour être complètement emballé...

    RépondreSupprimer
  13. Les avis sont variés au sujet de ce film... je pense le voir tout de même - j'aime beaucoup Les demoiselles de Rochefort et Les parapluie de Cherbourg...

    RépondreSupprimer

L'art de perdre d'Alice Zeniter

Ce qui est écrit nous est étranger et le bonheur nous tombe dessus ou nous fuit sans que l'on sache comment ni pourquoi, on ne saura ...