mardi 1 novembre 2016

Louise Michel, la vierge rouge de Mary M Talbot et Bryan Talbot (BD)

Quand Charlotte Perkins Gilman arrive à Paris le 22 janvier 1905, il y a du monde dans les rues: on enterre Louise Michel. Entre cette américaine féministe et Monique, la française qui l'accueille en France, s'engage une suite de conversations dont Louise Michel est le sujet, offrant ainsi un aperçu de la vie de la révolutionnaire. D'elle, je connaissais bien sûr son action lors de la Commune de Paris mais rien d'autre. On découvre une vraie rebelle, de celles qui n'ont pas d'autres choix car telle est leur nature. mais je ne savais pas qu'elle avait été envoyée en Nouvelle-Calédonie où elle se passionna pour la vie des indigènes dont elle se sentit vite proche, ce qui évidemment ne fut pas bien vu. Cette BD est aussi l'occasion de réflexions autour des romans d'anticipation dont Charlotte Perkins Gilman et semble-t'il Louise Michel étaient friandes. C'est un beau portrait de femme forte et c'est très didactique. Si vous savez déjà tout de Louise Michel, ce n'est probablement pas pour vous mais si ce n'est pas le cas, vous prendrez  du plaisir à suivre le destin exceptionnel de cette femme. Le dessin classique m'a plu et j'ai aimé ces touches de rouge ici et là. 

Publié par La libraire Vuibert en septembre 2016. 145 p. 

Merci à la librairie Dialogues
A conseiller aux amateurs de femmes fortes. 


10 commentaires:

  1. Comme je crois que je ne sais pas grand chose de cette Grande femme, je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien , c'est une femme incontournable.

      Supprimer
  2. Comme Alex, comme je ne connais pas tout (et même pas grand chose), je note aussi

    RépondreSupprimer
  3. J'ai une admiration sans borne pour cette femme. Tu savais qu'elle avait été emprisonnée un an dans le donjon de Clermont (de l'Oise, hein^^) ?
    Elle y a d'ailleurs écrit ses mémoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le savais pas du tout (j'ai souris en lisant ton message car j'étais sur une aire d'autoroute en direction de Clermont- Ferrand. Tu sais que pendant mes jeunes années, j'ai cru que quand on parlait de Clermont à la radio/ télé, c'était celui dans l'Oise.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup Louise Michel mais c'est vrai que malgré une exposition que j'avais vu il y a un certain temps déjà, j'ai l'impression d'avoir tout oublié ou presque de sa vie. C'est toujours bon de réactiver ses connaissances et je te remercie de nous parler de ce livre. Une belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours bien de se rappeler des grands hommes et des grandes femmes.

      Supprimer
  5. je ne sais pas grand chose d'elle non plus, à part son implication dans la Commune et le fait qu'elle ait été déportée en Nouvelle-Calédonie...la bd évoque sa correspondance? Elle a échangé de nombreuses lettres avec Clémenceau et aussi Victor Hugo
    en tout cas cette bd m'intéresse beaucoup, je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment mais je pense que la BD est trop courte pour être exhaustive.

      Supprimer

Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Dumas

... leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'...