jeudi 17 novembre 2016

Le chagrin des vivants d'Anna Hope

Nous en sommes en 1920 en Angleterre, juste avant l'arrivée du Soldat inconnu et la cérémonie destinée à rendre hommage à tous les soldats morts au combat. Nous suivons le parcours de trois femmes: Evelyn qui a perdu son fiancé pendant la guerre et trouve désormais la vie injuste, Ada dont le fils n'est jamais revenu et qui le voit à tous les coins de rue et Hettie qui arrondit ses fins de mois en dansant avec d'anciens soldats estropiés qui ne peuvent plus danser qu'en payant leurs partenaires. 

On a beaucoup parlé de ce roman sur les blogs et un peu comme L'amie prodigieuse, je ne le sentais pas pour moi. Le Grand Prix des lectrices de Elle m'a un peu forcé la main et comme souvent, j'ai compris que mes réticences étaient fondées (c'est rassurant de voir qu'on se connaît un peu malgré tout). Je comprends qu'on aime ce roman, ces histoires de femmes sont à la fois très différentes et liées par le thème commun de l'après-guerre et deux d'entre elles m'ont touchée: Hettie et Ada. Mais j'ai trouvé l'écriture sans surprise et je me suis assez vite ennuyée. Pourtant, j'ai aimé le propos qui consiste partiellement à dire que nul ne peut juger ce qu'il n'a pas vécu. Ce qui est vraiment dommage c'est que j'ai trouvé les cinquante dernières pages très belles, émouvantes et intéressantes. Je salue le choix de la  couverture que je trouve très belle. 


Publié chez Gallimard en janvier 2016. 400 pages. Nicole, Cousines de lecture, Laura (qui participe aussi au prix Elle) ont beaucoup aimé. Marjorie, qui m'avait signalé son envie de lire ce roman avait aussi aimé. 

Merci malgré tout au Prix des Lectrices de Elle et au jury de novembre (vous verrez qu'aucun livre de cette sélection n'a trouvé grâce à mes yeux). 
A conseiller peut-être à celles qui aiment les histoires croisées de femmes (mais il me semble que je peux aimer ce style de roman). 

                                                          


20 commentaires:

  1. Je vais une fois de plus te faire confiance et passer mon tour.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'en ai pas entendu parler sur les blogs littéraires que je connais, j'en connais peu d'ailleurs...mais j'avais vu le livre en librairie, attiré également par la belle couverture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je l'ai peut-être vu sur peu de blogs en fait, mais des blogs chers et donc j'ai cru l'avoir vu bien plus souvent.

      Supprimer
  3. Je viens de finir l'amie prodigieuse, que j'ai beaucoup aimé (même si le style est un peu plat). Celui me plairait peut-être du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que oui. Pour moi, c'est le même genre de roman.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas l'impression de l'avoir beaucoup vu sur les blogs, ou alors je ne m'y suis pas arrêtée. Il ne m'attire pas particulièrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rêvé cette forte présence, visiblement.

      Supprimer
  5. C'est marrant, les commentaires, parce que moi, je l'avais vu et avais très envie de le lire. C'est chose faite depuis peu, mais écrirai-je un billet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon tu me rassures un peu, je ne perds pas la tête. ;-)

      Supprimer
  6. Moi je pense qu'il pourrait me plaire, à voir...

    RépondreSupprimer
  7. je ne connais pas et n'ai jamais lu cet auteur. Mais je vais passer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'essaie pas de te convaincre, d'autres le feraient bien mieux que moi.

      Supprimer
  8. J'aurais pu me laisser attirer par la très belle couverture, effectivement, et par le thème, les histoires croisées de femmes, j'aime bien. Mais, cela ne suffit pas visiblement, alors, je passe, sans regret !

    RépondreSupprimer
  9. Ouh il a l'air de trop brasser celui-ci, je passe, même si c'est toujours intéressant les livres qui interogent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est l'aspect que j'ai préféré.

      Supprimer
  10. Tiens c'est drôle c'est la première fois que je lis un billet sur ce livre. Les destins croisés de femmes ça peut me plaire mais vu tes réticences je ne sais pas si je le lirai, en tout cas je ne me précipiterai pas dessus.

    RépondreSupprimer

Par le vent pleuré de Ron Rash

Eugène vit dans une petite ville de Floride. Son grand-père y fut le médecin incontournable de toute la ville. Lui cuve désormais sa pein...