jeudi 23 juin 2016

L'outsider de Christophe Barratier

Ce film raconte le parcours de Jérôme Kerviel, de son entrée à la Société Générale jusqu'à sa chute. C'est bien sûr un film à charge, mais pas à charge contre l'individu. C'est le système qui est visé, ce système qui fait jouer avec des sommes mirobolantes. Car on a vraiment l'impression en regardant ce film que trader, c'est jouer. C'est comme prendre des paris sur l'avenir, parier sur les attentats qui mène à l'effondrement des marchés par exemple. Jérôme Kerviel est présenté comme un homme qui ne vit, pendant une grande partie du film, que pour son travail. Pour le spectateur, il est facile de comprendre comment il en arrive à jouer des milliards qu'il fera perdre à ses employeurs. Tout est clairement expliqué, la manière de gagner de l'argent, et d'en cacher une partie sous la "carpet" pour qu'on ne vous demande de faire de plus chiffres l'année d'après (principe qui est valable dans de nombreux autres métiers) et surtout, le fait que Kerviel n'a pas détourné de l'argent pour s'en mettre plein les poches. Il l'a fait parce que telle était la règle du jeu et que pendant ses premières années en tant que trader, il fut tellement bon et/ou chanceux qu'il a perdu le sens des réalités. Mais comme le montre le film, sa hiérarchie était au courant et a laissé faire, l'a même encouragé sur cette pente dangereuse. La fin du film rappelle que Kerviel a été blanchi par la justice. 
C'est un film qui ne rend pas les traders sympathiques. On voit ces bandes d'hommes se défouler après le stress énorme que génère leur travail, en utilisant de l'humour bien lourd. Contrairement au Loup de Wall Street, on nous épargne les scènes de drogue (il y en a une mais elle concerne un courtier et non un trader), peut-être parce que les personnages ne sont pas fictifs cette fois. C'est un film que je conseille pour comprendre l'univers des traders, qui ne fait pas l'apologie du trading mais qui explique comment Kerviel a pu en arriver là. 
Sortie:  le 22 juin 2016


14 commentaires:

  1. J'ai le loup de wall street chez moi que je n'ai toujours pas vu . c'est un univers qui m'est tellement peu familier que j'éhsite toujours à aller voir ce genre de films

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup le Loup de Wall Street qui a le mérite de faire de l'humour avec ce sujet et ce n'est pas facile. Cet univers est très éloigné du mien aussi, je te rassure (et tant mieux).

      Supprimer
  2. Je suis allée le voir hier soir,même si je lui ai trouvé quelques longueurs, j'ai globalement apprécié le film, j'ai trouvé les acteurs très bons dans leurs rôles respectifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé une longueur sur la scène finale, le reste est passé comme une lettre à la poste.

      Supprimer
  3. c'est d'actualité, le procès en appel va reprendre je crois et il a gagné aux prud'hommes. Le cinéma n'a pas perdu de temps et c'est logique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait logique, c'était une aubaine pour le cinéma cette histoire.

      Supprimer
  4. Bonjour Valérie, ce film est prévu à mon programme de ce week-end. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé ce film aussi. On comprend facilement même malgré les mots compliqués et les expressions du milieu. Bien plus accessible que The Big Short par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Lors de la projection de The big short (que j'ai beaucoup aimé), mes voisines ne comprenaient visiblement pas grand chose.

      Supprimer
  6. Puisque tu évoques Le loup de Wall street... Quel film extraordinaire !!! :)

    RépondreSupprimer
  7. Absolument (en même temps, tout ce que fait Di Caprio, je trouve ça extraordinaire).

    RépondreSupprimer

Les terres dévastées d'Emiliano Monge

Ils sont une cinquantaine à vouloir traverser la frontière pour vivre leur rêve américain cette nuit-là. Une cinquantaine d'hommes, d...