vendredi 3 juin 2016

Cavale pour Leia de Marius Faber

...c'est une fille, et dans une situation de ce genre, elles ont toutes la même réaction, à cent pour cent: lorsqu'un homme leur demande de jouer à l'infirmière, elles craquent toutes. 

Pierre Sic est photographe. Il y a presque un an, sa femme disparaissait à Saint-Martin, une île antillaise. Son agent et ami lui apprend qu'une de ses mannequins vient de disparaître sur la même île. Pour Pierre, ce n'est bien sûr pas une coïncidence. Quand il découvre son agent presque mort dans son appartement, il prend ses affaires et repart sur cette île où tout a commencé. 

Je crois que je n'avais pas encore lu un polar qui ressemble à Cavale pour Leia et il ne faut pas le prendre comme un compliment. C'est un polar bourré de clichés autant dans les personnages que dans les phrases toutes faites et jonché de cadavres. Pour couronner le tout, c'est en torturant qu'on obtient ici les meilleurs résultats. Je me suis franchement demandé si tout était à prendre au second degré, ce qui est bien possible vu que j'ai passé mon temps à avoir envie d'écrire "sic" à la fin des phrases et que c'est justement le nom du héros mais même au second  degré, je n'ai pas pris plaisir à le lire et pourtant, je suis allée jusqu'au bout des cinq cent pages. J'avais lu de très bonnes critiques de lecteurs, qui ont sans doute plus d'humour que moi même s'ils ne mentionnent aucun second degré dans leurs billets. Je me suis rendue compte que je n'avais jamais lu de romans publiés aux éditions du toucan. Et vous?

  • Paru le 03 Mai 2016
  • 528 pages
  • Merci à Babelio et son opération Masse critique (ça m'apprendra à découvrir qu'il y a une opération le soir de l'ouverture). 
  • A conseiller aux gros baraqués peut-être (puisque nous sommes dans les clichés...). 


12 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas cette maison d'éditions, non... Mais ce n'est sûrement pas avec ce titre que je partirai à leur découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te le conseille pas en tout cas.

      Supprimer
    2. Je ne connais pas du tout cette maison d'édition mais comme je ne suis pas très polar, inutile de te dire que celui-ci ne passera pas dans mes mains. Sinon, pour info, il y a un Masse critique le 8 juin (Bd manga).

      Supprimer
    3. Merci de l'info, Sylire, je viens de le noter sur mon agenda.

      Supprimer
  2. C'est tout ce que je n'aime pas dans les polars... rien à noter, c'est sûr !

    RépondreSupprimer
  3. Voilà qui ne donne pas envie de le découvrir. Tu sembles vraiment déçue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis même dans l'incompréhension totale concernant les avis sur ce livre.

      Supprimer
  4. Je ne suis pas un gros barraqué je m'abstiendrai donc de perdre mon temps à lire ce polar 😉

    RépondreSupprimer
  5. Dans les polars que j'ai bien aimé (certes ce n'est pas une actualité) et ce notamment parce qu'il n'y a personne de découpé, il y a "La fille de Carnegie" de Stéphane Michaka. Polar qui commence au Metropolitan Opera de NY (eh oui Valérie...) et qui est très bien écrit.
    A lire aussi du même auteur l'excellentissime "Ciseaux" sur la relation de Carver avec son éditeur, mais plus globalement sur l'acte créatif, l'entourage d'un créateur etc... Pas besoin d'aimer les nouvelles pr dévorer ce livre, très bien et étonnement construit
    Et pour finir il vient d'obtenir le Prix Saint Maur de poche Jeunesse pour "Cité 19"
    (et accessoirement il monte de supers pièces pr France Culture)

    http://www.payot-rivages.net/livre_La-fille-de-Carnegie--Stephane-Michaka_ean13_9782743618537.html

    RépondreSupprimer
  6. Dis donc, la mangeuse de plastique, on s'est déjà rencontrées IRL?Parce que je connais une inconditionnelle de cette auteur (adorable que j'ai déjà rencontré).

    RépondreSupprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...