mardi 20 mars 2018

Faire mouche de Vincent Almendros (RL janvier n°7)

Je crois que c'est grâce à une opération Masse Critique de Babélio que j'avais découvert Vincent Almendros avec Un été. Et ce fut un coup de cœur. Moi qui n'aimais pas, il n'y a pas si longtemps, les romans de moins de trois cent pages, j'avais été charmée par ce texte qui n'en comportait pas deux cent. J'en avais adoré l'ambiance, qui m'avait rappelé celle du  film, Plein Soleil,  avec Romy Schneider, Alain Delon et Maurice Ronet. Il me fallait maintenant affronter le deuxième roman de l'auteur, avec forcément la peur d'être déçue. Mais l'histoire d'amour continue encore un peu. Ce ne fut pas aussi intense que le premier rendez-vous mais j'ai pris un réel plaisir à rencontrer Laurent et à tenter de comprendre un à un les mystères qui l'entourent: pourquoi retourne-t'il dans le village de son enfance avec une femme qui s'appelle Claire mais qu'il nomme Constance? Qui est vraiment cette mère qui lui a un jour fait boire de l'eau de javel? Qui sont ces couples mis en scène dans le roman?
On tourne autour des questions, on sent se tisser la toile, surtout quand on connait déjà l'univers de Vincent Amendros et déjà on tente de percer les mystères de l'auteur. Pourquoi ce thème récurrent (oui, deux fois sur deux, ça devient récurrent), de l'enfant et de sa paternité, d'autant qu'ici le thème est décliné de deux manières? L'idée de filiation est omniprésente. Je ne peux pas beaucoup développer car c'est un roman qui mérite de ne pas être dévoilé mais c'est un auteur qui, sans aucun soute, doit être découvert. Si la forêt est sans nul doute le décor majeur de ce roman, c'est tout de même la scène de la baignade dans le lac qui me restera (l'eau est définitivement mon élément). On retiendra aussi de nombreuses images, celle des mouches et des urnes mortuaires notamment. On ne va pas se quitter tout de suite, Vincent Almendros et moi. 

Publié aux Editions de Minuit en janvier 2018. 127 pages. 

A conseiller aux amateurs d'ambiance. 

18 commentaires:

  1. A voir, donc, d'autant plus qu'il vient d'arriver à la bibli, ce roman

    RépondreSupprimer
  2. Malgré tout le bien que tu en dis, l'ambiance de forêt ne me tente pas. Tant pis pour la baignade dans le lac.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Ah tant mieux, j'ai envie de faire découvrir cet auteur !

      Supprimer
  4. Je me souviens de ton billet sur le premier. Mais l'occasion ne s'est pas présentée pour moi de le lire pour encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux toujours te rattraper. J'ai une préférence pour le premier (l'eau sans doute).

      Supprimer
  5. Je n'ai pas lu le précédent roman, mais là tu m'intrigues. Je vais voir s'il est à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  6. Contrairement à toi je n'avais pas du tout aimé "Un été" du coup je ne vais te suivre sur ce coup-là :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a suscité mon étonnement parce que j'aurais vraiment pensé que ça pouvait te plaire.

      Supprimer
  7. Contrairement à son livre précédent, L'été, l'auteur ne m'a pas vraiment surprise ici, je l'avais senti venir ce dénouement. Ce second roman est par ailleurs moins dérangeant, moins troublant, me semble-t-il que le précédent. J'ai néanmoins été ravie de retrouver cet auteur, que je lirai aussi avec plaisir la troisième dois ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je l'avais senti venir mais ça ne m'a pas gênée du tout. J'ai préféré le précédent mais ce fut un vrai plaisir de le retrouver, pour moi aussi.

      Supprimer
  8. Il pourrait me plaire, j'aime les romans d'ambiance en général même si je n'aime pas les forêts dans la nature. Pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il y a bien autre chose que la forêt.

      Supprimer
  9. Jamais lu mais j'ai un de ses romans dans ma PAL, Ma Chère Lise, très court aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tout le monde présente ce roman comme son deuxième et tu m'apprends que Un été n'était pas le premier !

      Supprimer

Sucre noir de Miguel Bonnefroy

Le capitaine Henry Morgan aurait caché le butin de son navire échoué dans un village des Caraïbes. 300 ans plus tard, deux explorateurs v...