dimanche 11 mars 2018

Call me by your name de Luca Guadagnino

Comme tous les ans, le professeur Perlman reçoit un étudiant dans sa villa italienne (qui m'a fait rêver pendant tout le film). Cet été-là, c'est Oliver, un américain sportif, musclé et intelligent qui va passer six semaines avec le professeur, sa femme et leur fils de dix-sept ans. Ce dernier, Elio, est un jeune prodige du piano et profite de l'été pour dragouiller les filles de bonne famille du village. Mais petit à petit, il se sent attiré par Oliver qui semble garder ses distances et plaire à la gent féminine environnante. 
C'est ce film qui m'a réellement donné envie de retourner dans les salles obscures, les notes presse et public dépassant le 4/5 sur Allociné (mais pour être honnête, j'étais tentée bien avant) et comme souvent quand l'attente est grande, j'ai été déçue. Je me suis profondément ennuyée pendant la première moitié du film; heureusement que les décors sont somptueux. Ensuite, quand la relation commence réellement, il y a quelques moments de grâce, des pieds qui se frôlent, qui se font masser, des corps qui s'étreignent, le tout de manière assez pudique. Nous ne sommes pas non plus tout à fait dans du politiquement correct parce que tout de même, le corps très viril d'Armie Hammer (qui ne passait déjà pas inaperçu dans The Social Network) s'oppose à celui très émacié et enfantin de Timothée Chalamet. Les acteurs sont bons, j'ai eu un petit faible pour Armie Hammer, on le sent un moment perdu quand il a enfin lâché prise et il est touchant,  mais c'est vraiment trop long, on sent bien les 130 minutes passer. J'ai donc bien du mal à comprendre l'engouement pour ce film, si ce n'est que peut-être, ça renvoie les gens à une nostalgie du premier amour. 

Sorti le 28 février 2018. 



Merci à Florence et à sa grande ado qui nous a accompagnées et qui a, elle, adoré (un film à conseiller aux ados peut-être?). 
A conseiller aux nostalgiques des amours passées dont je ne fais pas partie. 

                                         

                                     

                                       


14 commentaires:

  1. Coucou, je ne me souviens plus si j'ai déjà commenté ici, mais je te lis depuis quelques lunes. Alors voici mon premier commentaire chez toi, ou pas!

    Je suis aussi très mitigée par ce film. D'un côté, je ne peux pas nier que ça donne envie d'aimer, de foncer, même si on se pète la gueule. Mais de l'autre, j'y ai trouvé des longueurs, et les prises de vue maladroites, comme j'en parle dans ma chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage Ilse et ton commentaire m'économise une séance de psy. Je n'avais pas perçu cet effet-là sauf que j'ai passé la semaine qui a suivi le visionnage de ce film à avoir furieusement envie d'une tempête dans ma vie ! Je n'avais pas fait le lien. ;-)

      Supprimer
  2. Contrairement à toi, il ne me donne pas du tout. Je sentais déjà l'ennui venir dans la bande-annonce.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, j'avais vu des extraits dans le cercle mais pas du tout attiré par ce type de film

    RépondreSupprimer
  4. Alors que moi, c'est typiquement le genre de films qui m'attire.

    RépondreSupprimer
  5. Je compte bien le voir, je reviendrai te dire ce que j'en ai pensé...

    RépondreSupprimer
  6. Ne va pas voir " la forme de l'eau" ( qui a eu aussi 4/5 sur AlloCiné). Le pitch : Amelie Poulain rencontre Godzilla et se transforme en petite sirène...! ( Quand tu ne vas que 2 fois par an au cinéma, ça fait mal !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, j'adore ce résumé! Ça tombe bien, il ne me tentait pas !

      Supprimer
  7. moi aussi j'ai trouvé trop long! Trop long, trop beaux trop gentils, trop compréhensifs, trop musiciens, trop tout pour être crédible!

    RépondreSupprimer
  8. Il ne me tentait pas, je vois que finalement je ne perds pas grand chose.

    RépondreSupprimer

My book list

Je continue d'emprunter les idées des autres et c'est encore à Mind The Gap que je dois l'idée de ce billet.  Q uel est le d...