jeudi 23 mars 2017

Les figures de l'ombre de Théodore Melfi

Katherine Gobble, Mary Jackson et Dorothy Vaughan sont trois amies afro-américaines travaillant à la NASA. Ambitieuses et pétries de talent, chacune a un rêve et va tout faire pour y parvenir. Katherine est une mathématicienne qui doit se faire sa place dans une équipe presque exclusivement blanche et masculine pour permettre au premier américain d'aller dans l'espace. Mary Jackson souhaite devenir ingénieur alors que l'université qui leur permettrait d'obtenir ce titre est réservéE aux blancs. Quant à Dorothy, elle souhaite qu'on lui attribue officiellement le titre et la paie de superviseuse puisque tel est le rôle qu'on lui fait tenir. Sa rencontre avec le premier ordinateur va lui permettre d'obtenir ce qu'elle souhaite. 
Ce film basé sur des faits réels n'est pas révolutionnaire, il est même plein de bons sentiments mais de bons sentiments tels qu'on les aime, de ceux qui nous font sortir de la salle de bonne humeur parce que ça finit bien qu'on a suivi des femmes drôles et déterminées et qu'en plus, on n'a pas été agacé par le fait que Kevin Costner passait son temps à mettre un chewing-gum dans sa bouche (oui, parce que ce n'est pas tant qu'il mâche le chewing-gum, c'est vraiment qu'il en met toujours un nouveau dans la bouche) tellement on est contente de le revoir.  On pourra au choix verser une larme pendant une demande en mariage ou pendant le triomphe de Katherine (dans ces cas-là, personnellement, je ne choisis, je ne suis pas économe avec mes larmes de cinéma). On y retrouve deux acteurs qu'on a eu plaisir à voir dans Moonlight. Un film que je vous conseille parce que les années 60, c'est chouette côté vêtements féminins et parce que ce film donne la pêche, malgré quelques défauts. Et puis, si, comme moi, vous n'êtes par fan de Kirsten Durst (sauf bien sûr dans le film culte The eternal sunshine of the spotless mind), vous pourrez sortir en disant: "Elle a pris cher, Kisten, quand-même!" (à dire plutôt à la fin d'une séance entre filles pour faire les langues de vipère). 
avec:Taraji P. Henson Katherine Johnson, Octavia Spencer, Janelle Monáe, Kevin Costner et Kirsten Dunst. 

Sorti le 8 mars 2017. 2h08 qu'on ne voit pas passer. Electra a aimé. 

Merci à celle qui répond toujours présente à ces rendez-vous cinéma dominicaux.
A conseiller à ceux qui veulent entendre Dance avec les loups prononcer cette phrase culte: "D'ici à la NASA, la pisse est de la même couleur". Saluons d'ailleurs la performance du réalisateur qui parvient à faire  une grande scène à partir d'une scène de toilettes! 


10 commentaires:

  1. Heu je suis complètement ignorante de tes références cinéma (sors de ta caverne, oui, toi! ^_^) mais j'ai furieusement envie de voir ce film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as pas vu The Eternal Sunshine of the spotless mind, il faut le voir (un jour où tu es en pleine possession de tes capacités mentales, il arrive que mes élèves n'y comprennent rien).

      Supprimer
  2. Très envie de le voir celui-ci.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai vu et je l'ai aimé. Il est classique, mais comme tu dis, un classique comme j'aime. Les trois femmes sont super et la blonde j'ai passé la séance à me dire "je la connais, mais c'est qui ?". Je n'ai même pas eu la curiosité de vérifier, alors merci de l'info. Des histoires comme celles-là, j'en redemande. Une de mes scènes préférées, c'est celle où Katherine se lâche devant tout le staff.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi beaucoup aimé, forcément, et pour tout ce que tu soulignes, je termine ma séquence sur les noirs aux Etats-Unis avec mes 3e j'aurais bien aimé leur montrer, dommage qu'on ne soit pas proche de la ville, ça aurait été sympa de les emmener voir ce film. Et sinon, pour Kirsten Dunst, c'est une actrice que j'aime plutôt bien, figure-toi que je ne l'avais même pas reconnue!!! Du coup quand je l'ai vu au casting à la fin c'est exactement ce que j'ai dit à Julien "Elle a pris chère" ... Lui pense que j'exagère!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca doit être une remarque de fille. ;-)

      Supprimer
  5. Bonsoir Valérie, les Figures de l'ombre est un film qui fait du bien. Ca change. Bonne pause à toi. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait du bien une success story, de temps en temps.

      Supprimer