dimanche 9 septembre 2018

Lancement du Prix Goncourt des Lycéens

Tiphanie étant venue me réveiller, me revoilà donc et ça tombe bien parce cette semaine fut non seulement la semaine de la rentrée mais celle de mon réveil littéraire. En fin d'année scolaire dernière, nous avons été sélectionnés pour participer au Prix Goncourt des Lycéens, une première pour mon collègue de lettres (l'aventure devait se faire avec une collègue, mais le destin n'en a fait qu'à sa tête) et mes collègues documentalistes, mais pas pour moi qui ai déjà vécu cette aventure en 2012. 
En juin, nous avons eu une réunion dans un beau lycée parisien pour les premières explications. Lundi, nous avons rencontré la classe : 27 élèves de 1ère L dont un jeune vénézulien, un vrai rayon de soleil,  qui ... ne parle pas français (pour les sept heures et demi de cours d'anglais que nous partageons, c'est génial; pour la participation au prix Goncourt des Lycéens, ça va nous demander de la créativité). A l'annonce de leur sélection, ils ont montré de l'enthousiasme. En lisant le questionnaire sur leurs pratiques de lecture, je me suis rendue compte, sans surprise, que nous avions des élèves qui ne lisent que quand c'est imposé, une majorité qui lit tout de même aussi pour le plaisir et peu d'élèves inscrits dans une médiathèque (nous tenterons d'y remédier avec un partenariat avec la médiathèque qui est vraiment un lieu agréable). Certains d'entre eux disent se constituer leur propre bibliothèque.
Lundi, les élèves ont travaillé sur différents prix et se sont rendus compte que le Prix Goncourt des Lycéens faisait vendre plus que les autres prix.  Vendredi, la liste, composée de quatre premiers romans, a été publiée. J'avais misé sur le De Kerangal pour prendre un peu d'avance. J'ai perdu. Le soir même, j'étais de retour chez moi avec les quinze romans (se faire raccompagner à la sortie de la FNAC avec quinze romans sans débourser un sou a quelque chose de réjouissant), rassurée de voir que la plupart faisaient moins de 300 pages et qu'il y en aurait donc pour tout le monde, petits et grands lecteurs. Et puis, ça peut paraître anodin mais ça ne l'est pas, je suis certaine que quelques couvertures vont les attirer.
L'après-midi, les élèves ont constitué une petite fiche par auteur qu'ils nous présenteront mardi, jour où nous leur remettrons les romans. Quant à moi, je n'ai lu qu'un seul auteur sur les quinze, François Vallejo, mais j'avais très envie de lire Leurs enfants après eux et Ça raconte Sarah (en cours de lecture, je ne sais pas résister aux Editions de Minuitet le Reverdy dont je vous parle bientôt puisque je l'ai fini hier. 
La semaine s'annonce chargée. Je vous retrouve dans deux semaines pour vous parler de la manière dont nous avons envisagé le moment de la distribution des romans.

Merci à la FNAC de Rouen de nous avoir fourni si rapidement le premier jeu de romans (d'autres suivront) et à Isabelle de nous permettre, en nous prêtant les exemplaires de la médiathèque de Louviers, de pouvoir faire lire tous nos élèves dès le début. 

28 commentaires:

  1. Une belle aventure qui commence ( et créative, oui :)). Bien que je ne m'intéresse pas plus que ça aux prix, cette démarche avec les jeunes est passionnante. Merci de partager, j'ai hâte de lire la suite. ( tu as raison, couverture comme titre attisent la curiosité, ce n'est pas anodin )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un prix qui leur permet de voir l'importance du lecteur dans la carrière de l'écrivain. Et puis, dans mon lycée encore classé EDRESUP (socialement défavorisé) il y a deux ans, c'est toujours touchant de les voir se demander pourquoi ils ont été choisis plutôt que des lycéens de centre-ville rouennais.

      Supprimer
  2. Bonjour Valérie, je constate que ton année scolaire commence en effet sur les chapeaux. Je serais intéressée de savoir ce que tu auras pensé de "L'évangile selon Youri" que j'ai lu en avant-première et qui ne m'a du tout intéressée. J'ai vu qu'il était dans la première sélection du Goncourt, cela me laisse perplexe. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te dirai non seulement ce que j'en pense mais, après le verdict final, en novembre, ce qu'en auront pensé mes élèves. Il fait partie de ceux qui sont servis par une couverture qui devrait les attirer (à défaut de m'attirer, moi).

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Pour l'avoie déjà vécue, je sais qu'elle est belle, oui !

      Supprimer
  4. Tu en as de la chance ! Tu dois tous les lire et tes élèves aussi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je fais un peu ce que je veux ou peux mais je vais tous les lire, c'est sûr.
      Dans la règle du prix, il faut que la classe ait tout lu, mais pas tous les élèves. Nous avons décidé de les mettre par groupe de trois et chaque groupe devra avoir tout lu. Il faudrait que celle ou celui qui représentera la classe à Rennes lors des délibérations ait tout lu, même si elle/ il a abandonné des livres en cours de route.

      Supprimer
  5. je trouve ça génial, en plus c'est un Prix très "fiable"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tous les prix de lecteurs, je suppose.

      Supprimer
  6. Belle aventure en perspective !
    Régalez-vous, moins jeunes et ados ! :-)

    RépondreSupprimer
  7. Génial ! Je le suis depuis deux ans avec le service comm de la Fnac, et je trouve cette aventure réjouissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens parfaitement avoir vu tes billets mais je croyais que tu le faisais en tant qu'enseignante. C'est comme ça que j'ai vécu ça, la première fois, grâce à une invitation de la FNAC.

      Supprimer
  8. C'est vrai que le Prix Goncourt des Lycéens a son importance pour moi. Je crois que je les ai tous lus depuis quelques années, après leur distinction. IL est gage de fiabilité. C'est une super expérience pour tes élèves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'ils penseront pour toi ! C'est une super expérience pour nous et ça soude l'équipe, je le sens déjà.

      Supprimer
  9. Quelle belle aventure ! C'est vrai que vous avez la chance d'avoir une belle médiathèque à Louviers. A une certaine époque, j'allais y suivre des cours d'anglais tous les samedis matin pour une somme modique.
    Dans cette sélection, j'ai lu le Guy Boley dont je parle aujourd'hui sur le blog. Je vais lire aussi "La vraie vie" qui fait partie de la sélection du Grand Prix des lectrices de Elle. J'ai sélectionné aussi "Leurs enfants après eux" dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli sélectionner Leurs enfants après eux aux matches de la rentrée mais j'ai préféré sélectionner des titres étrangers, puisque j'avais déjà 15 titres français à lire.

      Supprimer
  10. C'est super, j'aurais adoré ça quand j'étais au lycée (mais je ne me plains pas ma prof de français de 1ère était extraordinaire). J'attends la suite, certaines couvertures, quatrièmes, et titres devraient les intriguer pas mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et certains romans pourraient peut-être les choquer. J'ai hâte de voir ça, ce qui les choque ou pas, peut-être serais-je surprise, mais souvent je les trouve plus prude que nous, notamment sur l'utilisation du langage.

      Supprimer
  11. quelle belle aventure! j'aurais adoré que mon lycée participe quand j'étais ado! belle sélection ! (je suis curieuse de leur avis sur le Ines Bayard, j'ai entendu dire qu'il était très perturbant)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'incipit est en tout cas accrocheur ! J'ai adoré en faire la lecture à haute voix ce matin.

      Supprimer
  12. ha te revoilà!! C'est super que le livre de Nicolas Mathieu soit dans la sélection, je croise les doigts pour lui (bon je suis de parti pris c'est le collègue de mon chéri ;) ) je vais bien sûr suivre cette aventure de près, je trouve ça vraiment super que les lycéens puissent participer à ce prix (normal c'est le leur!) et puis en général ils choisissent bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soit j'ai mal écouté ce que les élèves ont dit de lui, soit ils n'ont pas évoqué le fait qu'il soit prof, qui plus est dans ton coin. Il est prof de lettres ? C'est son roman que j'ai le plus envie de lire (mais là, c'est frustrant), on n'a pas assez de livres pour nous les profs, j'attends le deuxième arrivage. Je vais le croiser à Paris, j'espère, quand nos élèves iront rencontrer les auteurs.

      Supprimer
  13. Sur les 15 je n'ai lu que le 1er roman de Meriem Alaoui qui ne m'a pas enthousiasmé mais qui pourrait beaucoup plaire à des lycéens. Personnellement, "Nos enfants après eux" me semble le plus prometteur (je viens de l'acheter) et celui de Guy boley me tente énormément. Les autres me laissent de marbre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'incipit de Merioum Alaoui est attirant en tout cas, surtout lu à haute voix (et ma collègue le lisait très bien). Moi, les romans sur les mères ou les pères, j'ai tendance à dire "C'est bon, quoi" ;-), alors le Guy Boley ne m'attire pas mais je le lirai.

      Supprimer
  14. Je t'envie !! ça doit être super de participer à ce prix... et les romans font envie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est jubilatoire ! Vraiment, ça fait partie des moments où j'adore mon métier encore plus que d'habitude !

      Supprimer

La remise des romans

La semaine dernière, c'était le grand jour, nous remettions les romans aux élèves ! Nous avions prévu deux heures pour leur lire des...