dimanche 10 juillet 2016

Le Montmartre secret



Je ne suis pas très originale dans mes goûts parisiens: je ne connais pas Paris comme ma poche, loin s'en faut, mais Montmartre fait partie de mes quartiers préférés. J'ai découvert l'itinéraire Le Montmartre Secret qui démarre devant cette maison et j'ai décidé de le suivre cette semaine, en charmante compagnie. Un très beau moment, agrémenté la veille par des retrouvailles avec Laure. Voici un résumé de cette balade en images. Avec de l'art d'abord, la statue hommage à Marcel Aymé et à son Passe-Muraille et un graffiti qui a un look à la Jean-Paul Gauthier:


Difficile de rater celle qui vécut à Montmartre et qui y repose: 

Le célèbre mur des "Je t'aime" :

Pour finir, nous avons hésité entre le musée de l'Erotisme et celui de la Vie Romantique, d'après la photo, vous allez facilement deviner quelle décision fut prise (c'est d'ailleurs un bel endroit pour y prendre un thé): 



Merci à celle qui fit de cette balade un moment particulièrement délicieux.
A déconseiller aux susceptibles (vous pouvez croiser des peintres qui vont vous proposer de faire le portrait de celle qui vous accompagne, et qui, quand vous vous insurgerez de savoir pourquoi on le lui propose à elle et pas à vous, tenteront de se rattraper en disant que la jeune femme a de la chance de ressembler à sa mère.. qui bien sûr, n'est pas sa mère). Il a eu de la chance, j'étais particulièrement de bonne humeur ce jour-là. 



20 commentaires:

  1. Jolie balade et jolies photos !
    J'étais allée au Musée de l'Erotisme il y a quelques années et je ne l'avais pas trouvé formidable...

    RépondreSupprimer
  2. Tu me donnes envie d'aller faire un tour à Montmartre. Cela fait un bon bout de temps que je n'y suis pas allée.
    Oups pour l'anecdote avec le peintre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait c'est assez drôle comme anecdote mais c'est vrai que les gens feraient parfois mieux de tourner leur langue dans leur bouche (la fois où, dans une médiathèque, une femme a vraiment insisté en me disant "Mais vous êtes sûre que vous n'êtes pas sa mère, vous vous ressemblez!", là, j'ai trouvé ça plus lourd.

      Supprimer
    2. je crois qu'à un moment je serai dans la provoc un peu donne (vu ce qu'il y a en face, c'est un juste retour). Genre "oui, je suis sa mère, on couche ensemble et c'est super".

      Supprimer
    3. Je pense que selon mon humeur, je pourrai l'être mais à part cette femme, j'ai souvent en face de moi des gens charmants qui veulent juste nous dire un petit mot gentil.

      Supprimer
  3. Je ris (souris) pour la fin qui est un tout petit prix à payer finalement.
    Je ne connais pas bien Paris, j'avais fait un peu le parcours Amélie Poulain à l'époque et je n'ai pas vu tous ces endroits que tu décris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un prix que je suis prête à payer (mais en râlant un peu tout de même).
      Il y a des points qui se rejoignent entre les deux circuits, comme l'épicerie Chez Abdel.

      Supprimer
  4. J'ai fait plusieurs fois le tour de Montmartre et on en découvre toujours. C'est donc toujours aussi sympa de prendre un thé au musée de la vie romantique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne bois pas de thé donc je ne suis pas à même de te répondre mais certaines personnes ne venaient que pour ça et ça avait l'air très sympa, oui.

      Supprimer
  5. Le musée de l'érotisme est une horreur et peut te faire devenir nonne pour des années... Il n'a d'érotique que le nom (et de "musée" aussi...) Bref, bon choix...
    Par contre je me demande pourquoi Dalida a les seins aussi dorés et patinés ? Ca porte bonheur de les toucher ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant parce que je ne l'ai pas remarqué en vrai mais sur la photo, c'est flagrant. Je suppose que certains pensent que ça porte bonheur, oui.
      J'ai quand-même bien envie d'en visiter un de musée de l'érotisme, parce qu'historiquement,il doit y avoir des éléments intéressants sur l'évolution de l'érotisme et aussi de la prostitution. Mais effectivement, plutôt dans une autre ville.

      Supprimer
  6. Ou dans un autre quartier, nous sommes à Pigalle ! Disons que c'est plutôt un boui-boui sur la pornographie. Déjà tu es accueillie par une guichetière qui doit être une fille de nuit... qui finit sa nuit. Rez-de-chaussée consacré à l'histoire de la représentation du phallus, du coït selon les époques, civilisations. Et pr avoir fait de la muséographie, je doute que les pièces présentées et infos soient de toute vérité. 1er étage pas inintéressant notamment sur les lupanars parisiens de la belle époque. Dernier étage : exposition du courrier et surtout des photos des lecteurs en toute tenue d'une revue porno... Et en passant par la boutique tu as le droit entre affiches de films pornos ou accessoires variés... Bref, sur la question de l'érotisme, lire Emmanuel Pierrat dont le super "Livre des livres érotiques" chez Chêne ou se procurer le catalogue "L'enfer" de la BNF.
    Et aller ailleurs...

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas s'il y en a d'autres à Paris, je vérifierai.

    RépondreSupprimer
  8. Hahaha !! Le dilemme du musée est particulièrement savoureux, tout comme le pauvre peintre qui s'est embourbé dans ses excuses bidons ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui! Ne le plaignons pas trop tout de même. ;)

      Supprimer
  9. La jolie balade. (Et l'anecdote qui fait rire !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'une et l'autre sont désormais indissociables pour moi.

      Supprimer
  10. Sinon, dans le genre, mon fils a visité le musée du phallus en Islande... Mais je n'ai pas encore eu son débriefing sur cette visite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JE pense que cette visite mériterait un billet. ;)

      Supprimer